Le président des César annonce une parité au sein de l’Académie

Et si la parité annoncée au sein des votants et des dirigeants des César influait sur celle des nommés et des lauréats ?

Le président des César annonce une parité au sein de l’Académie

Alain Terzian, président de l’Académie des César depuis 2003, a annoncé le 9 février dans Le Journal du Dimanche (Le JDD) qu’il estimait « vital » d’arriver à un réel 50/50 à tous les niveaux de l’Académie.

Il ne s’agit pas d’une parité dans les nommés, mais cette parité au sein de l’Académie pourrait bien venir équilibrer le nombre d’hommes et de femmes nommées sur le long terme.

Une déclaration qui tombe à pic, alors que l’Académie essuie les polémiques liées aux 12 nominations de J’accuse de Roman Polanski, ou au syndrome de la schtroumpfette de Céline Sciamma : il ne semble y avoir de la place que pour une réalisatrice dans le paysage cinématographique français.

Une Académie des César « anachronique »

« Anachronique », c’est le terme employé par Alain Terzian lors de son constat des chiffres actuels dans l’Académie des César :

« Aujourd’hui, sur les 4 680 membres de l’académie, dont 4 313 à jour de leur cotisation, on a 65 % d’hommes et 35 % de femmes. C’est anachronique par rapport à notre société. »

Le JDD renchérit :

En outre, l’assemblée générale ne compte que 17% de femmes (8 sur 47 membres), le conseil d’administration 28,5% (6 sur 21), la moitié des membres étant par ailleurs au moins septuagénaires.

Ces chiffres renforcent ainsi l’idée d’une Académie archaïque et fermée.

Mais en appliquant ces nouvelles mesures de parité, le président des César affirme sa volonté de montrer l’exemple, en espérant que tout le cinéma français suive :

« S’il y a autant de femmes que d’hommes qui votent, ça changera peut-être les nominations et les palmarès ».

Les César 2020 : une cérémonie qui fait polémique

Tu n’es pas sans savoir, lectrice, que la cérémonie de cette année déchaîne les passions et fait couler beaucoup d’encre, à cause des 12 nominations de J’Accuse de Polanski, qui devient le film le plus nommé de cette 45ème édition.

Je t’avais déjà expliqué pourquoi je ne suis pas allée voir le film dans cet article : je considère mon ticket de cinéma comme un bulletin de vote que je ne veux pas voir dans l’urne de Polanski.

Si beaucoup comptent sur la séparation de l’œuvre et de l’artiste pour pouvoir nommer J’Accuse aux César, impossible de continuer de se cacher derrière cette excuse quand Polanski se retrouve nommé dans la catégorie Meilleur réalisateur.

Si Alain Terzian avait déclaré lors de l’annonce des nominations que les César ne sont « pas une instance qui doit avoir des positions morales », il admet quand même au JDD qu’il flotte un certain malaise autour de cette cérémonie 2020.

Outre l’affaire Polanski, les femmes restent encore très sous-représentées.

Dans la catégorie Meilleur réalisateur, Céline Sciamma est la seule nommée parmi 6 autres hommes.

La seule femme à avoir reçu ce prix à ce jour est Tonie Marshall en 2000 pour Vénus beauté (institut).

Côté premier film, on touche presque à la parité cette année puisque Mati Diop et Mounia Meddour sont nommées aux côtés de Ladj Ly, Edouard Bergeon et Antony Baudry.

Mais inutile de préciser qu’il y a encore beaucoup de taf.

C’est donc un climat propice au dévoilement des prochaines mesures de parité du président de l’Académie.

Les mesures prises par l’Académie des César pour la parité hommes/femmes

Alain Terzian a donc annoncé qu’une assemblée extraordinaire se tiendrait au printemps.

« Nous allons donc opérer une révolution culturelle pour atteindre la parité, un vrai 50-50. Nous allons ouvrir massivement à 700 ou 800 femmes supplémentaires le collège des votants. »

Cependant, le problème de la discrimination des femmes à l’embauche persiste dans le cinéma français, et pour leur permettre d’accéder tout de même à un siège de l’Académie, Alain Terzian est prêt à assouplir le règlement.

Par exemple, il sera possible de devenir membre en ayant travaillé sur 2 films en 5 ans, à la place de 3.

Le nombre de mandats de 5 ans pourrait aussi se voir limité.

Alain Terzian promet aussi que fin 2020, le conseil d’administration observera une parité stricte.

« Pour l’atteindre sans exclure quiconque, on fera entrer dix à douze femmes en tant que nouvelles personnalités qualifiées. »

J’espère que cette parité au sein de l’Académie se retranscrira dans les prochaines sélections des César, et dans ses lauréats !

Perso, ça me donne une lueur d’espoir, et j’espère voir toutes ces belles promesses appliquées en 2020.

En attendant, je suivrai de près la cérémonie du 28 février. Et toi, lectrice ?

À lire aussi : Les engagements écologiques aux Oscars 2020

Alix Martineau

Alix Martineau

Alix Martineau, à dire sur l'air de Paris Latino, est chargée des podcasts chez madmoiZelle. Elle aime principalement le cinéma et rigole très, très fort.

Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!