Live now
Live now
Masquer
musée expositions exposition expo
Arts & Expos

Paris : 3 expos pour (re)découvrir des femmes artistes à la rentrée

S’il marque la fin des vacances, le mois de septembre n’en est pas moins vibrant culturellement. De Frida Kahlo à Alice Neel, voici nos 3 coups de cœur d’expos pour (re)découvrir des femmes artistes, à Paris dès le mois de septembre.

Frida Kahlo au Palais Galliera

Les femmes artistes ont longuement été invisibilisées, les manuels d’histoire de l’art les reléguant souvent à des rôles subalternes de mères, d’épouses ou de soeurs, lorsqu’ils n’omettaient pas, tout simplement, leurs noms. Frida Kahlo est l’une des rares à faire exception à la règle. Née en 1907, elle fut l’une des artistes les plus influentes du XXe siècle, diffusant même son art jusque dans la pop culture, la rendant ainsi incontournable aux yeux du grand public. Mais les expositions à son sujet sont déjà pléthores. Qu’avait-on donc à dire et à montrer de plus ?

Cette année, le Palais Galliera s’est penché sur son rapport à l’habit, et s’est questionné sur la construction de son identité à travers la manière de se présenter au monde, et de se représenter. 

f3b1a8d047b1d2eb86d7c1028915387c
Frida Kahlo par Toni Frissell, US Vogue 1937 (© DR) / visuels presse Palais Galliera

En collaboration avec le Museo Frida Kahlo, l’exposition dévoile un ensemble incroyable de plus de 200 objets provenant de la maison de Kahlo à Mexico, Casa Azul, où l’artiste est née et a grandi. On y retrouve des vêtements, des correspondances, des cosmétiques, des accessoires, prothèses médicales (Kahlo souffrait énormément, des suites d’un accident, à l’âge de 18 ans, qui l’a handicapée pour le restant de sa vie)… Cette précieuse collection de ses effets personnels avait été mise sous scellés à sa mort, en 1954, par son mari, le peintre Diego Rivera et a été redécouverte cinquante ans plus tard, en 2004. 

C’est donc un vrai trésor, de robes traditionnelles, de colliers précolombiens que Kahlo collectionnait, ainsi que des photos et des vidéos, que donne à voir le Palais Galliera. Pour entrer dans l’intimité de l’artiste, au plus proche de celle que l’on connait sans véritablement la connaitre, surtout à travers des autoportraits aussi impressionnants qu’énigmatiques de prime abord. 

“Frida Kahlo, au-delà des apparences”, au Palais Galliera, à partir du 15 septembre et jusqu’au 5 mars 2023

Alice Neel au Centre Pompidou

D’abord prévue en 2020, puis reportée pour cause de pandémie, la rétrospective consacrée à l’artiste figurative américaine Alice Neel ouvrira ses portes dès le 5 octobre.

Une exposition attendue, qui présente près de 75 peintures et dessins de cette figure éminente de l’art nord-américain, pourtant restée dans l’ombre toute sa vie. 

20221005_expo_alice-neel_affiche
Alice Neel, « Marxist Girl » (Irene Peslikas), 1972 Daryl and Steven Roth © The Estate of Alice Neel Courtesy The Estate of Alice Neel, David Zwirner, and Victoria Miro, London/Venice

Peintre inclassable, Alice Neel est à l’origine d’une œuvre unique, engagée, dépeignant une société américaine en marge, invisible ou opprimée. Elle peint notamment de nombreuses femmes, avec un regard très éloigné du male gaze américain, rompant avec les canons masculins de l’époque. Dès les années 1930, elle réalise des séries de portraits mettant en scène des personnages typiques du New York d’alors. Mais son travail a aussi, tout au long de sa carrière, été traversé par la question de la maternité, suite au drame de la perte de sa première fille, des suites d’une maladie. 

Longtemps restée en marge du monde de l’art, elle se retrouve propulsée sous le feu des projecteurs au tournant des années 60-70, à la faveur du Mouvement des libérations des femmes, et notamment lorsqu’elle réalise le portrait de la féministe Kate Millet pour la couverture de Time Magazine. Elle-même féministe et très engagée politiquement, elle a aussi longtemps liée au Parti communiste américain. 

Même après son décès, en 1984, son importance n’a jamais cessé de croître, à la faveur de plusieurs expositions dans des institutions culturelles phares, et de la diffusion d’un film biographique réalisé par son petit-fils, en 2007. 

Longtemps ignorée de son vivant, ne s’intégrant à aucun courant, qu’elle a pourtant traversé sans flancher, du pop art à l’art conceptuel, Neel s’est toujours inscrite à contre-courant des avant-gardes de l’époque.

