Live now
Live now
Masquer
La journaliste Laura Raim
Télé

Peut-on jouir dans un monde injuste ? Laura Raim et le philosophe Michaël Foessel s’interrogent sur ARTE

Pour critiquer un système, doit-on en refuser les plaisirs ? Peut-on consommer de manière insouciante dans un monde inégalitaire et aux ressources limitées ? Le plaisir est-il de droite ? Le philosophe Michaël Foessel s’interroge aux côtés de Laura Raim dans Les Idées Larges.

Quand on parle d’engagement écologique, féministe ou citoyen, on parle souvent de colère, d’indignation ou de résilience. Autant de sentiments justifiés vu des injustices qui font notre système, ou de la crise écologique que nous traversons.

Mais, il y a un mais. Et au-delà de la vision collective des échecs de notre société, nous n’en sommes pas moins des individus qui tentent de vivre, d’être heureux, et de jouir. Or, des voyages à la nourriture en passant par la consommation et la culture, où sont les plaisirs qui ne seraient pas coupables ? La gauche aurait-elle délaissé la notion philosophique de plaisir au point de ne plus être capable de le penser autrement que par la privation ?

C’est une des thèses du philosophe de gauche Michaël Foessel, interviewé par Laura Raïm dans Les idées larges sur ARTE.

Les émotions, le plaisir et la politique

En s’interrogeant sur les sentiments engagés par chacune et chacun dans le champ politique, Michaël Foessel trace une distinction nette entre le désir, relié à nos imaginaires, et le plaisir, qui est une expérience palpable.

Si le désir est très présent en politique, ne serait-ce que dans la manière dont on espère un monde meilleur, on a tendance à penser le plaisir immédiat comme un divertissement… Un terme historiquement marqué comme péjoratif par certaines philosophies de gauche, en ce qu’il détournerait des choses importantes. Ensemble, le philosophe et la journaliste reprennent l’histoire de cette notion de plaisir et la manière dont elle a révélé plusieurs pensées de gauche, entre austérité et jouissance.

Selon lui, l’histoire de la gauche et de ses échecs politiques auraient amené les individus à abandonner l’idée de changer le monde pour adopter une forme de militantisme centré sur le changement de soi. Or, pour le philosophe, « Vouloir porter sur soi-même le poids de l’injustice du monde paraît plutôt de nature morale, voire religieuse, plutôt que politique ».

les_idees_larges_jouir_dans_un_monde_injuste
Les idées larges ARTE / Capture d’écran

Sortir de la culpabilité et de la honte

Alors que les conséquences du dérèglement climatique se font de plus en plus violentes partout dans le monde, la conscience que nos ressources naturelles sont limitées amènent à scruter nos pratiques individuelles avec sévérité, et à se refuser des petits plaisirs, que le philosophe nomme les petits luxes. En gros, ce qui est en plus de ce qui nous est nécessaire… et qui fait culpabiliser.

C’est ici qu’entre en jeu la philosophe et psychanalyste Elsa Godart, qui estime que le XXIème siècle serait celui de la culpabilité. Elle soutient qu’emplir notre société d’injonctions individuelles inatteignables est un mécanisme de déresponsabilisation du champ collectif… Et donc de la politique, qui n’a plus à assumer les enjeux sociaux auxquels nous faisons face.

Pour sortir de cette impasse politique, le philosophe prend pour exemple l’occupation des usines de 1936 ou les premiers temps des gilets jaunes, et enjoint à chercher ce qu’il nomme des plaisirs évènements : une joie politique qui récompense l’inattendu et nous invite à imaginer un monde nouveau.

De quoi interroger nos cas de conscience devant des petits luxes individuels, mais aussi l’inertie et la complaisance qui nous poussent parfois à croire que se priver de plaisir, dans un monde injuste, suffira à rendre le monde plus juste et plus égalitaire. Retrouvez cet excellent épisode des Idées larges sur ARTE.tv !

Retrouvez Les idées larges sur ARTE.tv

À lire aussi : Notre corps, outil de libération ou vecteur d’aliénation ? La philosophe Camille Froidevaux-Metterie analyse notre ambivalence

Les Commentaires
4

Avatar de Nastasja
20 juin 2022 à 15h25
Nastasja
Je t'en prie @Guerrière-75
1
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Télé

critique-le-flambeau-canneseries
Série télé

Oh non, Le Flambeau est l’incarnation même de l’expression « tirer sur la corde »

Lifestyle

Changer les codes de la Saint-Valentin ? Mélodie, 23 ans, m’a donné sa vision du 14 février

Humanoid Native
outlander-saison-8
Série télé

Fan d’Outlander ? On a une bonne et une mauvaise nouvelle

1
buffy contre les vampires sarah michelle gellar
Pop culture

Buffy : Sarah Michelle Gellar avait « mauvaise réputation » parce qu’elle défendait les acteurs

2
Anne Hathaway, Meryl Streep et Emily Blunt dans Le Diable s'habille en Prada
Pop culture

Only Murders in the Building : Meryl Streep rejoint le cast de la saison 3 !

the-lesson-critique
Série télé

Vous ne sortirez pas indemne de la série politique israélienne The Lesson, on vous le promet !

capture d'écran de Maya and the three
Série télé

Voici les 4 meilleures séries d’animation à voir en streaming (d’après un avis biaisé et partial)

4
lost-saison-1
Série télé

Alerte coup de vieux : que devient le casting de Lost ?

5
séries disney
Pop culture

Les 8 meilleures séries à voir sur Disney+

noah schnapp coming out
Pop culture

Noah Schnapp (Stranger Things) fait son coming-out gay

1
parks and recreation noel
Pop culture

Quand Noël s’invite dans nos séries feel good, de Friends à Brooklyn Nine Nine

La pop culture s'écrit au féminin