Live now
Live now
Masquer
que-fait-la-police
Féminisme

Plus possible de faire lautruche, Darmanin annonce des mesures concernant les plaintes pour violences sexuelles

21 oct 2021

Quelques semaines après la déferlante de témoignages #DoublePeine, Gérald Darmanin adresse le problème de la prise en charge des victimes de violences sexuelles et/ou conjugales par les forces de l’ordre.

La double peine. C’est la métaphore — devenue un hashtag puis un collectif féministe — utilisée pour désigner le mauvais accueil trop souvent réservé aux victimes de violences sexuelles lorsqu’elles portent plainte.

Minimisation des actes, culpabilisation de la victime, questions intrusives, refus de prendre la plainte… les exemples sont nombreux, et les prises de parole ne peuvent plus être ignorées. Gérald Darmanin a donc diffusé des recommandations visant à améliorer la prise en charge des personnes victimes de violences sexuelles et/ou conjugales souhaitant porter plainte.

Les mesures pour améliorer la prise en charge des victimes de viol souhaitant porter plainte

« Il y a encore à rappeler certaines choses », a euphémisé le ministre de l’Intérieur lors d’un déplacement à Avignon, comme le relate Le Monde.

Un document transmis aux préfets et consulté par l’AFP, également signé de Marlène Schiappa, ministre déléguée à la citoyenneté, contient plusieurs recommandations et précisions, dont :

« […] Cette présence de l’avocat n’est pas obligatoire mais [elle] ne peut en aucun cas être refusée par les services de police et de gendarmerie. […] »

Les consignes rappellent que « L’examen dans une unité médico-judiciaire doit être systématiquement envisagé lorsqu’une victime se présente pour dénoncer des faits d’abus sexuels et une information sur une prise en charge psychologique doit être donnée ».

Sur l’Instagram d’Anna Toumazoff, militante féministe et l’une des fondatrices de #DoublePeinne
Sur l’Instagram d’Anna Toumazoff, militante féministe et l’une des fondatrices de #DoublePeinne

Autre mesure récemment révélée : la possibilité, actuellement expérimentée, de ne pas avoir à se rendre en poste de police ou gendarmerie pour porter plainte : les forces de l’ordre pourraient se déplacer « chez autrui, au domicile de la personne, chez une amie de cette personne, ou dans une mairie, ou dans un cabinet d’avocat, pour prendre la plainte sur place et pas seulement dans un commissariat de police », explique le ministre de l’Intérieur.

Un dispositif permettant de porter plainte à l’hôpital est également en test.

À quand une meilleure formation des forces de l’ordre ?

Rarissime début d’aveu de manque de formation des forces de l’ordre, le document évoque aussi l’importance pour les supérieurs de s’assurer du « bon niveau d’expérience » des personnes se chargeant de « la prise en charge et la conduite des auditions ».

Gérald Darmanin a également rappelé plusieurs évidences voire obligations légales, « […] notamment le fait que l’avocat est quoi qu’il arrive autorisé lors d’un dépôt de plainte et qu’il est évident que les plaintes doivent être prises à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit ».

Près de trois ans après que les chefs de la police et de la gendarmerie française ont admis que la prise en charge des victimes de violences sexuelles laisse à désirer, et au rythme des alertes régulières concernant la formation des forces de l’ordre, difficile d’ignorer que le problème doit être traité à la racine.

Et comme l’affirme le ministre lui-même :

« La qualité de traitement de ces faits doit être une priorité. »

C’est dit. Maitenant, on attend de voir.

À lire aussi : Pourquoi je n’ai pas porté plainte après mon viol

Crédit photo : ev (Unsplash)

Les Commentaires
1

Avatar de Cococinulle
21 octobre 2021 à 20h21
Cococinulle
Darmanin qui s'occupe des plaintes pour violences sexuelles, je suis désolée, mais je ne peux pas m'empêcher d'avoir la gerbe
6
Réagir sur le forum

Plus de contenus Féminisme

Féminisme
Rihanna

Laissons Rihanna et son utérus tranquille, bon sang

Camille Abbey

03 déc 2021

2
Santé sexuelle
Portrait de Camille Spire

La présidente de AIDES explique pourquoi la lutte contre le VIH concerne aussi les femmes

Féminisme
Ndèye Fatima Dione

« L’affaire du viol suivi de la grossesse dont a été victime la Miss Sénégal est représentative de la culture du viol dans le pays »

Santé sexuelle
Main touchant une mangue

S’ausculter la chatte pendant des ateliers d’auto-examen, un acte aussi militant que rassurant

Féminisme
Madonna

« Sexisme, âgisme et misogynie » : Madonna s’oppose à la censure d’Instagram

Camille Abbey

30 nov 2021

2
Témoignages
maid-violences

C’est un épisode de Maid qui m’a aidée à réaliser que j’avais subi des violences conjugales

Aïda Djoupa

29 nov 2021

9
Féminisme
camille-lellouche-7-a-8-TF1

« J’étais complètement sous son emprise » : Camille Lellouche se livre sur les violences conjugales qu’elle a subies

Maëlle Le Corre

29 nov 2021

Sport
Photo Didier Bonin

On vous emmène dans un cours de strip tease visant à… piétiner le patriarcat

Mathis Grosos

28 nov 2021

Série télé
Extrait de la docu-série Le Petit Bleu avec Lexie du compte Instagram @aggressively_trans

Toute la pluralité des transidentités est explorée dans cette série-documentaire aussi accessible que passionnante

Anthony Vincent

27 nov 2021

Actualités
Kim-Kardashian-ou-le-victim-blaming

Cinq ans après, les leçons à tirer du cambriolage de Kim Kardashian et des réactions du grand public

Anthony Vincent

26 nov 2021

La société s'écrit au féminin