Mes règles sont décalées pendant le confinement, c’est normal ?

Pendant le confinement, tu vois ton cycle menstruel complètement perturbé et décalé ? Ne t'inquiète pas, tu n'es pas la seule !

Mes règles sont décalées pendant le confinement, c’est normal ?©Anthony Tran/Unsplash

Depuis le 17 mars 2020, la France est en confinement national pour tenter d’endiguer la pandémie de coronavirus.

Je ne te l’apprends pas, chère lectrice, qui dit confinement et pandémie dit stress, choc, inquiétude pour sa vie et celle de ses proches, questionnements sur notre futur individuel et collectif…

Et pour certaines, cycle menstruel chamboulé.

Retard de règles pendant le confinement lié au coronavirus

Depuis plusieurs jours affluent sur Internet des articles et des témoignages indiquant que beaucoup de femmes voient leurs règles complètement décalées pendant ce confinement.

Parmi les personnalités publiques qui se sont exprimées sur le sujet, il y a notamment Lauren Bastide, créatrice du podcast La Poudre, qui a confié que son cycle semblait déréglé.

Par la suite, Ovidie, sur son compte Twitter, a fait un sondage pour questionner ses followers sur leur cycle menstruel, elle qui attend également des nouvelles de ses règles pour l’instant absentes :

Certaines femmes attendent leurs règles avec du retard, d’autres constatent que leurs douleurs de menstruations ont diminué ou augmenté.

Et moi-même, si j’écris cet article en ce moment, c’est parce que je vois mon cycle perturbé et que j’ai passé quelques jours à m’en inquiéter !

J’ai également reçu ce week-end le témoignage d’une madmoiZelle de 26 ans, elle aussi inquiétée par ses perturbations de cycle :

« Nous voici mi-mars, le Président de la République vient de nous annoncer que la France est en confinement.

À ce moment-là, mes règles ont débuté la veille ; je suis super contente de les avoir maintenant et pas plus tard, une fois que le confinement sera bien installé, ma patience à bout de souffle et mes nerfs en pelote.

Les jours passent, pas de saignements mais au niveau des symptômes je suis servie ! Les douleurs dans les seins sont fortes, j’ai beaucoup plus de fièvre que d’habitude et un transit en vrac.

Mais au bout de 5-6 jours, tout passe et je me réjouis d’avance de voir les symptômes disparaître.

Sauf que… la douleur dans mes seins continue et s’intensifie. Je commence à faire le yoyo émotionnel : je passe d’un état neutre à une envie de chialer en un battement cil, puis à un état neutre de nouveau et cela 10 fois par jour.

Cela va durer quelques jours, quand soudain : du sang !

Punaise je ne l’ai pas vu venir. On est dimanche 26 mars. Mes règles se sont normalement terminées le week-end d’avant. Alors pourquoi ?

Je commence à me poser 1000 questions, envisager les scénarios catastrophes (avec des hormones en vrac, c’est fou le talent de scénariste que je peux avoir).

Et finalement, je tombe sur les tweets d’Ovidie qui nous demande si nous aussi on a des règles chamboulées.

À l’heure où j’écris ce message, mes règles ne sont pas terminées. J’ai comme l’impression qu’elles vont s’éterniser un peu plus longtemps que prévu. Merci le confinement.

Je pense que j’ai sous-estimé le stress amené par tous ces changements et que je ne me suis sans doute pas assez écoutée. Peut-être que mon corps veut me dire quelque chose.

Je me laisse encore quelques jours. Si la situation persiste j’essayerai de trouver un médecin ou gynéco pour une consultation en visio.

Je ne veux pas m’alarmer (ni alarmer potentiellement les personnes qui me lisent et se retrouvent dans la même situation que moi) mais passé un certain temps, c’est toujours bien de faire appel à ceux qui savent, histoire de vérifier qu’il n’y a rien de grave.

