Live now
Live now
Masquer
Twitch_booth_42607003590
Société

Pourquoi vos twitcheuses préférées risquent de ne pas streamer ce 1er septembre

Sur Twitch, des streameuses appellent à une journée de boycott pour faire pression sur la plateforme et améliorer la protection des créateurs et créatrices frappées par des raids haineux.

Mi-août, Twitch répondait aux critiques sur son manque d’engagement pour lutter contre le harcèlement et les raids haineux que subissent bon nombre de streameurs et streameuses — notamment les femmes, les personnes racisées, les personnes LGBTQI+ qui créent du contenu sur la plateforme.

Les twitcheuses à l’origine de #TwitchDoBetter ont décidé de passer à la vitesse supérieure : le 1er septembre, elles ne streameront pas. Elles invitent tous les créateurs et créatrices de la plateforme à une journée entière sans stream, portée par le hashtag #ADayOffTwitch :

Cette initiative n’est pas la première du genre. En juin 2020, un boycott avait aussi été lancé pour les mêmes raisons, à travers le hashtag #TwitchBlackout.

Certains ont déjà fait part de leur intention de participer au boycott, mais ont aussi invité chaque personne à faire le choix de participer ou non en son âme et conscience.

« C’est un bon jour pour rappeler que le 1er septembre est #ADayOffTwitch. Personne ne devrait avoir peur de se lancer en live ou d’être sujet au harcèlement parce qu’il passe du temps à faire quelque chose qu’il aime. Les jeux sont pour tout le monde. L’esport est pour tout le monde. La création de contenu est pour tout le monde. »

« Je me retire mercredi pour apporter ma petite pierre à l’édifice du boycott de Twitch. Les créateurs sont constamment bombardés de vagues de haine par des bots et qu’on attende d’eux qu’ils gèrent ça par eux-mêmes est inacceptable. La plateforme toute entière en souffre. »

« J’ai décidé d’annuler le stream d’aujourd’hui. Je vais saisir cette occasion pour me reposer et revenir après le boycott de Twitch pour #ADayOffTwitch. J’encourage tous mes amis LGBTQI+ streameurs à faire ce qu’ils leur semblent le mieux pour eux. »

D’autres ont émis des réserves comme la comédienne Jordan Raskopoulos :

« En tant que streameuse trans qui tente d’approcher le top, je reçois de multiples raids haineux et des bots chaque fois que je fais des lives et il semble que le but de ces actions soit de pousser les créateurs hors de la plateforme. Je ne veux pas agir d’une façon qui me fasse moi et les autres céder les espaces de joie et de célébration que nous détenons et que nous protégeons. Je veux que les personnes marginalisées et ciblées prennent encore plus d’espace pendant ce moment de protestation. »

Ce 1er septembre, pas de stream sur la chaîne Twitch de Madmoizelle

Vous vous demandez sûrement notre position, ici, chez Madmoizelle sur cette épineuse question du boycott.

Il n’y aura pas la désormais traditionnelle Matinale ce mercredi, en signe de « soutien au mouvement » explique Shakaam, streameuse et cheffe de pôle Twitch, qui à titre personnel trouve que ce boycott « est très intéressant et important, mais mal communiqué » :

« Il y a déjà eu ce mouvement l’année dernière, mais peu de streamers sont au courant puisque les gros influenceurs n’en parlent pas, ce qui amène à de l’incompréhension et à des critiques injustifiées envers les streamers qui livent quand même ce jour-là parce qu’ils ne sont pas au courant. Beaucoup de streamers et streameuses souhaitent aussi streamer ce jour-là pour discuter du problème et en profiter pour communiquer à ce sujet. »

Ce jour sans Twitch peut-il peser dans la balance ? Ou devra-t-il être suivi de nombreuses autres actions pour qu’enfin les voix des streameurs et des streameuses soient entendues ? L’avenir nous le dira. 

À lire aussi : Le #BikiniGate de Twitch vu par les streameuses : « C’est juste pour critiquer les femmes »

Crédit photo : Gage Skidmore from Peoria, AZ, United States of America, CC BY-SA 2.0, via Wikimedia Commons

Les Commentaires
2

Avatar de RainyMood
1 septembre 2021 à 07h59
RainyMood
C'est vraiment le genre de truc que je ne comprend sincèrement pas. Les femmes sont deja invisibilisées en temps normal, pourquoi s'effacer encore plus sous pretexte de militer ? Ce serait pas plus pertinent que ce soit les hommes qui s'effacent au profils des femmes comme dit plus haut ? Parce que les mecs, ils s'en foutent que les femmes fassent ça, au contraire, ils auront plus d'audience.
1
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Société

Féminisme
michaela-coel

« Je dédie ce prix à toutes les survivantes de violences sexuelles » : Michaela Coel bouleverse les Emmy’s 2021

Kalindi Ramphul

20 sep 2021

Arts & Expos
Larc-de-triomphe-empaqueté-de-Jeanne-Claude-et-Christo

Jeanne-Claude, l’artiste cachée derrière l’Arc de Triomphe empaqueté (pas que par Christo)

Anthony Vincent

17 sep 2021

4
Société
pexels-pixabay-harcelement 2010

Harcèlement en ligne : que se passe-t-il sur Tik Tok contre les enfants nés en 2010 ?

Beauté
LEurope-veut-durcir-ses-lois-contre-les-tests-sur-les-animaux

L’Europe veut durcir ses lois contre les tests sur les animaux, et vous pouvez agir

Anthony Vincent

17 sep 2021

Société
skam france – tenue vestimentaire

Et si on sortait enfin des polémiques sur les crop tops dans les écoles ?

Maëlle Le Corre

16 sep 2021

9
Actu mondiale
rickia young – the philadelphia inquirer

Aux États-Unis, l’histoire de Rickia Young montre que la police est prête à tout pour redorer son image

Maëlle Le Corre

16 sep 2021

3
Médias
women dont regret abortion usa – vertical format

Annuler un avortement, c’est impossible, mais les anti-IVG mettent la thune pour vous faire croire l’inverse

Maëlle Le Corre

16 sep 2021

5
Beauté
Emmaeus-ouvre-une-boutique-solidaire

Emmaüs ouvre sa première boutique beauté solidaire : un espace moins cosmétique qu’il en a l’air

Anthony Vincent

16 sep 2021

2
Psychologie
Conversation-mémoire-covid

« Je l’ai sur le bout de la langue » : la pandémie nous fait perdre nos mots

Psychologie
Consultation-psychologue-tarifs

Le coût de la thérapie : en France, aller voir un psy reste un luxe

La société s'écrit au féminin