Sécher l’école jeudi et vendredi, la solution pour passer Noël avec les grands-parents ?


Les absences seront tolérées jeudi et vendredi dans les établissements scolaires afin de permettre aux familles qui le souhaitent de s'autoconfiner pendant une semaine avant le réveillon.

Sécher l’école jeudi et vendredi, la solution pour passer Noël avec les grands-parents ?

Et si cette année les vacances de Noël démarraient deux jours plus tôt à cause du coronavirus ? C’est l’une des pistes proposées par le Conseil scientifique pour éviter l’apparition d’une troisième vague suite aux fêtes de fin d’année.

Pour freiner l’épidémie de Covid-19, on le sait, il vaut mieux limiter les réunions familiales et amicales, et en particulier les repas qui sont des moments importants de contamination.

Un auto-confinement d’une semaine avant Noël

Mais si vous tenez vraiment à vous rassembler avec vos proches pour Noël, et qu’il y a parmi eux des personnes âgées ou fragiles, le Conseil scientifique a émis quelques recommandations dans une note parue ce weekend.

Celle-ci préconise notamment de s’autoconfiner strictement pendant une semaine avant le réveillon familial.

L’objectif étant de limiter au maximum les contacts avec des personnes extérieures à votre foyer avant d’aller retrouver vos parents ou grands-parents afin de ne pas les contaminer.

Les adultes sont ainsi invités à poser des congés ou à télétravailler, tandis que les enfants et adolescents peuvent eux sécher les cours.

Une tolérance pour les absences à l’école, au collège et au lycée les 17 et 18 décembre

Dans une note parue ce weekend, le Conseil Scientifique préconise en effet de :

« Laisser une tolérance aux familles qui le peuvent et qui le souhaitent d’élargir de 2 jours la période des vacances scolaires afin que l’auto-confinement de 1 semaine soit également possible pour les enfants. Il est donc recommandé de ne pas pénaliser les absences scolaires des 17 et 18 décembre. »

Le cabinet du ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer a confirmé à l’AFP lundi 14 décembre qu’une « tolérance » serait appliquée jeudi 17 et vendredi 18 décembre pour les élèves des écoles, collèges et lycées.

Si vous retenez cette option pour votre enfant, sachez que vous devez tout de même prévenir l’établissement scolaire de son absence.

Et si vous craignez de manquer d’idées pour occuper votre progéniture, n’hésitez pas à aller notre article sur le sujet qui date du premier confinement (ça parait si loin déjà…).

Faire un test avant Noël ou pas ?

Le Conseil scientifique précise également dans cette même note quelle stratégie adopter vis-à-vis des tests en distinguant deux cas de figure.

Si vous avez des symptômes (fièvre, toux, fatigue, etc) dans la semaine précédant le repas de fête, vous devez vous faire tester et vous isoler en attendant les résultats. Si le début des symptômes est récent (moins de trois jours) vous pouvez faire un test antigénique, sinon, c’est un test PCR que vous devez réaliser.

Si vous êtes asymptomatique et que vous vous demandez si vous devez faire un test 2 ou 3 jours avant le rassemblement familial par sécurité, le conseil scientifique préconise de réfléchir à vos contacts dans la semaine précédente.

  • Si vous avez pris des risques en multipliant les contacts ou en côtoyant une personne testée positive, un test PCR ou à défaut antigénique peut être réalisé.
  • Si vous vous êtes autoconfiné·e et que vous avez été prudent, alors « les tests n’ont pas, ou peu, d’intérêt ». 

Attention au sentiment de fausse sécurité !

Dans tous les cas, le Conseil scientifique préconise de passer le test le mardi, mercredi ou jeudi précédant le réveillon (à condition d’avoir les résultats du test à temps) et de se méfier du sentiment de « fausse sécurité » apporté par les tests.

Vous pouvez en effet très bien être contaminé dès la sortie du labo malgré un résultat de test qui ressortira négatif.

« Les tests virologiques négatifs, en particulier les tests antigéniques compte tenu de leur moindre sensibilité, ne permettent pas d’exclure une infection et l’application des gestes barrières demeure primordiale dans ce cas de figure. »

En ayant recours aux tests quand cela est pertinent et en pratiquant au maximum l’autoconfinement, vous devriez aborder les fêtes en famille avec un peu plus de sérénité. N’oubliez pas pour autant de continuer à porter le masque en intérieur, à garder vos distances et à ne pas tousser sur la bûche. Vos proches et les soignants vous remercieront !

Clémence Boyer

Clémence Boyer


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!