Live now
Live now
Masquer
Source : Unsplash
Vie quotidienne

« Le moteur cale et on voit déjà un énorme bateau cargo arriver au loin » : 6 semaines à bord d’un voilier, l’heure du bilan

Après une rupture amoureuse et une déception professionnelle, Anouk a décidé de tout plaquer pour partir naviguer sur un voilier queer, féministe et safe en compagnie d’un équipage d’inconnu·es. Dans ce septième et dernier épisode de son journal de bord de traversée, elle dresse le bilan de ses 6 semaines à bord du Triton, entre galères et fous rires…

Cet article est le septième et dernier épisode du journal de bord d’Anouk Perry sur un voilier queer et féministe. Vous pouvez lire les épisodes précédents ici :

Après près de 6 semaines à bord, je vois la fin de mon séjour arriver avec sérénité. J’ai passé de très beaux moments, mais le dernier « conflit » (renommé en blaguant le pussy gate) m’a fait me sentir, encore une fois, pas tout à fait à ma place. Les réactions de notre skipper, Hannah, me dépassent parfois, et je remercie alors Léonie, toujours douce et bienveillante de forcer la discussion le soir même pour apaiser ce froid. De toute manière, on n’a pas le choix, il faut continuer à fonctionner en équipe ! 

Le lendemain, tout semble oublié. Nous sommes fin prêtes pour la suite, et quelle suite… 

La malédiction de l’ancre continue…

Nous décidons un soir de jeter l’ancre dans une petite crique galicienne. L’endroit est comme à chaque fois dans cette région magnifique et très peu fréquenté.

Mais moins de 20 minutes après notre arrivée, nous voyons de gros nuages noirs s’approcher. Le vent forcit jusqu’à rugir sur nous. Au début, on prend ça avec légèreté, on se prend même en photo trouvant la lumière créée par cette météo magnifique. Ce n’est que quand l’alarme sonne, signalant que notre ancre a lâché, que l’on se rend compte que nous sommes dans la mouise : nous allumons le moteur mais il n’est pas assez puissant pour remonter le vent qui nous pousse lentement vers des rochers. 

Hannah décide de faire un Pan-Pan, c’est-à-dire un appel à l’aide sur la radio, on lui répond que les garde-côtes espagnols ne peuvent pas intervenir avant 45 minutes… 

Cela dure comme cela de longues minutes, le moteur permettant de freiner la force du vent sur Triton, jusqu’à ce que la météo nous sauve : moins de 10 minutes après notre appel à l’aide, le vent stoppe soudainement et nous filons nous réfugier dans le port le plus proche. On a du mal à réaliser ce qui vient de se passer. Tout semble si intense parfois sur Triton. 

La Corogne, ma dernière destination

Le lendemain, on se dirige vers La Corogne, le plus grand port de la région. Tout se passe bien, on voit même des dauphins. La tempête d’hier semble loin. 

Mais à la dernière minute, dans le chenal menant au port, alors que nous venons de ranger nos voiles, notre moteur décide de caler et de ne plus s’allumer DU TOUT. Le vent s’est également arrêté, donc pas moyen de hisser de nouveau les voiles pour se rendre au port… Et évidemment, car ça ne serait pas drôle sinon, nous ne pouvons pas rester là car nous voyons déjà un énorme bateau cargo arriver au loin.

Faute de solution, je pars dans un fou rire nerveux, je suis incapable de m’arrêter, c’en est trop. Tous les jours depuis un mois et demi, j’ai l’impression d’avoir dû vivre des choses inimaginables sur ce bateau. Je crois que là, c’est la fois de trop. Léonie, toujours positive, fait signe à un bateau qui passe par là et le capitaine accepte de nous tracter jusqu’au port (non sans nous photographier, hilare lui aussi de la situation). 

Six semaines à bord de Triton, mon bilan 

C’est à la Corogne que je passe mes derniers jours sur Triton, là aussi que je fais le bilan de ces 6 semaines d’aventure. Il s’est passé tellement de choses que j’ai du mal à réaliser. J’ai beau râler (Hannah aime dire que c’est mon côté français), je me suis attachée à ce bateau, à Hannah avec qui je vis depuis un mois et demi, ainsi que Léonie et Lilas avec qui j’ai passé mes plus beaux moments à bord. 

