Live now
Live now
Masquer
pexels-george-becker-porte
Société

La loi anti-squat va-t-elle protéger les propriétaires en criminalisant les plus précaires ?

Adoptée à l’Assemblée nationale, la proposition de loi dite anti-squat doit encore être discutée au Sénat. Elle a rencontré l’opposition de la gauche, et celle des associations pour le droit au logement. Explications.

« Mieux protéger les petits propriétaires », c’est la motivation principale derrière la loi de protection des logements contre l’occupation illicite, votée début décembre 2022, dont vous avez sûrement entendu parler sous le nom de loi anti-squat.

Portée par le député Renaissance Guillaume Kasbarian, elle veut durcir les sanctions déjà existantes à l’égard des squatteurs. Occuper illégalement un logement pourrait donc être passible de trois ans de prison et de 45 000 euros d’amende, contre un an de prison et 15 000 euros d’amende à l’heure actuelle.

La loi anti-squat ne concerne pas que les occupations dites illégales, elle vise aussi les locataires, et plus précisément les mauvais payeurs. Guillaume Kasbarian entend donc, selon ses termes, restaurer la confiance des bailleurs envers les locataires, puisque la loi prévoit aussi une « clause de résiliation de plein droit » qui permettrait au propriétaire de mettre un terme au bail en cas d’impayés.

Une criminalisation dangereuse, selon les détracteurs de la loi anti-squat

Les critiques à l’égard de la loi étaient portées par plusieurs députés de la Nupes, à l’instar de François Piquemal qui a dénoncé une « criminalisation de tous les mal-logés ». C’est aussi une « régression sociale et démocratique » qui inquiète le parlementaire Aurélien Taché, pour qui ce texte « qui entend lutter contre les “squatteurs” fait entrer dans cette définition toutes les personnes occupant une propriété sans droit ni titre, y compris les bâtiments publics, mais aussi les locataires, qui, de bonne ou mauvaise foi, ont des impayés de loyer. »

Ce sont aussi des associations qui luttent contre le mal-logement qui sont montées au créneau. Pour Marie Rothan, chargée de la lutte contre la privation de droits sociaux à la Fondation Abbé Pierre, il s’agit d’une proposition de loi « scandaleuse » :

« Les ménages ont du mal à boucler leur budget avec la hausse de l’inflation, avec la hausse des coûts de l’énergie et on les enfonce encore plus au lieu de les aider à trouver une solution, en leur disant “vous allez être en impayé de loyer ? On va vous pénaliser encore plus, on va faire une procédure très courte, on va mettre à terre tous les dispositifs de prévention et en plus vous pourrez aller en prison”. »

Pour Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de l’association Droit au logement sur LCP, l’aberration de ce texte réside notamment dans le fait de criminaliser les squatteurs de logements vides : « Or, on a 3,1 millions de logements vacants selon l’Insee. »

Le « petit propriétaire » existe-t-il vraiment ?

En 2021, 170 demandes d’expulsion ont été faites en préfecture par des propriétaires dont le logement était occupé. C’est somme toute assez peu. La question se pose donc d’être finalement face à un phénomène plutôt minoritaire.

D’autres chiffres sur le logement et la répartition des propriétaires et des locataires sont éclairants. Selon des statistiques de l’Insee révélées en 2021, un quart des ménages (24 %) sont multipropriétaires et 3,5 % des ménages détiennent la moitié des logements en location. Une concentration des biens immobiliers qui ne fait que renforcer les inégalités d’accès au logement. « Cette étude a permis de sortir de l’image du petit propriétaire français. Il existe bien sûr, mais en réalité, la propriété est extrêmement concentrée dans le très haut de la distribution des patrimoines » expliquait à France Info Pierre Madec, économiste à l’OFCE.

Un constat qui met à mal l’argumentaire des défenseurs de la loi anti-squat.

À cela s’ajoute, une médiatisation fréquente des cas de squats avec un narratif constant et manichéen, celui de pauvres propriétaires spoliés face à des indésirables qui occupent leur bien et qui abusent d’une législation forcément trop laxiste et permissive.

Adoptée en novembre en première lecture, la loi anti-squat devra passer par la case Sénat où elle sera discutée le 31 janvier 2023.

À lire aussi : Farah et son fils, 2922€/mois : « J’aurais aimé être propriétaire, j’ai loupé le coche »

Crédit photo : George Becker via Pexels


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

128
Avatar de Whynaute
2 janvier 2023 à 15h01
Whynaute
@Morgana Talbot
Contenu caché du spoiler.
6
Voir les 128 commentaires

Plus de contenus Société

Source : Robin JARRY
Sport

3 conseils pour mieux gérer sa pratique sportive quand on a ses règles

1
Source : SHVETS production de Pexels
Société

Une enquête du Parisien révèle des violences sexuelles à l’Institut national de jeunes sourds de Paris

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Violences sexuelles à l’Hôpital : Roselyne Bachelot, émue, confie son expérience dans C à vous

police pixabay
Société

À Metz, un policier qui frappait son ex-femme et ses enfants a été relaxé par la Cour d’Appel

7
Source : Capture d'écran du compte X de Paris 2024
Société

JO 2024 : accusé de harcèlement, Baptiste Moirot ne portera finalement pas la flamme olympique

Source : TF1 - Capture d'écran de l'émission Sept à Huit
Actualités France

Les nouvelles mesures autoritaires de Gabriel Attal pour lutter contre les violences entre mineurs

15
Bâtiments du 4° bataillon de l'école spéciale militaire de Saint-Cyr Coetquidan ; au premier plan, celui de la 13e compagnie en 2018 // Source : Wikimedia Commons / Alain.Darles EOR Saint-Cyr à Coetquidan 1971 / Licence Creative Commons
Actualités France

Violences sexistes et sexuelles à l’académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan : l’enquête choc de FranceTV

4
Source : Ted Eytan // Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License
Actualités mondiales

La Suède adopte une loi qui autorise les transitions de genre à partir de 16 ans

football // Source : Unsplash / Emilio Garcia
Actualités

PSG-Barça : Les supportrices parisiennes agressées sexuellement lors des fouilles ?

Source : Canva
Société

En Seine-Saint-Denis, 51 femmes enceintes dorment à la rue

La société s'écrit au féminin