Live now
Live now
Masquer
Capture d’écran 2022-10-27 à 18.28.14
Arts & Expos

Le Cercle de l’Art veut aider les femmes artistes à sortir de la précarité

Aider les femmes artistes à acquérir une indépendance financière et à vivre de leur art ? C’est tout le propos du Cercle de l’Art, un concept qui repense un modèle économique viable pour les femmes artistes, victimes des inégalités économiques du secteur.

Y a-t-il un domaine de la société qui n’est pas touché par les inégalités femmes-hommes ? Avec près de 60% d’étudiantes en école d’art, mais seulement 5% d’œuvres de femmes vendues en galeries et maisons de ventes aux enchères, le monde de l’art ne fait pas exception.

Si historiquement, les femmes ont longtemps été écartées des grands récits d’histoire de l’art, laissant penser, pendant des décennies, que les créatrices n’avaient pas existé, leur intégration au monde de l’art n’est toujours pas aisée. Loin de l’image romancée de l’artiste à l’œuvre dans son atelier, à première vue éloignée des considérations les plus élémentaires de la vie (payer son loyer, faire garder son enfant…), elles sont en réalité confrontées à la difficulté d’une activité indépendante, solitaire et précaire. 

« Les artistes plasticiennes subissent une grande précarité »

C’est pour contrer cette réalité que Margaux Derhy, artiste-plasticienne, autrice et également à l’origine de l’initiative « Les Amis des Artistes », qui venait en aide aux artistes pendant le confinement, a lancé Le Cercle de l’Art

« Les artistes plasticiennes subissent une grande précarité et une grande solitude en France. On doit chercher des solutions au niveau du privé si le public n’avance pas comme on l’espère, car c’est trop frustrant » explique-t-elle. 

Aider les femmes artistes à acquérir leur indépendance

Le Cercle est une plateforme réunissant des femmes artistes autour d’outils leur permettant de rentabiliser leur travail, en créant un cercle de collectionneurs. Concrètement, chaque collectionneur devient membre du cercle de l’artiste en lui achetant une œuvre qu’il ou elle règlera en douze échéances mensuelles, permettant ainsi à l’artiste de se constituer un revenu fixe. L’objectif : aider ces femmes à acquérir leur indépendance en contribuant à la stabilité économique du projet (qui repose sur des adhésions qui diffèrent si l’artiste souhaite avoir accès aux outils ou à la communauté ou aux deux).

Fondé en 2020, le Cercle de l’Art a clôturé sa dernière saison en juin dernier, aux côtés de 50 artistes, et avec des résultats plutôt satisfaisants. Six mois après le lancement de la saison, 96% des participantes ont vendu au moins une œuvre, les artistes considérant qu’elles ont vendu 3,3 fois plus d’œuvres que si elles avaient été seules sur la période. « En moyenne, les artistes ont vendu plus de 8 œuvres chacune en un mois (…) pour un salaire moyen d’environ 800 euros par mois avec un maximum de 1800 euros ».

Les candidatures pour Le Cercle de l’Art sont ouvertes

Forte de ces résultats, qui ont permis à de nombreuses femmes d’acquérir une stabilité financière pendant un an, et ainsi de pouvoir créer sereinement, Margaux Derhy a lancé un nouvel appel à candidatures et ouvert la saison à venir à encore plus d’artistes. Elles devraient être au moins 100 à rejoindre Le Cercle de l’Art d’ici à la fin de l’année. Tous les profils sont admis, et tous les dossiers étudiés, qu’il s’agisse de sculpture, de peinture, de photographie ou encore de dessin.

Au programme : des interventions, des cours pratiques, des cours d’histoire de l’art, des rencontres avec des artistes, mais aussi des opportunités de résidences et d’expositions.

Le monde a besoin d’artistes épanouis et sans stabilité financière, c’est plus compliqué.

Margaux Derhy

Pour les artistes qui aimeraient rejoindre Le Cercle, les candidatures sont encore ouvertes jusqu’au dimanche 30 octobre. Toutes les informations sont à retrouver sur le site internet du Cercle de l’Art.

À lire aussi : En écriture : avec l’artiste-plasticienne Tiffany Bouelle

Visuel de Une : © Julia Genet pour Le Cercle de l’Art. Les artistes présentes sur la photo : Thalia Dalecky, Marina Mankarios, Carine Valette, Josephine Vallé Franceschi, Clémence Vazard, Virginie Rasmont, Nelly Zagury, Solène Kerlo


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

1
Avatar de Whynaute
27 octobre 2022 à 19h10
Whynaute
Contenu caché du spoiler.
1
Réagir sur le forum

Plus de contenus Arts & Expos

« Cosmic Latte se demande à quoi ressemblerait le monde sans racisme » : Sonya Lindfors, chorégraphe // Source : Uwa Iduozee / Zodiak - center for new dance, UrbanApa, Sonya Lindfors
Arts & Expos

« Cosmic Latte se demande à quoi ressemblerait le monde sans racisme » : Sonya Lindfors, chorégraphe

Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Humanoid Native
Le photographe de mode Paolo Roversi s’expose au Palais Galliera, et c’est hypnotique
Mode

Comment l’expo photo de Paolo Roversi au Palais Galliera va vous hypnotiser

Dolorès Marat, "La femme aux gants", 1987. Tirage pigmentaire Fresson Collection MEP, Paris, acquis en 2006. // Source : © Dolorès Marat
Arts & Expos

Annie Ernaux, en textes et en photos, s’expose à la MEP jusqu’au 26 mai 2024

MAD paris
Arts & Expos

Paris : Avant les Jeux Olympiques 2024, 5 expos autour du sport, au musée et ailleurs

Berthe MORISOT (1841-1895) Autoportrait, 1885 Huile sur toile, 61 x 50 cm Paris © musée Marmottan Monet, Paris
Culture

Berthe Morisot : à la découverte de la peintre invisibilisée du mouvement impressionniste

Rocky 6 sera joué du 31 janvier au 4 février 2024 au Lavoir Moderne Parisien // Source : Madeleine Delaunay
Culture

« Pour sortir l’intersexuation du seul champ de l’intime, j’ai écrit la pièce de théâtre Rocky 6 » : Alice Etienne

Giselles Photo Pascal Elliott 7
Arts & Expos

Trois raisons de découvrir Giselle(s), le ballet romantique remis au goût du jour

Source : affiche officielle de l'expo avec une oeuvre d'Annette Messager
Culture

L’exposition Affaires personnelles explore les liens entre art contemporain et solidarité

Léa MKL // Source : Cactussand
Culture

Léa MKL : « C’est important d’exprimer ce qu’on a sur le cœur et d’en faire des archives »

Dans les coulisses du Cabaret de Poussière avec Bilal Hassani // Source : Inès Pollon
Arts & Expos

Dans les coulisses du Cabaret de Poussière avec Bilal Hassani

La pop culture s'écrit au féminin