Live now
Live now
Masquer
mignonnes-film-polemique
Cinéma

L’absurde acharnement contre le film Mignonnes continue aux États-Unis

Le film de Maïmouna Doucouré est toujours dans la tourmente outre-Atlantique. Il est au cœur d’une bataille judiciaire lancé par un procureur texan contre le géant Netflix accusé de promouvoir des images obscènes mettant en scène des enfants.

Dans nos cinémas, Mignonnes est maintenant sorti depuis un an et demi… mais au Texas sa diffusion continue de se heurter à une résistance. Un procureur, Lucas Babin, a lancé plusieurs actions pour faire condamner Netflix, à travers le film de Maïmouna Doucouré. Et tous les moyens sont bons.

Souvenez-vous, en octobre 2020, Mignonnes tendait un miroir à notre société sur les injonctions qui pèsent sur les filles et adolescentes. Le film captait avec précision et sans jugement le vécu de ces enfants tiraillées entre leur envie d’indépendance et l’hypersexualisation qui pèse sur elles, à travers le personnage central d’Amy, une pré-adolescente qui fait tout pour intégrer un groupe de filles particulièrement populaires et qui fait des chorégraphies en vue de participer à un concours.

Et oui, si Mignonnes nous mettait un peu mal à l’aise, c’est bien parce qu’il nous interroge sur le regard porté sur ces jeunes filles et sur toutes les émotions et contradictions auxquelles elles font face.

MIGNONNES - Bande annonce officielle - Le 19 août au cinéma

Une polémique américaine qui s’enlise…

Sorti directement en streaming aux États-Unis sous le nom de Cuties, Mignonnes s’était retrouvé au cœur d’une tempête médiatique, notamment en raison de l’affiche utilisée par Netflix pour sa promotion. Mignonnes avait alors été accusé de promouvoir la pornographie infantile et de contenir des scènes érotiques où figurent des enfants.

Si face à la justice, les accusations portées par Lucas Babin n’ont jusqu’ici pas été jugées recevables, ce dernier poursuit malgré tout sa croisade contre Netflix pour empêcher la diffusion de Mignonnes et vient de présenter quatre nouvelles accusations devant la justice, pour « sexual performance by a child ». Il entend démontrer que le géant du streaming promeut et diffuse intentionnellement un contenu qui va à l’encontre de la loi texane.

Mais Netflix n’a pas l’intention de se laisser faire et s’est tourné vers une cour fédérale pour mettre fin à cet acharnement judiciaire, au motif que Lucas Babin va à nouveau perdre cette affaire.

Pourquoi multiplier les recours, me direz-vous ? L’enjeu est avant tout médiatique et un moyen d’attirer l’attention, selon cette professeure à l’Université du Texas :

« Cette affaire est faite pour attirer l’attention sur un magistrat d’un petit comté qui n’aurait pas réussi à faire les gros titres », juge la spécialiste des médias Amy Sanders. « Il y a eu une vraie qualité cinématique, si on veut le voir comme un scénario à la David contre Goliath. Vous avez le grand méchant Netflix contre le petit procureur qui dit se battre pour le bien de la communauté. C’est délirant. »

Le bras de fer n’est donc pas terminé… et c’est Mignonnes qui en fait les frais.

Mignonnes

À lire aussi : Propager des discours transphobes en cajolant le public LGBTQI+, le jeu d’équilibriste de Netflix

Les Commentaires
2

Avatar de RainyMood
14 mars 2022 à 12h59
RainyMood
En fait, le mec accuse le film d'un truc qu'il dénonce.
Dans le genre "T'as pas compris le but du film et tu t'acharne".
Et pendant ce temps, comme dirait @eLLuLa les séries et films qui hypersexualisent des ados et ce parfois (surtout ?) quand c'est pas nécessaire (Coucou Euphoria :lunette vont bons trains.
2
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Cinéma

Cinéma
l’origine du mal

Thriller imprévisible, L’Origine du mal est le meilleur film au cinéma cette semaine

Maya Boukella

05 oct 2022

Cinéma
novembre david koskas

Novembre : le film sur les attentats de 2015 avec Jean Dujardin est à l’affiche

Maya Boukella

05 oct 2022

14
Cinéma
incroyable mais vrai gaumont

Quentin Dupieux : la bande-annonce de Fumer fait tousser est aussi délirante que son casting

Maya Boukella

04 oct 2022

Cinéma
film français 5

Critiqué pour sa Une 100% blanche et masculine, Le Film français s’excuse… mais est-ce assez ?

Maya Boukella

03 oct 2022

6
Cinéma
Sacheen Littlefeather creative commons

Sacheen Littlefeather, voix des amérindiens à Hollywood, est morte à 75 ans

Maya Boukella

03 oct 2022

6
Cinéma
bones and all

L’horreur monte d’un cran dans la bande-annonce de Bones & All, la romance cannibale avec Timothée Chalamet

Maya Boukella

30 sep 2022

2
Cinéma
rogue harry potter

Alan Rickman révèle pourquoi il a continué Harry Potter malgré la maladie, dans ses mémoires

Maya Boukella

28 sep 2022

7
Interviews cinéma
les cinq diables

« Comment filmer l’invisible ? » entretien avec Léa Mysius, réalisatrice des Cinq Diables avec Adèle Exarchopoulos

Maya Boukella

28 sep 2022

Cinéma
woman king 4

The Woman King prouve que l’afroféminisme rend les films meilleurs

Maya Boukella

27 sep 2022

Cinéma
bryce-dallas-howard

Oui, la prod de Jurassic World 3 a demandé à Bryce Dallas Howard de perdre du poids

Manon Portanier

26 sep 2022

12

La pop culture s'écrit au féminin