En attendant, je prends mon mal en patience. Je m’instaure une routine, j’alterne télétravail et occupations personnelles. J’essaye de me détendre, de me faire du bien.

Je suis surtout rassurée de voir que je ne suis pas seule ! »

Grossesse et IVG en période de confinement

Je ne sais pas toi, mais moi, la première chose que j’ai faite à l’annonce du confinement, c’est acheter deux tests de grossesses urinaires et une boîte de capotes.

Eh oui, étant confinée avec mon mec et n’ayant pas de contraception en dehors du préservatif, ma crainte première a été de me retrouver enceinte en pleine pandémie avec un personnel soignant sur-sollicité.

Comme je suis loin d’être la seule à m’inquiéter, Faustine a écrit deux merveilleux articles qui répondent à toutes tes questions si tu crains d’être enceinte pendant ce confinement, et si tu ne sais pas comment gérer ta contraception :

Parce que oui, en cette période inédite de pandémie, l’important si tu observes un retard de règles et que tu as eu des rapports sexuels potentiellement risqués, c’est de faire un test de grossesse urinaire !

Les pharmacies sont ouvertes et aller acheter un test de grossesse fait évidemment partie des achats de première nécessité, alors si tu es inquiète, n’hésite surtout pas !

Comment bien faire un test de grossesse ?

Les tests de grossesses urinaires ont une fiabilité comprise entre 98 et 99%. Ils peuvent donc donner un résultat erroné dans 1 à 2% des cas selon leur marque et leur sensibilité.

Cette différence de sensibilité et donc d’efficacité tient dans leur capacité à détecter le taux d’homornes bêta-HCG (hormone sécrétée lors d’une grossesse).

Certains tests sont capables de détecter les hormones bêta-HCG à partir de 25 UI/litre, ce qui est une très faible quantité.

Pour faire correctement un test de grossesse, il est préférable de :

  • Bien lire la notice d’utilisation du test acheté, et/ou demander directement conseil à l’achat en pharmacie
  • Le faire le matin, avec le premier jet d’urine au réveil
  • Faire pipi dans un récipient et tremper la languette du test dedans plutôt que de faire pipi directement sur le test
  • Bien respecter le temps d’immersion de la languette indiqué sur la notice d’utilisation (environ 10 secondes en général)
  • Bien attendre le délais de résultat inscrit sur la notice d’utilisation (environ 3 à 5 minutes en général)

Une fois l’urine sur la languette et le temps d’attente respecté, plusieurs résultats peuvent apparaître, selon le type de test acheté :

  • Aucun trait ne s’affiche : le test a été mal fait, il faut le refaire
  • Un seul trait s’affiche : le résultat est négatif
  • Deux traits s’affichent : le résultat est positif
  • Un trait est bien net, et l’autre apparait de façon beaucoup moins nette : le résultat est probablement positif
  • Un – : le test est négatif
  • Un + : le test est positif

Il arrive pour les grossesses très précoces que, selon la sensibilité du test, le faible taux de bêta-HCG présent dans l’urine ne soit pas bien détecté et fasse apparaître un deuxième trait très clair, presque inexistant.

Si jamais c’est le cas, il faut impérativement confirmer le résultat par une prise de sang. Elle peut être faite sans ordonnance dans n’importe quel laboratoire d’analyses, le coût sera alors d’environ 18€ sans remboursement.

Ou elle peut être faite avec ordonnance d’un médecin généraliste ou d’un ou une gynécologue, elle sera alors prise en charge par la sécurité sociale.

Un faux négatif peut aussi être envisagé. Si le retard de règles persiste dans la durée, il est souhaitable de refaire un test urinaire ou un test sanguin pour s’assurer du résultat.

Pourquoi tes règles sont-elles perturbées par le confinement ?

Si tu as déjà écarté le risque de grossesse des causes de ton retard de règles ou de ta perturbation de cycle, respire un bon coup et laisse à ton corps le temps d’encaisser tous ces chocs émotionnels auxquels il est exposé !

