Live now
Live now
Masquer
Paris-Hilton-signe-une-tribune-dans-le-Washington-Post-contre-les-violences-en-pensions-privées-pour-enfants-turbulents
Politique

Violentée par le système éducatif, Paris Hilton lutte pour que ça n’arrive plus à d’autres

Elle-même violentée dans différents établissements pour enfants turbulents qui pullulent aux États-Unis, Paris Hilton poursuit son engagement en faveur de lois protégeant mieux la jeunesse, à travers une puissante tribune au Washington Post.

Paris Hilton militante, ça ne devrait plus être une surprise. Depuis quelques mois, la riche héritière, starifiée par ses participations à des téléréalités emblématiques des années 2000 comme The Simple Life, s’engage contre les violences éducatives.

Paris Hilton, militante contre les violences éducatives en pension aux États-Unis

Dans son documentaire YouTube de 2020, This Is Paris, elle avait déjà témoigné des maltraitances qu’elle a subies en pension privée, notamment à Provo Canyon, dans l’Utah où ses parents l’avaient « envoyée ». J’utilise des guillemets car il leur est aussi arrivé de donner leur consentement en tant qu’autorité parentale pour qu’elle soit littéralement enlevée de chez elle afin de l’envoyer en pensionnat de force.

Effectivement, ça ressemble beaucoup à ce qu’on pourrait appeler un kidnapping et à de la séquestration…

Aujourd’hui, Paris Hilton affirme encore son engagement à travers une longue tribune publiée le 18 octobre 2021 par le prestigieux et progressiste Washington Post, où elle revient notamment sur les violences subies : 

« Dans les quatre établissements où j’ai été envoyé pendant mon adolescence, j’ai subi des abus physiques et psychologiques de la part du personnel : j’ai été étranglée, giflée au visage, espionnée pendant la douche et privée de sommeil. On m’a traitée de noms vulgaires et forcée de prendre des médicaments sans diagnostic. Dans un établissement de l’Utah, j’ai été enfermé à l’isolement dans une pièce dont les murs étaient couverts de griffures et de taches de sang.

Je ne pouvais pas signaler ces abus car toute communication avec le monde extérieur était surveillée et censurée. De nombreux établissements de soins collectifs créent des fossés entre les parents et les enfants en disant aux parents de ne pas croire leurs enfants lorsqu’ils signalent des mauvais traitements et en disant aux enfants que leurs appels à l’aide ne seront jamais crus. Et certains enfants de ces établissements n’ont pas d’êtres chers vers qui se tourner. »

Paris Hilton signe une puissante tribune contre le business des pensions pour enfants turbulents

Cet engagement puissant intervient à une période où Paris Hilton est particulièrement médiatisée : après avoir été nommée égérie Lanvin, elle s’illustre dans une émission de cuisine Cooking With Paris, mais aussi dans un documentaire à venir sur son mariage avec Carter Reum, Paris In Love. Elle profite donc de son regain de visibilité, mais aussi de crédibilité, pour enfoncer le clou à travers cette tribune révoltante publiée par le Washington Post.

Elle y appelle le président Joe Biden et le Congrès étatsunien à adopter des modifications législatives afin de mieux protéger les jeunes de « l’industrie des adolescents en difficulté ».

En effet, il s’agit d’un véritable business aux États-Unis. Nombreux sont les pensionnats plus ou moins onéreux, pour ados « turbulents ». Mais ces centres de rééducation ont-ils vraiment intérêt à remettre sur le droit chemin ces jeunes si les problèmes de ces derniers constituent leur fonds de commerce ? Plus ils restent turbulents longtemps, plus ces pensionnats gagnent de l’argent. Cruelle logique. 

Paris Hilton veut des lois pour protéger les enfants de l’industrie des adolescents en difficulté

C’est pourquoi Paris Hilton suggère que les États-Unis mettent en place une déclaration fédérale de droits, pour les jeunes pris en charge par ce genre de pensionnats. Cela empêcherait donc ces derniers de les enfreindre trop facilement, puisque nul n’est censé ignorer la loi. 

