Live now
Live now
Masquer
Crédit photo : Pexels / Monstera
Parentalité

S’excuse-t-on suffisamment auprès de nos enfants ?

Vous êtes-vous déjà fait la remarque que vous vous excusiez davantage auprès de vos enfants, que vos parents ne l’ont fait avec vous quand vous étiez enfant ? À quoi cela est dû, et est-ce réellement une bonne chose ? Comment trouver le bon dosage entre trop d’excuses et pas suffisamment ?

Un parent qui s’excuse fait-il preuve de faiblesse ? Remet-il en cause son autorité ? C’est en tout cas ce que pensaient nos ancêtres, mais qu’en est-il aujourd’hui ? Une psychologue et une médecin généraliste nous aident à y voir plus clair.

À lire aussi : La parentalité positive est-elle vraiment bienveillante ?

Une rupture avec les générations précédentes

Si aujourd’hui cela fait partie de notre vie de parent, les générations de nos parents, de nos grands-parents, et les précédentes n’avaient pas pour habitude de s’excuser facilement auprès de leurs enfants. Comment se fait-il que les choses aient évoluées ?

« On donnait auparavant peu de place à l’excuse parce qu’on était dans la répétition d’un schéma traditionnel, où les émotions de l’enfant et sa singularité ne comptaient pas vraiment. On attendait de l’enfant qu’il fasse ce qu’on lui demande, pas de partager ses émotions. On ne percevait pas les choses avec la même importance sur le plan psychoaffectif. Avec l’évolution des familles, notamment les changements sociétaux par rapport aux familles monoparentales et recomposées, le père n’est plus dans une posture de chef de famille. » explique Marion Magdela, docteure en psychologie clinique.

On s’est donc éloigné du schéma traditionnel et poussiéreux où tout le monde écoutait et respectait le « bon père de famille », pour mettre en place un respect à double sens, des parents envers l’enfant, et de l’enfant envers les parents.

« Les parents ont aujourd’hui un intérêt grandissant pour le bien-être de l’enfant, qui les amène à le respecter. L’écoute, l’empathie et le respect sont très favorables pour la bonne santé psychique de l’enfant » ajoute Marion Magdela.

Pour nos aïeux, s’excuser auprès de ses enfants pouvait aussi remettre en cause la posture d’autorité du parent, être un signe de faiblesse. Pour Marion Magdela, il n’en est rien.

« Au contraire, c’est une belle ouverture du cœur de pouvoir demander pardon. Si l’adulte peut s’excuser en faisant des erreurs, cela montre à l’enfant, par un effet miroir, qu’il peut lui aussi assumer son erreur. Si, à l’inverse, on demande à l’enfant de s’excuser alors que le parent ne reconnaît pas ses erreurs, il y a un risque qu’il rejette l’autorité une fois adulte.

Il y a une différence entre autorité et pouvoir : être à l’écoute de ses émotions ce n’est pas ne pas poser de limites et tout accepter venant de l’enfant. C’est écouter ce qu’il ressent, ne pas user de pouvoir pour jouer au dominant – dominé en usant de violence, de culpabilisation ou de chantage. Avec l’autorité, il n’y a pas de jeu de pouvoir, simplement le respect de l’autre. »

Laure Geisler, médecin généraliste (@lecoeurnet.info sur Instagram), ne voit pas non plus de signe de faiblesse dans le fait de présenter ses excuses.

« Il faut une certaine force et une humilité pour reconnaître ses erreurs. Les anciennes générations avaient cette idée que le parent ne devait pas montrer ses failles ou ses émotions. Notre génération accepte de pleurer devant son enfant, de reconnaître qu’on n’a pas contrôlé nos mots, ou qu’on a pris des décisions injustes. Car c’est bénéfique pour la construction de l’enfant. »

Comment bien s’excuser envers son enfant quand on est en tort ?

Pour Marion Magdela, « le plus difficile, c’est d’avoir conscience que l’on fait une erreur sur l’instant. Cela nécessite une prise de recul. Il faut reconnaître son erreur avec sincérité, aller au plus juste avec l’émotion. Si on a fait une erreur, on ressent que la situation n’est pas juste par rapport à l’enfant. Le parent doit comprendre ce qui résonne en lui à ce moment-là, pour pouvoir se mettre dans une posture sincère et honnête. L’enfant va ressentir l’intensité de l’excuse, être dans le pardon, et l’accepter. »

Laure Geisler reconnaît également le caractère indispensable des excuses envers son enfant :

« En tant que parent, il est important de reconnaître nos torts et de demander pardon. Reconnaître que l’on a mal agi, ou mal parlé, permet au parent de montrer qu’il a le droit de faire des erreurs, et que malgré tout c’est un bon parent. Les enfants se construisent en nous imitant, en imitant notre comportement, il faut qu’ils comprennent qu’on n’est pas forcément parfaits, qu’il faut se remettre en question. 

Il faut être sincère dans ses excuses. Mais également ne pas ajouter de « mais » derrière comme « je suis désolé, mais tu m’as énervé », car les enfants ne vont retenir que la fin de la phrase et être en position de coupable. Avoir des explications est cependant important pour l’enfant, il faut lui expliquer ce qu’on a ressenti et que c’est pour ça qu’on a agi comme ça. Mais aussi montrer une volonté de changer, « je veillerais à ce que ça ne se reproduise pas. Est-ce que tu peux m’aider pour que la prochaine fois tout se passe bien ? » »

Introspection, sincérité, prise de recul et remise en question seraient donc les clés d’excuses réussies. Cela favorise le lien de confiance entre l’enfant et le parent. Mais existe-t-il un risque de mal s’excuser, ou de s’excuser à outrance ?

