Live now
Live now
Masquer
[Site web] Visuel horizontal Édito (22)
Société

PPDA : pourquoi la publication du livre « Le Prince noir » pose problème

Publié ce 8 février chez Fayard, « PPDA, le Prince noir », est un portrait-enquête sur l’ex-star du 20 Heures, qui fait l’objet de nombreuses plaintes pour viols et agressions sexuelles. Son auteur, Romain Verley, y relate en détail l’agression vécue par l’une des victimes de Patrick Poivre d’Arvor… sans son consentement.

Peut-on choisir à la place d’une victime de publier, sans son consentement, les détails de sa propre agression, sous prétexte d’une « vérité journalistique » ? C’est toute la question que pose la publication, ce jour, de PPDA, le Prince noir, un portrait fouillé de l’ex-star du 20 Heures dans lequel son auteur affirme avoir rencontré de nouvelles victimes.

Évidemment, la réponse est non. C’est pourtant ce qu’assurent les éditions Fayard, à travers la voix de sa PDG, Isabelle Saporta, et du journaliste Romain Verley, auteur du livre problématique.

« Le Prince noir » relate en détail l’agression de l’une des victimes de PPDA

La polémique débute alors que Fayard s’apprête à publier un livre-enquête sur Patrick Poivre d’Arvor, contre lequel 22 femmes ont porté plainte, dont 11 pour viol. Écrit par le journaliste Romain Verley, également à l’origine d’un numéro de « Complément d’enquête » autour de PPDA diffusé sur France 2, le livre relate, en détail, le récit de l’agression de l’une des victimes de PPDA, alors qu’elle avait 19 ans. Dans l’ouvrage, cette dernière est directement nommée. Sauf qu’elle assure n’avoir jamais rencontré Romain Verley, et ne jamais lui avoir parlé dans le cadre de ce livre.

Si comme le rapporte Le Parisien, la plaignante avait bel et bien participé à une émission collective organisée par Mediapart, dans laquelle de nombreuses victimes de PPDA témoignaient, elle n’avait jamais détaillé les faits constitutifs de la plainte qu’elle avait déposée en juin 2021. Romain Verley ayant simplement récupéré son témoignage dans les extraits de son audition à la police en mars 2021.

Atteinte à la vie privée

Par la suite, la plaignante avait alors assigné en justice l’éditeur et l’auteur du livre pour atteinte à la vie privée, et demandé à ce que la parution du livre soit conditionnée à la suppression des passages relatant son agression, « pour protéger sa vie privée et son entourage familial et professionnel », sous astreinte de 500 euros par jour de retard. Comme le relate le Canard Enchaîné du 8 février, dix des accusatrices de PPDA avaient aussi écrit à Romain Verley et son éditrice : «  Nous sommes consternées par la lecture de votre livre (…). Vous vous vantez d’avoir des « témoignages exclusifs » et d’avoir recueilli le récit des plaignantes. Sur la centaine de femmes qui ont raconté ce que leur a coûté leur rencontre avec Patrick Poivre d’Arvor, seules quatre ont accepté de vous parler (…) ».

Mardi 7 février, le Tribunal de Grande Instance de Paris s’est pourtant prononcé en faveur de la publication du livre, dans une décision vigoureusement critiquée par plusieurs victimes de PPDA, dont Hélène Devynck :

« Elles doivent comprendre que Romain Verley va les aider »

Des réactions dénoncées par Isabelle Saporta, PDG des éditions Fayard, qui a accusé les victimes de vouloir « museler la vérité journalistique » : « Tout a été fait selon les règles de l’art. La vérité journalistique n’est pas là pour faire plaisir. Je suis très étonnée que, venant de la part de femmes journalistes, il y ait une volonté de museler. Elles doivent comprendre que Romain Verley va les aider à mettre à bas ce système. C’est une force pour elles ».

Une réaction qui peut légitimement faire bondir. Surtout que, si Isabelle Saporta met en avant les « règles de l’art journalistiques », son auteur reconnait de son côté, selon le Canard Enchaîné du mercredi 8 février qu’il aurait « dû effectivement la contacter » [la victime, NDLR]. Les règles de l’art, vraiment ?


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

12
Avatar de Bloem
9 février 2023 à 13h02
Bloem
C'est écœurant.
Il pouvait se baser sur les témoignages disponibles publiquement. Il pouvait, si les personnes étaient d'accord, publié les témoignages qu'il a lui-même receuilli. En revanche utilisé une déposition, qui n'avait pas fuitée avant pour raconter en détail un viol... Franchement c'est n'avoir aucune considération pour la personne.
5
Voir les 12 commentaires

Plus de contenus Société

Source : Alex Green
Société

« Je me suis retrouvée dans des situations dangereuses » : Lucie, ex-travailleuse sociale auprès des auteurs de violences conjugales

1
Source : Madmoizelle
Société

Congélation d’ovocytes : « On m’avait dit que ce serait un parcours du combattant, mais c’est bien pire »

5
Source : Phillip Pessar / Flickr
Actualités mondiales

Aux États-Unis, un ado meurt après le « One Chip Challenge », énième défi dangereux

Source : Canva Pro
Société

Plusieurs associations appellent à intensifier la lutte contre la LGBTphobie en milieu scolaire

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Poupette Kenza accusée d’avoir tenu des « propos antisémites », la Dilcrah saisit la justice

5
Source : Creative Commons
Daronne

Doliprane pour enfant : attention à certaines pipettes défectueuses, alerte l’ANSM

Damien Abad
Société

L’ancien ministre Damien Abad mis en examen pour tentative de viol

Deux femmes s'embrassent sous un drapeau arc-en-ciel, symbole LGBT © Gustavo Fring de la part de Pexels
Société

La Gen Z, plus LGBT+ que ses ainées ? Une étude le confirme

2
delia-giandeini-unsplash lgbtqi lives matter
Actualités mondiales

En Argentine, trois femmes brûlées vives parce que lesbiennes

1
Source : Canva
Société

Les actes LGBTphobes ont explosé en 2023

1

La société s'écrit au féminin