La femme d’affaires réclame également un financement public afin de réfléchir et former à des pratiques plus sûres et prévenir les abus. Pour elle, il ne devrait clairement pas s’agir d’une question de partis politiques mais devrait concerner et inquiéter tout le monde, comme elle l’explique dans sa tribune édifiante au Washington Post

« Veiller à ce que les enfants, y compris les enfants à risque, soient à l’abri des abus institutionnels, de la négligence et de la coercition n’est pas un problème républicain ou démocrate. C’est une question fondamentale des droits de l’homme qui nécessite une action immédiate. Ceux qui sont au pouvoir ont l’obligation de protéger les impuissants. »

Après quelques États, Paris Hilton veut des lois valables partout aux États-Unis

Cette nouvelle prise de position s’inscrit donc dans un long combat de la part de Paris Hilton, contre les menaces, agressions, pratiques d’isolement cellulaire, contraires physiques et chimiques, qui sont monnaie courante dans ce genre de pensionnats.

En 2020, elle avait notamment organisé une manifestation avec d’autres survivantes devant le pensionnat qui l’avait le plus violemment maltraitée et traumatisée. Et en mars 2021, elle avait encore témoigné dans le cadre d’un projet de loi contre ce genre de sévices. Son travail a ainsi pu contribuer à ce qu’une législation soit adoptée dans une poignée d’États.

Paris Hilton persévère et squatte régulièrement la pelouse du Congrès pour que cela se fasse désormais à l’échelle fédérale, afin de protéger les enfants d’abus en pensions partout aux États-Unis. De quoi également nous interroger sur les possibles violences de ce type ailleurs dans le monde, y compris en France.

À lire aussi : Paris Hilton, nouvelle égérie Lanvin : pourquoi tant de nostalgie ?

Crédit photo de Une : Instagram de Paris Hilton


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

3
Avatar de BBDG
23 octobre 2021 à 14h10
BBDG
Je suis tombée dans un "terrier du lapin" un jour en tombant sur des articles là-dessus (alors que c'est pas ce que je cherchais à la base, je connaissais même pas) et de fil en aiguilles j'ai lu des tas de choses terrifiantes. La "gestion" des jeunes "difficiles" ou "à problèmes" est une véritable industrie là-bas on dirait, et elle n'est absolument pas régulée. C'est dramatique.
0
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Politique

Source : damircudic de Getty Images Signature
Parentalité

Le gouvernement va-t-il ENCORE se planter avec la création du congé de naissance ?

9
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Deux femmes en blouse blanche devant un microscope // Source : Alena Shekhovtsova de corelens
Politique

Être intelligent rendrait de gauche, d’après une étude qui n’étonnera que les gens de droite

23
Source : Aurore Bergé sur Europe 1 - Capture d'écran
Politique

Aurore Bergé aurait empêché le recrutement d’une fonctionnaire pour une raison révoltante

3
Source : Capture vidéo
Politique

IVG : Emmanuel Macron veut inscrire l’avortement dans  la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne

Élisabeth Borne // Source : Capture d'écran Youtube
Politique

Pour Elisabeth Borne le « sexisme insidieux » en politique est encore trop présent

Julien Bayou à l'Assemblée nationale
Société

L’ex-compagne de Julien Bayou porte plainte contre « harcèlement moral » et « abus frauduleux de l’état de faiblesse »

La députée LFI Ersilia Soudais a porté plainte pour viol contre le militant Damien Cassé // Source : Capture d'écran photo de profil Twitter d'Ersilia Soudais
Actualités France

La députée LFI Ersilia Soudais a porté plainte pour viol contre le militant Damien Cassé

Jill Stein // Source : Canva
Politique

Jill Stein : « On voit apparaître un vote de rébellion, soyez prêts ! »

Réforme des retraites // Source : © Sénat - Palais du Luxembourg
Politique

Droit à l’avortement : le Sénat approuve la constitutionnalisation de l’IVG

4
Source : Canva
Politique

Nikki Haley : « Le premier parti à mettre à la retraite son candidat de 80 ans gagnera cette élection »

La société s'écrit au féminin