Live now
Live now
Masquer
pexels-cottonbro-endometriose
Santé

On a identifié le gène responsable de l’endométriose ! « Y a plus qu’à » trouver le remède, maintenant…

Bientôt de nouvelles perspectives pour les personnes atteintes d’endométriose ? Les récentes découvertes pourraient conduire à de nouveaux traitements non-hormonaux.

C’est une découverte qui pourrait avoir un véritable impact sur la recherche autour de l’endométriose. Des chercheuses et chercheurs de plusieurs universités ont identifié le gène à l’origine de cette maladie chronique qui impacte une femme sur dix et a de graves conséquences sur la santé mais aussi sur la vie sociale.

Des équipes issues de l’université d’Oxford, du Baylor College of Medicine de Houston au Texas, de l’Université de Wisconsin-Madison et du géant pharmaceutique Bayer AG ont chacune apporté leurs contributions pour aboutir à la découverte du gène NPSR1, associé à la maladie.

Une fois le gène identifié, les équipes ont pu expérimenter un traitement inhibiteur sur des souris et découvert qu’il permettait de réduire les douleurs abdominales.

Le début du bout du tunnel pour les malades ?

Cette découverte laisse entrevoir la possibilité d’un traitement non-hormonal pour les personnes atteintes d’endométriose. Alors qu’elles font souvent face à des diagnostics tardifs et peu d’alternatives en dehors des traitements hormonaux (notamment la pilule), ou de la chirurgie dans certains cas, la perspective d’un autre moyen de pallier les douleurs provoquées par la maladie sonne comme une très bonne nouvelle.

« C’est un nouveau développement prometteur dans notre quête pour de nouveaux traitements de l’endométriose, une maladie invalidante et méconnue qui affecte 190 millions de femmes à travers le monde », a annoncé la cheffe du département de santé reproductive de l’Université d’Oxford et co-directrice du Endometriosis CaRe Centre, Krina Zondervan, avant d’ajouter :

« Nous devons aller plus loin dans la recherche sur les mécanismes d’action et le rôle des variants génétiques dans la modulation des effets du gène dans certains tissus. »

À lire aussi : Lettre à mes règles, dont l’endométriose m’a privée

Crédit photo : cottonbro via Pexels

Les Commentaires
3

Avatar de Melodrama Chanel
14 septembre 2021 à 07h07
Melodrama Chanel
Trop cool !
À court terme ça me donne déjà quelque chose à répondre à toutes les personnes qui me disent que "c'est dans la tête" ou "c'est quand même très lié à l'état psychique non ?".
J'en peux plus de ces présupposés, en encore j'ai la chance d'aller très bien mentalement.
0
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Santé

Food
rachel-chandler-tarte-sol-600

Peut-on vraiment manger un aliment tombé au sol avant cinq secondes ?

Manon Portanier

16 sep 2021

Psychologie
Conversation-mémoire-covid

« Je l’ai sur le bout de la langue » : la pandémie nous fait perdre nos mots

Psychologie
Consultation-psychologue-tarifs

Le coût de la thérapie : en France, aller voir un psy reste un luxe

Développement personnel
etudiante-triste

Comment s’intégrer quand on est la petite nouvelle et que tout le monde se connaît déjà ?

Psychologie
Femme-fatigue-flemme

Trop de glande tue la glande : quand ne rien branler devient déprimant

Lifestyle
le smartphone OnePlus Nord 2 5G
Sponsorisé

J’ai testé le OnePlus Nord 2, le smartphone parfait pour la rentrée

Bien-être et soin
la-lumiere-pulsee-va-devenir-une-pratique-plus-encadree

Brûlures, cloques… l’épilation à la lumière pulsée dans le viseur des autorités sanitaires

Barbara Olivieri

14 sep 2021

Santé
crampe-menstruelle

Vaccin contre le Covid et endométriose : « encore une fois, on ne nous prend pas au sérieux »

Élodie Potente

14 sep 2021

15
Actualité mode
russell-westbrook-kilt

En kilt à la fashion week, le basketteur Russell Westbrook rappelle qu’un mec en jupe n’est toujours pas anodin

Eva Levy

13 sep 2021

Psychologie
Femme-burnout-santé-mentale

Est-ce que je suis « juste » crevée ou est-ce que je fais un burn-out ?

La société s'écrit au féminin