“Alice Neel, Un regard engagé”, au Centre Pompidou, à partir du 5 octobre et jusqu’au 16 janvier 2023

Rosa Bonheur au musée d’Orsay

Rosa Bonheur est l’une des artistes femmes les plus connues aujourd’hui, et 2022 commémore le bicentenaire de sa naissance, à Bordeaux. C’est dans ce cadre qu’est organisée l’une des plus grandes rétrospectives de son œuvre au musée d’Orsay, en partenariat avec le Musée des Beaux-Arts de sa ville natale, le musée Rosa Bonheur de Thomery (Seine-et-Marne) et le musée départemental des peintres de Barbizon.  

André_Adolphe-Eugène_Disdéri_(French_-_(Rosa_Bonheur)_-_Google_Art_Project
Rosa Bonheur photographiée par Eugène Disdéri
en 1865. Wikicommons

Artiste hors normes, Rosa Bonheur (oui, c’est bien son vrai nom) était aussi une immense amoureuse de la nature, et plaça très tôt le monde animal au cœur de son art. S’engageant pour la reconnaissance des animaux, elle a été précurseuse du mouvement naturaliste, et a produit un nombre immense d’œuvres exceptionnelles de réalisme. Elle est notamment à l’origine de multiples peintures dressant le portrait d’animaux comme des individus à part entière, avec une technicité prodigieuse.

Bénéficiant d’une immense reconnaissance du public, Rosa Bonheur a été l’une des premières artistes femmes à pouvoir vivre de son travail. Une célébrité qui l’a même conduite à avoir une poupée à son effigie, et une rue à son nom, après sa mort, début 1900 (un fait suffisamment rare, voire inexistant à l’époque pour être souligné). 

À l’âge de 37 ans, elle achète un château à Thomery, non loin de Paris et y installe l’immense atelier dont elle a longtemps rêvé. Le lieu dispose aussi d’une ménagerie, permettant à Rosa Bonheur de s’entourer de dizaines d’animaux. 

Oubliée un temps des manuels d’histoire de l’art, elle est rapidement revenue sur le devant de la scène, et compte aujourd’hui parmi les femmes artistes les plus connues du grand public. À tel point qu’à Paris, aujourd’hui, plusieurs guinguettes portent son nom…

Image de Une : Unsplash / Bastien Nvs

“Rosa Bonheur (1822-1899)”, au musée d’Orsay et au Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, à partir du 18 octobre et jusqu’au 15 janvier 2023

À lire aussi : Lee Miller, ORLAN, Cindy Sherman… Les femmes artistes à (re)découvrir à Arles


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

1
Avatar de Ariel du Pays Imaginaire
4 septembre 2022 à 20h09
Ariel du Pays Imaginaire
@Marie-Stéphanie Servos : merci pour cet article ! J'avais déjà repéré les expo sur Frida Kahlo et Rosa Bonheur mais je ne connaissais même pas Alice Neel ! Par contre pour la dernière expo le lien a dû sauter, il n'apparait pas.
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Arts & Expos

« Cosmic Latte se demande à quoi ressemblerait le monde sans racisme » : Sonya Lindfors, chorégraphe // Source : Uwa Iduozee / Zodiak - center for new dance, UrbanApa, Sonya Lindfors
Arts & Expos

« Cosmic Latte se demande à quoi ressemblerait le monde sans racisme » : Sonya Lindfors, chorégraphe

Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Humanoid Native
Le photographe de mode Paolo Roversi s’expose au Palais Galliera, et c’est hypnotique
Mode

Comment l’expo photo de Paolo Roversi au Palais Galliera va vous hypnotiser

Dolorès Marat, "La femme aux gants", 1987. Tirage pigmentaire Fresson Collection MEP, Paris, acquis en 2006. // Source : © Dolorès Marat
Arts & Expos

Annie Ernaux, en textes et en photos, s’expose à la MEP jusqu’au 26 mai 2024

MAD paris
Arts & Expos

Paris : Avant les Jeux Olympiques 2024, 5 expos autour du sport, au musée et ailleurs

Berthe MORISOT (1841-1895) Autoportrait, 1885 Huile sur toile, 61 x 50 cm Paris © musée Marmottan Monet, Paris
Culture

Berthe Morisot : à la découverte de la peintre invisibilisée du mouvement impressionniste

Rocky 6 sera joué du 31 janvier au 4 février 2024 au Lavoir Moderne Parisien // Source : Madeleine Delaunay
Culture

« Pour sortir l’intersexuation du seul champ de l’intime, j’ai écrit la pièce de théâtre Rocky 6 » : Alice Etienne

Giselles Photo Pascal Elliott 7
Arts & Expos

Trois raisons de découvrir Giselle(s), le ballet romantique remis au goût du jour

Source : affiche officielle de l'expo avec une oeuvre d'Annette Messager
Culture

L’exposition Affaires personnelles explore les liens entre art contemporain et solidarité

Léa MKL // Source : Cactussand
Culture

Léa MKL : « C’est important d’exprimer ce qu’on a sur le cœur et d’en faire des archives »

Dans les coulisses du Cabaret de Poussière avec Bilal Hassani // Source : Inès Pollon
Arts & Expos

Dans les coulisses du Cabaret de Poussière avec Bilal Hassani

La pop culture s'écrit au féminin