Pour cette série d’article, j’ai surtout parlé des moments forts, mais le quotidien était surtout fait de belles discussions et de fou rires partagés. 

Je ressors de cette expérience avec énormément de nouvelles compétences que ce soit en navigation ou en bricolage. J’en ai aussi tiré des leçons : je ne veux plus voyager pendant aussi longtemps sur un bateau aussi vieux, avec un moteur aussi capricieux et si peu d’intimité. 

Ceci dit, je trouve toujours le projet super et je le conseillerais à des personnes qui veulent naviguer mais n’ont pas 600 € à mettre pour une semaine de stage de voile. Ici, le mois et demi à bord m’a coûté, tout compris (transport, logement, nourriture, etc), 900 €. 

La suite… Sur un autre voilier ! 

Il faut rétablir la vérité : j’écris ces lignes alors que j’ai quitté Triton il y a presque un mois. Et oui, j’ai pris pas mal de retard dans ces articles car la vie à bord n’est pas de tout repos… Et que je suis retournée après Triton à bord d’un nouveau bateau 100 % féminin, Styx 

Cette fois-ci, tout est différent : le bateau est plus grand (j’y ai même ma propre cabine), mieux équipé, plus récent. Nous communiquons super bien et après 3 semaines à bord, je n’ai pas décelé la moindre tension… Je réalise maintenant à quel point les conditions étaient difficiles sur Triton, et combien cela compliquait notre quotidien. 

En ce moment, nous apprenons à nous connaître et bien maîtriser le voilier en naviguant 3 semaines en Bretagne, mais l’idée est de rejoindre les Açores en août, puis Madère à la rentrée, suivi des Canaries, avant d’atteindre en novembre le Cap vert et faire une transatlantique jusqu’aux Antilles ensuite… Pour la suite, on improvisera ! 

Et si vous souhaitez suivre ces nouvelles aventures, j’ai lancé un podcast journal de bord, Les Océanides, disponible sur toutes les plateformes d’écoutes, ainsi qu’une page Instagram ! Des bisous, et bon vent !

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

3
Avatar de AngeleLN
18 juillet 2023 à 09h07
AngeleLN
J'avoue que je suis très perplexe. Je trouve ça très dangereux de faire embarquer des gens dans un "rafiot" pareil... Le bateau est en très mauvais état et je trouve ça presque un miracle qu'un accident grave ne soit pas arrivé.
De plus je trouve ça honteux de faire payer aussi cher pour voyager dans des conditions pareilles, notamment à cause du "seau" qui servait de toilettes et le manque d'une vrai couchette pour dormir...
2
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Vie quotidienne

Source : RapidEye / Getty Images Signature
Travail

Lundi de Pentecôte 2024 : allez-vous devoir travailler pendant que tout le monde se la coule douce ? 

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Karolina Grabowska / Pexels
Vie quotidienne

Ménage de printemps : j’ai testé ce « produit miracle » dont tout le monde parle sur TikTok

6
Pexels
Santé

JO 2024 : le cycle menstruel a-t-il un impact sur les performances des sportives ?

2
131 - WinoraBikes-Rotterdam_Day-02 - L1120623
Lifestyle

« Le vélo électrique, éloigne les relous » : 3 bonnes raisons de se mettre au vélo électrique quand on est une meuf

isabella-angelica-AvOAqDOvu4Q-unsplash
Grossesse

Enceinte, je prends quoi comme complément alimentaire ?

banane // Source : Unsplash
Vie quotidienne

Ne faites plus cette erreur pour conserver vos bananes

Source : Hendrik David / Getty Images
Vie quotidienne

« Dans le calme de la cour, on se met à entendre leurs ébats sexuels » : le pire du voisinage

1
Source : Farknot_Architect / Getty Images
Vie quotidienne

Relais colis dans la pampa, contrefaçons Vinted et acheteuse colérique : le pire des achats en ligne

Source : Hendrik David / Getty Images
Vie quotidienne

Appel à témoignages : venez nous raconter vos pires histoires de voisinage

5
Lifestyle

Stylés et pointus, nos deux derniers coups de cœur signés Huawei

La vie s'écrit au féminin