Live now
Live now
Masquer
Daronne
Daronne

Nos familles nous harcèlent, ma meuf et moi, pour savoir chez qui nous allons fêter Noël

Vous avez des questions ? La Daronne a les réponses ! (Oui bon, c’est pas forcément les meilleurs conseils, mais elle fait ce qu’elle peut, hein.) Bienvenue dans ce nouvel épisode de notre courrier du cœur pas comme les autres.

La Daronne est la reine des conseils pas si cons enrobés d’une louche d’humour plus ou moins subtil. La voici de retour pour voler au secours d’une lectrice !

Chère Daronne,

tous les ans, c’est la même chose. Dès la mi-octobre, nos familles respectives nous harcèlent ma meuf et moi pour savoir chez qui nous allons fêter Noël. On dirait que c’est une compétition et que le perdant gagnera quand même le droit de nous faire la gueule. C’est encore pire depuis qu’on a des enfants et on n’en peut plus. HELP ! Aide-nous à faire un choix.

Sara

La réponse de la Daronne

Mon petit sapin blanc synthétique,

Les fêtes de Noël en famille, c’est toujours pareil. On s’en fait toute une histoire, on se promet que cette année, tout se passera bien et on finit par manger de la dinde carbonisée en se mettant sur la tronche.

Le problème, c’est que la plupart des familles de France continuent de perpétrer cette croyance absurde : Noël, c’est merveilleux et il faut absolument le célébrer avec ses proches. Faisons fi des 360 autres jours de l’année où l’on pourrait tout aussi convenablement se retrouver ensemble autour d’un bon dîner. Payons plutôt un plateau de fruits de mer hors de prix qui ne manquera pas de refiler la bactérie E. coli à toute la tablée. Much fun.

Je vais te dire ce que ta situation m’inspire : une prise d’otage affective. Voilà, le terme est lâché. À moins que vous ne disposiez de pouvoirs magiques dont tu ne fais pas état dans ta lettre, vous n’êtes ni capables de vous dédoubler, ni capables de vous couper en deux – en tous cas sans mourir – il est donc parfaitement injuste de vous mettre la pression sur ce sujet. 

Partant du postulat très regrettable mais réaliste que vous ne pourrez pas être partout au même moment, je vais essayer de t’aider à contenter tout le monde. Ou en tous cas vous contenter ta meuf et toi. Entre nous, les autres mériteraient que tu les envoies bouler, j’y reviendrai en fin de courrier.

Organiser des soirées de Noël à différents moments

Sous prétexte que Jésus est né le 25 décembre à minuit après un accouchement que l’on suppose avoir duré toute la soirée du 24, on a décidé que Noël devait se célébrer ces jours-là précisément. Absurde. Déjà, je ferais remarquer qu’entre la France et Bethléem, le décalage horaire est certain, donc ça ne tombe pas pile. Et puis peut-être que le travail de Marie a duré plusieurs jours, c’est possible aussi. À mon avis, on peut s’autoriser quelques libertés en matière de dates.

Au lieu de vous enquiquiner à essayer de faire rentrer 2 ou 3 familles et plusieurs centaines de kilomètres dans la même paire de jours, espacez. Noël avec les uns le 22, avec les autres le 26, ça permet de voir tout le monde sans (trop) s’épuiser.

Je suis sûre que vous pourrez compter sur vos proches pour vous aider à préparer au mieux votre itinéraire et organiser vos visites en bonne intelligence… Ah ah ah, je plaisante. Je vous conseille plutôt d’effectuer un tirage au sort « impartial » qui vous permettra de répartir les dates sans vous mouiller. Et si vous truquez votre partie de plouf plouf pour obtenir le résultat qui vous arrange, promis je ne répèterai pas.

Organiser Noël au même endroit

La vie, c’est toujours pareil : personne n’est jamais content, mais personne ne décolle son derche du canapé pour trouver des solutions. Imagine un peu, s’il existait un moyen simple et efficace de mettre tout le monde d’accord, plus personne ne pourrait râler, ce serait horrible. Malheureusement pour ces rabat-joies, j’ai une idée qui pourrait potentiellement convenir à tout le monde. Et même si ce n’est pas le cas, plus personne ne pourra vous reprocher de ne pas avoir essayé.

