Live now
Live now
Masquer
james-charles
Culture Web

L’influenceur James Charles, démonétisé par YouTube, tomberait-il enfin de son piédestal ?

Avec ses 25 millions d’abonnés sur YouTube, James Charles est l’un des influenceurs américains les plus suivis dans le monde. Mais aujourd’hui accusé d’avoir eu des échanges à caractère sexuel avec des mineurs, il est abandonné de tous les côtés. 

Depuis quelques jours, c’est la chute libre pour l’influenceur américain de 21 ans James Charles.

YouTube et Morphe coupent leurs liens avec James Charles

Le 19 avril, YouTube a annoncé le retirer temporairement de son programme de partenariat qui permet aux vidéastes de gagner de l’argent grâce à leurs vidéos. La raison ? Les accusations de comportements à caractère sexuel envers des mineurs qui accablent le jeune homme depuis quelques mois. 

Contacté par la BBC, un porte-parole de YouTube explique que l’entreprise a appliqué la politique de responsabilité des créateurs.

« Si nous constatons que le comportement d’un créateur (sur YouTube ou en dehors) nuit à nos utilisateurs, notre communauté, nos employés ou notre écosystème, nous pouvons adopter des mesures pour les protéger. »

Ce n’est pas la première fois que YouTube utilise cette clause : David Dobrik et Shane Dawson en ont déjà fait les frais suite à des affaires d’agression sexuelle et de racisme. Ce n’est aussi pas la première fois qu’un vidéaste est accusé de comportements inappropriés envers des mineurs, comme ExperimentBoy en France.

En plus de YouTube, une autre entreprise a abandonné James Charles ces derniers jours. Le 17 avril, la marque de cosmétiques Morphe — avec laquelle l’influenceur a un partenariat depuis 2018 — a annoncé couper les liens avec lui à cause ces accusations. D’après l’influenceur, cette décision était « mutuelle ». L’entreprise, elle, explique :

« L’objectif de Morphe est et a toujours été de créer un espace positif, sûr et responsabilisant où tous les amateurs de beauté peuvent partager librement leur art et leur passion pour les cosmétiques, et Morphe s’engage à poursuivre cet objectif. »

Mais revenons un peu en arrière. De quoi James Charles est-il accusé exactement ?

Des messages privés avec des mineurs reconnus par James Charles

En février 2021, un garçon de 16 ans affirme que

James Charles a fait pression sur lui pour qu’ils s’échangent des photos à caractère sexuel sur le réseau social Snapchat. L’influenceur est accusé de « grooming », un terme qui peut être traduit par « pédopiégeage » : le fait pour un prédateur de créer une relation un mineur en le manipulant, souvent à des fins sexuelles.

Sur Twitter, James Charles dénie ces accusations en affirmant qu’il n’était pas au courant de l’âge du garçon.

Si le vidéaste continue de poster comme si de rien n’était, les accusations ne s’arrêtent pas là. Elles forcent James Charles à s’exprimer plus longuement : il poste le 1er avril, une vidéo YouTube de 14 minutes intitulée « holding myself accountable » (« assumer mes responsabilités »).

Face caméra, l’influenceur reconnaît certains faits qui lui sont reprochés, un datant de l’année dernière et un plus récent. Oui, il a bien eu des conversations avec deux fans mineurs. James Charles s’excuse auprès de ces garçons de nombreuses fois dans la vidéo et affirme prendre toutes ses responsabilités.

Puis vient rapidement le temps des justifications : il dit ne pas avoir été au courant de l’âge de ses victimes au moment des faits et s’est depuis éduqué sur la question des dynamiques de pouvoirs.

« Ce que je ne comprenais pas avant, c’est que l’excitation que procure le fait de parler à une célébrité est littéralement suffisante pour inciter quelqu’un à faire ou à dire quelque chose qu’il ne ferait pas normalement, même si cette célébrité n’utilise pas intentionnellement sa célébrité, son argent ou son pouvoir comme une arme. »

James Charles, une vie de scandales et de controverses

Ses excuses ne font pas l’unanimité sur les réseaux sociaux. Il faut dire que ce n’est pas la première fois que James Charles est accusé d’avoir un comportement de prédateur.

En mai 2019, le mannequin Instagram Gage Gomez avait expliqué que le jeune homme l’aurait poussé à se retrouver dans des situations sexuelles.  Toujours en 2019, l’influenceur est impliqué dans un gros scandale qui l’oppose à une youtubeuse beauté américaine, Tati Westbrook. Dans une longue vidéo depuis supprimée et pour laquelle elle s’est excusée (oui, l’histoire est compliquée), Tati explique que James Charles utilise sa célébrité pour manipuler des hommes qui ne sont pas intéressés par lui.

Pour les anglophones qui veulent en savoir plus, le site Vulture a publié un (long) article résumant toutes les accusations et les scandales impliquant James Charles depuis 2016.

Avec ses millions d’abonnés sur les réseaux sociaux, James Charles s’est imposé dans le monde des influenceurs beauté, notamment en devenant le premier ambassadeur masculin de CoverGirl en 2016. Aujourd’hui, ces accusations plus sérieuses semblent fortement compromettre son futur sur les réseaux sociaux… et au-delà ?

À lire aussi : Le Youtubeur ExperimentBoy accusé de corruption de mineurs


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

5
Avatar de hellopapimequepasa
22 avril 2021 à 13h04
hellopapimequepasa
"assumer sa responsabilité"comme il dit ça aurai été de se rendre a la justice
1
Voir les 5 commentaires

Plus de contenus Culture Web

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-27T115458.698
Culture Web

Tibo InShape est désormais le plus gros youtubeur français, et c’est très inquiétant

45
Livres

Avec Galatea, découvrez des histoires exclusives en format audio ou ebooks

Humanoid Native
Source : Cedrick Lorenzen / TikTok
Société

« Thirst eating trap », où quand les hommes sexualisent la cuisine sur TikTok

8
Source : @AsocialmntVotre sur X
Humeurs & Humours

Les trouvailles d’internet de la semaine du 13 mai

Source : Canva
Culture Web

Les femmes se sentent-elles plus en sécurité avec les hommes ou avec les ours ? La réponse n’est pas si surprenante

1
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-02T175930.223
Culture

Amy Winehouse : 3 ressources bien meilleures que Back to Black pour comprendre Amy

Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Chloë Gervais // Source : URL
Société

Squeezie, Chloë Gervais et Abrège Frère : c’est quoi cette histoire de cyberharcèlement ?

14
Source : Capture écran Instagram
Culture Web

« Abrège frère » : des Tiktokeuses dénoncent cette tendance aux relents misogynes

12
Copie de [Image de une] Horizontale (3)
Culture

« Le goût des fraises » : 3 bonnes raisons de découvrir ce délicieux manga

So baby girl
Culture

C’est quoi un mec « so baby girl » ? On vous explique pourquoi Jacob Elordi a attendri tout Internet

6

La pop culture s'écrit au féminin