J’ai demandé à notre gynécologue préférée Laura Berlingo, docteur de référence de notre podcast Coucou le Q, ce qui pouvait occasionner un retard de règles :

« Il faut différencier 2 choses : le simple retard de règles de quelques jours ou semaines, et ce qu’on appelle une aménorrhée secondaire, c’est à dire une absence de règles de plus de 3 mois.

Les causes d’un retard de règles peuvent être multiples :

  • Changement de contraception, arrêt d’une pilule
  • Stress, voyage, fatigue intense, activité physique inhabituelle, choc émotionnel
  • Prise ou perte de poids importante
  • Ovulation plus tardive que d’habitude ou pas d’ovulation (sans raison particulière)

En cas d’aménorrhée secondaire il faut consulter un médecin pour faire un bilan clinique et biologique. Il est possible que ce soit sans gravité, mais il est aussi possible que ça révèle une maladie sous-jacente. »

Pendant cette période de confinement tout particulièrement, Laura Berlingo insiste fortement pour ne prendre aucun risque :

« Effectivement, une situation stressante (genre être confinée et angoissée pour soi/ses proches/le monde) peut perturber le cycle menstruel : règles plus rapprochées ou au contraire plus éloignées voire absence totale de règles pendant un petit moment.

Le cycle peut être perturbé par le confinement ; dans la très grande majorité des cas ce n’est pas grave.

Mais s’il y a un retard, des saignements inhabituels ou des douleurs au moment où les règles devaient arriver, il faut impérativement faire un test de grossesse urinaire !

S’il est positif, il faut consulter les urgences gynéco qui restent ouvertes 7j/7 24h/24 !

Si des douleurs importantes et inhabituelles sont ressenties, il ne faut pas non plus hésiter à se rendre aux urgences gynécologiques les plus proches de chez soi ! »

Je t’invite, si tu le souhaites, à suivre le docteur Laura Berlingo sur Instagram, tu retrouveras dans sa story à la Une « GYNECOVID » des informations utiles !

Et toi, est-ce que ton cycle menstruel est perturbé pendant ce confinement ?

À lire aussi : J’ai avorté en plein confinement

Oceane

Oceane

Océane est chargée des témoignages sur madmoiZelle ! Sa passion, c’est vos vies, surtout quand elles lui font réfléchir à la sienne. Elle aime aussi le froid, les arbres et les avocats.

Tous ses articles

Commentaires

Estzlle

Je suis contente de voir cet article. J'ai eu quelques jours d'avance au début du confinement et la j'ai des saignements alors que je ne devrais avoir mes règles que dans quasi 10 jours... étant sous pilule je ne sais pas si ce que vous décrivez s'applique ou si je dois m'en inquiéter...
j"ai eu des saignements (très peu abondant, pas comparable à des règles) en dehors de mes règles, sous pilule, il y a quelques années et après prise de sang il s'est avéré que ma pilule combinée (=oestroprogestative = "pilule classique") était contre-indiquée à cause d'un taux quelconque trop bas dans mon sang (je ne sais plus ce que c'était mais à part le problème pour la pilule, c'était bénin et pas sujet à inquiétude). Du coup le gynéco m'avait prescrit une pilule progestative (= "micro-pilule"). Mais je n'avais consulté que bien après ces saignements (plusieurs semaines voire plusieurs mois) et je n'avais pas eu de problèmes donc si c'est ça je te conseille de consulter assez rapidement mais pas la peine de paniquer non plus. Dans l'absolu, des saignements exceptionnels peu abondant et pas douloureux (en dehors d'une grossesse), ce n'est pas normal et il vaut mieux consulter mais je ne pense pas qu'il faille courir aux urgences, surtout dans ce contexte. Le mieux c'est peut-être d'appeler ton généraliste ou gynéco, je sais que plusieurs font des téléconsultations, au moins pour décider si ça peut attendre ou si il vaut mieux approfondir rapidement.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!