Mes parents m’ont interdit de prendre l’accent toulousain

Faustine est d’origine toulousaine. Quand elle est devenue stagiaire chez madmoiZelle, l’équipe a été fort étonnée que sa voix n’embaume pas le cassoulet. Eh oui, Faustine n’a pas d’accent ! Elle t’explique pourquoi.

Mes parents m’ont interdit de prendre l’accent toulousain@hoangdat302/unsplash

Publié le 16 janvier 2020

« Paing », « lapaing », « copaing »… Si tu viens de la ville rose, tu n’es sûrement pas peu fière de ton accent toulousaing et de ses sonorités si chantantes et ensoleillées.

Malheureusement, je n’ai pas eu la chance de cultiver mon accent toulousain, je ne suis donc pas à 100% un pur produit du Sud-Ouest (à défaut j’ai pu devenir une grosse cagole en étudiant à Aix-en-Provence par la suite) (mais c’est un autre sujet).

La raison ?

Mes chers parents sont ch’tis, ils ont grandi à Lille… et ils ont refusé que je prenne l’accent du Sud !

Chère collègue toulousaine, si tu me lis, je vois clair dans tes pensées… Quels parents indignes, quelle honte ! Mais pour quelle raison ont-ils commis ce crime ?

Était-ce par chauvinisme ch’timi ?

Étaient-ils aveuglés par leur amour inconditionnel des baraques à frite, des moules et de Dany Boon ?

L’accent, un facteur de discrimination ?

En fait, l’accent est un marqueur social, c’est-à-dire que, théoriquement, plus on monte sur l’échelle sociale, moins on a d’accent.

Pour schématiser, un fort accent peut être associé par certains et certaines à la beauferie, alors que parler français sans accent, ça ferait plus classe, plus cultivé.

Ce n’est pas mon avis, mais les discriminations et moqueries à cause de l’accent existent.

D’ailleurs, on demande aux personnes qui veulent travailler dans certains milieux de gommer leur accent, comme en politique… ou en journalisme !

Bon, chez madmoiZelle, on est autorisées à le garder, mais tu en conviendras, la présentatrice ou le présentateur du journal télévisé de 20h a rarement un accent perpignanais à couper au couteau.

Accent toulousain et accent ch’ti, même combat ?

Cependant, j’ai l’impression que l’accent ch’ti a une connotation différente de l’accent toulousain.

Cette mad aux intonations nordiques parle mieux que moi des discriminations qu’elle a subies :

« Une personne ayant l’accent chantant du Sud sera considérée comme sexy, chaud, exotique. Quand tu as l’accent du Nord ou de l’Est, tu es un cassos. Voilà. »

Mes parents associent un fort accent ch’ti à un manque de classe. Mes grands-parents leur ont appris qu’ils ne devaient pas avoir un accent nordique trop prononcé.

Et par extension, mes géniteurs considèrent que c’est mieux de ne pas avoir d’accent, quel qu’il soit. D’où leurs nombreux :

« RÔSE, Faustine, pas RAAASE !!! »

En me corrigeant quand je revenais de l’école avec des « aing » plein la bouche, ils pensaient bien faire, estimant par exemple que cela m’éviterait de subir, plus tard, des discriminations au travail.

Grandir à Toulouse sans accent toulousain

Cependant, en grandissant à Toulouse, j’ai pu rencontrer des gens de toutes les classes sociales qui ne cherchaient pas à cacher leur accent, mais au contraire le revendiquaient !

L’accent toulousain était une vraie fierté.

Au final, c’est mon absence d’accent qui a parfois été un facteur d’exclusion…

Mes camarades m’ont traitée de « fausse Toulousaine », jugement émis aussi à cause mes origines nordiques (Lyon étant déjà « le Nord » pour les habitants de la ville rose, Lille a des airs de terre glacée et inhospitalière).

Le Nord de la France vu par les Toulousaines et Toulousains

J’ai bien essayé de prouver à mes pairs, dictionnaire à l’appui, que la phonétique de « jaune » était bien « jône » et pas « jaaane »… mais, même avec l’évidence sous les yeux, ils refusaient de me croire.

Avec ou sans accent, assume-toi !

Ce que j’ai envie de te dire, à toi qui me lis, c’est que ta façon de parler, avec ou sans accent, fait partie de qui tu es.

D’une part, modifier ta façon de parler va te demander des efforts considérables. D’autre part, rien ne justifie que tu te prives de t’exprimer à cause d’une honte due à ton accent.

Tu connais peut-être Alexandra Rosenfeld, une ex-Miss France élue en 2006 qui a choisi d’assumer son accent héraultais ?

Cela ne l’a pas empêchée de gagner l’élection des Miss, d’être un temps journaliste sportive et présentatrice télé, avant de devenir business woman !

Alors vive le cassoulet, vive les moules frites, et les accents qui vont avec ♥

À lire aussi : J’ai un accent, et c’est quoi le problème ?

Faustine M

Faustine M


Tous ses articles

Commentaires

Frankie.

@skippy01 merci pour ces infos ! Ça ne m'étonne pas que ce soit arrivé ailleurs qu'en France, c'est vrai que dans mes cours de linguistique ça restait centré sur le cas de la France métropolitaine parce que j'étais en licence/master d'anglais, donc le français n'était pas le sujet principal et on abordait quasiment jamais le cas d'autres pays francophones, c'est vraiment dommage
 
Dernière édition :

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!