Ne s’excuse-t-on pas assez… ou bien trop ?

S’excuser à tout va, sans prise de recul, ou bien en s’en servant de passe-droit pour effacer ses erreurs de façon répétitive n’est pas non plus souhaitable.

« Il y a des parents qui s’excusent régulièrement, mais répètent sans cesse le même schéma sans faire de travail d’introspection. Cela crée de l’injustice et de la frustration chez l’enfant » explique Marion Magdela. « Il y a également des parents qui culpabilisent et donc s’excusent tout le temps, car ils ont le sentiment d’avoir fait du mal à leur enfant. Mais on ne peut pas tout bien faire, et si l’enfant ressent cette culpabilité du parent, il risque lui aussi de culpabiliser de ses erreurs. Ou bien il va se jouer de la culpabilité du parent en en profitant. »

« S’excuser doit être fait à bon escient, pas pour calmer une colère de l’enfant, il faut que cela soit sincère. » ajoute Laure Geisler. « Et s’excuser à outrance ne va pas non plus, il faut trouver le juste milieu. Quelqu’un qui s’excuse trop envers ses enfants peut perdre confiance en soi et en son rôle de parent. Il ne faut pas se noyer dans la culpabilité et que l’enfant prenne le contrôle. »

En reconnaissant ses erreurs, et en trouvant le bon dosage dans les excuses, on peut créer une relation saine avec ses enfants. En grandissant, ils reconnaîtront plus facilement leurs torts. Pour Laure Geisler, « cela contribue à libérer la parole, et ça aide pour la suite. Les adolescents n’auront pas peur de communiquer avec leurs parents, ou d’être jugés. En s’excusant auprès de son enfant, on assume être un parent imparfait, mais ce n’est pas grave, on ne perd pas en autorité, on crée du lien. »


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

4
Avatar de Destiel Mok´
25 mai 2023 à 21h05
Destiel Mok´
Je trouve la question hyper intéressante. J'ai une famille où les gens savent s'excuser à peu près correctement. Mon mari et moi nous excusons sans difficultés quand c'est nécessaire. Le seul truc que je trouve compliqué ce sont les excuses concernant quelque chose que tu as fait de mal, mais dont tu sais que tu vas recommencer, car tu n'as pas encore trouvé le moyen de régler ça. Par exemple les cris / les engueulades de quand on est fatigué. Elles sont souvent très injustes pour les enfants puisque ça part souvent pour un rien. Des excuses, selon moi, c'est non seulement reconnaitre un tort, mais aussi s'engager à ne pas recommencer. Moi, j'ai beau savoir que je suis totalement en tort, je n'ai pas encore trouvé de moyen de me contrôler quand je suis à bout donc même au moment de s'excuser je sais déjà que ça va se reproduire. Donc au lieu de m'excuser sur ce cri-là en particulier, j'explique plutôt que je suis désolée d'avoir du mal à contrôler mes émotions, que je travaille dessus, car j'ai conscience que ce n'est pas juste, même si pour le moment je n'ai pas de solutions. Du coup ça reste des excuses, mais plus sur le fait de ne pas réussir encore à endiguer un phénomène que sur une action isolée. Sinon ça ne vaut rien. Évidemment que je suis désolée de crier, mais je trouve que c'est prendre l'enfant pour un imbécile de lui dire simplement "Désolée de t'avoir crié dessus" et savoir qu'on va recommencer. Bref, je trouve cette question compliquée.
9
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Parentalité

Source : olharomaniuk
Parentalité

Le mois de juin est le pire pour les parents (et surtout pour les mères)

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source :  RapidEye de Getty Images Signature
Parentalité

Les 3 jouets les plus bruyants à ne pas offrir aux enfants, d’après nos lectrices

1
Source : Dobrila Vignjevic de Getty Images Signature
Parentalité

6 phrases de parents que personne ne comprend vraiment

2
Source : Yamasan de Getty Images
Parentalité

Typologie des 5 pires parents qu’on croise au parc de jeux pour enfants

Source : Zanuck de Getty Images
Parentalité

Chronique d’une daronne : ces 3 moments où mes enfants m’ont foutu la honte

8
Source : Nadezhda1906 de Getty Images Pro
Daronne

Mon enfant doit-il consulter un psychologue ? Voici les 6 signes identifiés par les spécialistes

Source : FatCamera de Getty Images Signature
Parentalité

Droit de visite des pères : voici le seul avis qui compte, celui des concernées

9
Source : Pixelshot
Parentalité

Les 5 objets pratiques pour partir en vacances avec un bébé

11
Source :  idal de Getty Images Pro
Parentalité

Des moutons pour remplacer les élèves ? Cette école l’a fait (et il y a une triste raison à cela)

4
Source : damircudic de Getty Images Signature
Parentalité

Le gouvernement va-t-il ENCORE se planter avec la création du congé de naissance ?

9

Pour les meufs qui gèrent