Live now
Live now
Masquer
miss-france-2021-capture-action-prudhommes
Féminisme

Osez Le Féminisme attaque Miss France en justice, et ce n’est pas le sexisme de l’émission qui est en cause

Osez Le Féminisme change de tactique : non sans cibler le sexisme de Miss France, l’association pointe désormais aussi les manquements au droit du travail et l’exploitation des candidates non rémunérées pour la préparation du show.

« Non-respect du code du travail et discrimination ». Dans l’univers poudres et paillettes de Miss France, ce sont des mots qui ne sonnent pas très glamour. Et pourtant, c’est bien de ça qu’il s’agit.

Le fameux concours de beauté est visé par une action aux Prud’hommes, menée par l’association Osez Le Féminisme et trois requérantes.

Une exploitation des candidates au concours Miss France ?

Que reproche Osez Le Féminisme au concours Miss France et à la société Endemol ?

Ce n’est pas la première fois que l’association pointe la dimension sexiste et rétrograde du concours de beauté. Cette année, elle choisit de passer à la vitesse supérieure en se penchant non plus seulement sur la dimension, le concept-même de Miss France, mais sur des enjeux de droit du travail.

Plusieurs points sont soulevés par Osez Le Féminisme : d’une part, le fait que pour la préparation du concours, les candidates doivent participer à des répétitions et préparer un spectacle… sans pour autant avoir signé le moindre contrat de travail :

« Dans le cadre du programme “MISS FRANCE”, les candidates participent en réalité à un spectacle et réalisent donc une prestation de travail. Les termes de “show” et de “meneuses de revue” sont ceux utilisés par la société ENDEMOL PRODUCTION elle-même pour décrire son programme. »

Pour appuyer son propos, Osez Le Féminisme rappelle que dans le cadre de Mister France, l’équivalent masculin du concours de beauté, la relation de travail entre les participants et la société de production a déjà été reconnue dans un arrêt de la cour de cassation en 2013.

Libération pointe d’ailleurs une toute récente interview du Parisien d’Alexia Laroche-Joubert, présidente de la société Miss France, dans laquelle elle défend le caractère féministe et émancipateur du programme.

Un programme qui se présente comme féministe mais qui exige cependant des candidates qu’elles mettent « entre parenthèses un mois et demi de leurs vies », selon les termes de la productrice, sans avoir signé de contrat de travail, ni touché une rémunération….

À nos oreilles, ça sonne en effet comme du travail gratuit, même si on y gagne la « possibilité de participer à une soirée magnifique, d’être applaudies, célébrées, de rencontrer des copines et de découvrir un univers » — comme le décrit Alexia Laroche-Joubert.

Les critères de Miss France sont-ils de la discrimination ?

Il y a aussi toutes les obligations auxquelles les aspirantes Miss doivent se prêter : pas d’alcool, pas de drogues, et aucun « comportement ou moralité » qui serait « contraire à l’ordre public et aux valeurs de Miss France ». On appréciera le flou équivoque qui entoure cette règle.

Et il n’y a pas que le comportement. Les candidates signent aussi un contrat qui les engage sur leur apparence (pas de tatouage ou de piercing visible) ou sur leur situation, puisqu’elles ne doivent être ni mariées, ni pacsée et ne pas avoir d’enfants.

Pour Osez Le Féminisme, la société productrice du concours Miss France « bafoue le droit du travail qui interdit toute forme de discrimination relatives aux mœurs, à l’âge, à la situation de famille, à la grossesse, aux caractéristiques génétiques, aux opinions politiques et à l’apparence physique. »

Les trois requérantes qui sont aux côtés d’Osez Le Féminisme pointent justement le fait d’avoir été recalées pour ces raisons, précise Le Monde :

« Dans l’exposé de leurs griefs, les demanderesses expliquent avoir “été contraintes de renoncer” à se présenter au concours parce qu’elles “fument en public”, ne sont pas assez grandes, se sont déjà prêtées à des photos dénudées, etc. Formulées dans une véritable offre d’emploi, ces exigences frapperaient celle-ci d’illégalité, assure l’avocate. »

Cette affaire pourrait-elle entacher la réputation de Miss France qui se déroule traditionnellement chaque fin d’année ?

Malgré toute la fougue d’Alexia Laroche-Joubert à nous convaincre du progressisme du concours, Miss France reste dictée par des règlements d’un autre âge qui visent à mettre en valeur un archétype de femme ne ressemblant pas à grand-monde en France. Il est peut-être temps de moderniser tout ça.

À lire aussi : Être Miss France, c’est voir son corps devenir propriété publique

Crédit photo : TF1 (capture)

Les Commentaires
29

Avatar de Esturgeon
20 octobre 2021 à 10h16
Esturgeon
Je reposte vite mais aussi, je suis surprise que cette demande d'Osez le féminisme fasse tant débat ici.
Il s'agit de mieux protéger quelques femmes. Le concours Miss France ne concerne qu'une trentaine de candidates par an, qu'est-ce que ça vous coûte à vous qu'elles aient un contrat de travail ? C'est aussi une question d'égalité, vu que les candidats de Mister France ont un contrat de travail depuis 2013, alors que ce concours suscite pourtant nettement moins d'intérêt et d'argent que Miss France.
Je pense qu'une problématique annexe à ce sujet c'est combien on dévalorise le travail des femmes, dans sa globalité ; les emplois reconnus comme féminins (enseignant de primaire, aide-soignant, sage-femme, employé de ménage etc) sont déconsidérés et mal rémunérés, le travail domestique n'est pas reconnu ni rémunéré, et ici on considère que ce que font les Miss France n'est pas digne d'un contrat de travail alors même que le les Mister France en ont un. Si Osez le féminisme gagne, ça fera peut-être un peu bouger les lignes à ce sujet, je l'espère grandement.
3
Voir les 29 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Sport
Photo Didier Bonin

On vous emmène dans un cours de strip tease visant à… piétiner le patriarcat

Mathis Grosos

28 nov 2021

Série télé
Extrait de la docu-série Le Petit Bleu avec Lexie du compte Instagram @aggressively_trans

Toute la pluralité des transidentités est explorée dans cette série-documentaire aussi accessible que passionnante

Anthony Vincent

27 nov 2021

Actualités
Kim-Kardashian-ou-le-victim-blaming

Cinq ans après, les leçons à tirer du cambriolage de Kim Kardashian et des réactions du grand public

Anthony Vincent

26 nov 2021

Féminisme
sylvia-cecile-claire-nouvian-hulot-envoye-special-temoignages

Affaire Nicolas Hulot : après la diffusion d’Envoyé Spécial, de nouveaux témoignages émergent

Maëlle Le Corre

26 nov 2021

Féminisme
sérielisa

« Mais je l’aime… » : cette série explique parfaitement l’emprise et la violence dans le couple

Camille Abbey

26 nov 2021

Témoignages
corps de femme

Je suis chirurgien, et je « répare » les clitoris des femmes victimes d’excision

Aïda Djoupa

25 nov 2021

10
Psychologie
Femme triste dans sa chambre

Stress post-traumatique, dissociation… comment gérer l’« après » des violences conjugales ?

Féminisme
[Site web] Visuel vertical

« La sororité, on la vit pour de vrai » : une militante raconte 10 ans de féminisme

Aïda Djoupa

25 nov 2021

Féminisme
yvan-attal-les-choses-humaines-viol

En pleine promo d’un film sur le viol, Yvan Attal s’embrouille sur le tribunal populaire et le consentement

Kalindi Ramphul

25 nov 2021

9

La société s'écrit au féminin