Si vos familles respectives vivent plus ou moins au même endroit et ne s’entendent pas trop mal, la meilleure solution, c’est encore de les réunir et de profiter en prime des nombreux avantages qu’offre ce genre de configuration :

– Les déplacements sont limités .

– Vous n’êtes pas obligées de remettre ça le 26 alors que vous avez la gueule de bois.

– Les enfants sont ravis, il y a toujours quelqu’un de disponible pour les occuper (pas vous).

– Les enfants ne sont insup’ qu’une seule fois (les cadeaux ça les fait vriller, autant limiter la casse).

– Personne ne se rendra compte que vous n’avez aucune conversation.

– Personne ne se rendra compte que vous avez passé les deux dernières heures à surfer sur Instagram.

– Vous pouvez dispatcher les tâches et vu le nombre de personnes impliquées, il ne devrait pas vous rester grand-chose d’autre à faire que mettre les pieds sous la table.

© Unsplash/Kelsey Chance
© Unsplash/Kelsey Chance

Vous barrer au bout du monde, ou vous terrer dans votre salon

Ce sous-titre parle de lui-même. Aux grands maux, les grands « allez tous vous faire foutre ». Si vos familles respectives vous mettent la pression concernant le lieu d’éclate hivernal, n’hésitez pas à vous faire un petit réveillon entre vous, dans un lieu insolite au bout du monde ou, encore mieux, dans votre salon. 


Pyjama, chocolats, films de Noël et absence de conflits culpabilisants : si tu veux mon avis, il n’y a pas meilleure façon de célébrer les fêtes de fin d’année. Alors invoquez des symptômes du Covid inquiétants et l’impossibilité de vous faire tester à temps, et restez chez vous. Il en va de votre santé à tous. Surtout la vôtre.

Allez, je te laisse, je vais regarder Love Hard sur Netflix,

La bisette,

Ta Daronne 

À lire aussi : Comment faire la paix entre amis fâchés quand on est adulte ?

Image en une : © Unsplash

Les Commentaires
14

Avatar de Aichathegypsy
13 décembre 2021 à 09h29
Aichathegypsy
Depuis dix ans, nous nous retrouvons le 24 décembre à diner avec mes parents, mes frères, ma belle-mère et mes beaux-frères.
Avant de connaître mon conjoint, je détestait fêter Noel car je déteste les diners de famille qui durent des plombes !
0
Voir les 14 commentaires

Plus de contenus Daronne

Daronne
pieds de nouveau né

« Je ne voulais pas de péridurale, et j’ai pu faire sans » : Nolwenn raconte son accouchement

Aïda Djoupa

21 jan 2022

Daronne
bébé avec un biberon

Connaissez-vous le don de lait maternel ? Je l’ai fait, voici comment ça se passe (et à qui ça sert)

Aïda Djoupa

20 jan 2022

Chère Daronne
NouvelAnfeat

Je suis en couple exclusif, j’ai eu un coup de foudre au Nouvel An et je n’arrête pas de penser à lui

Chère Daronne

19 jan 2022

8
Daronne
newborn

Une pénurie de lait maternel inquiète les hôpitaux : et si vous donniez le vôtre ?

Camille Abbey

18 jan 2022

Daronne
bébésecoué

Une campagne choc alerte sur le drame du syndrome du bébé secoué

Camille Abbey

18 jan 2022

14
Parentalité
Debatdeparc

Peut-on embrasser ses enfants sur la bouche, comme David Beckham ? Le débat fait rage

Camille Abbey

17 jan 2022

24
Amour
Homme triste sur une table

Les ruptures sont mauvaises pour la santé… des hommes, plus que des femmes

Témoignages
coeur dans une enveloppe

Vous hésitez à faire le premier pas avec votre crush ? Elles ont osé, elles racontent

Aïda Djoupa

16 jan 2022

Grossesse
bébé small

« L’épisiotomie était l’une de mes grandes peurs, mais au final, quand elle a eu lieu, je n’ai rien senti » : Mélanie raconte son accouchement

Mélanie Wanga

15 jan 2022

7
Féminisme
workin-lait

Cachez ce post-partum que je ne saurais voir : Facebook bloque des pubs pour des culottes et du matos d’allaitement

Camille Abbey

14 jan 2022

La société s'écrit au féminin