Live now
Live now
Masquer
jennifer-aniston-the-morning-show
Féminisme

Jennifer Aniston ne veut plus se justifier sur le fait de ne pas avoir d’enfant, et on la comprend

Dans une interview récente, la star de Friends et de The Morning Show revient sur sa vie, ses choix et sur les nombreux jugements dont elle a fait l’objet.

La pression que l’on met sur les femmes pour qu’elles aient des enfants est forte et constante, par le biais de questions et de réflexions du style « Alors tu t’y mets quand ? », « Avoir des enfants, c’est le plus grand bonheur qu’une femme puisse connaître »… Toutes ces phrases sous-entendent qu’une femme restant nullipare a loupé quelque chose, a égoïstement privilégié d’autres aspects de sa vie.

C’est le cas pour toutes les femmes, mais lorsqu’il s’agit de stars, la pression est d’autant plus forte que ce choix (ou non) de ne pas avoir d’enfant est médiatisé, commenté et bien sûr… jugé !

Jennifer Aniston, enceinte environ 1 000 fois selon les médias

C’est ce qui arrive depuis bien longtemps à l’actrice Jennifer Aniston, qui n’a pas eu d’enfant mais dont le ventre a été analysé sous toutes les coutures au moindre renflement et dont les choix de vie sont sans cesse critiqués.

Fatiguée de toutes ces conjectures et accusations, elle vient de répondre dans une interview au Hollywood Reporter : non, elle n’a pas privilégié sa carrière à la maternité ! Et elle aimerait qu’on la laisse tranquille… L’actrice précise que toutes ces allégations l’ont beaucoup atteinte :

« Vous n’avez aucune idée de ce qui se passe personnellement, si médicalement je peux ou pas procréer. Puis-je avoir des enfants ? Ils ne savent rien, et c’était vraiment blessant et tout bonnement méchant. »

Cette possibilité d’avoir un enfant ne regarde que les couples ou les femmes en question et ne devrait pas être pointée du doigt par les tabloïds. Jennifer Aniston, qui a été avec Brad Pitt et Justin Theroux, a beaucoup souffert de ce manque d’intimité :

« Avoir un enfant, comme vous vous en doutez, est un sujet qui ne concerne que le couple ou la personne en ques­tion. »

Il y a quelques mois encore, lors de l’épisode des retrouvailles de Friends, de nombreux tabloïds avaient à nouveau lancé des rumeurs sur une adoption en cours par la star de 52 ans. Elle avait les avait démenties à coup de déclarations de son agent.

Capture-décran-2021-12-10-à-11.04.32
(© Instagram/Jennifer Aniston)

Laissons les femmes tranquilles

L’éternelle traque du baby bump des stars est tout à fait révélatrice d’un corps féminin qui appartiendrait à tout le monde — les récentes rumeurs sur la possible grossesse de Rihanna en disent beaucoup… Jennifer Aniston décrit ce qu’elle a vécu, dans le même entretien accordé au Hollywood Reporter :

« Quand tu es dans la vie de tous les jours et que tu as un peu trop mangé ou que ton ventre est ballonné, tu te retrouves vite dans la lumière, l’es­to­mac pointé du doigt, avec des rumeurs de gros­sesse circu­lant à ton sujet. »

C’est aussi une grossophobie latente qui permet ce genre d’analyses des moindres kilos supplémentaires. Le corps des femmes doit être mince et filiforme, et d’autant plus celui des stars !

La maternité : une option, pas une obligation

Il faut dissocier le destin féminin d’un destin maternel. Pourquoi le fait qu’une femme n’ait pas d’enfant pose tant de problèmes aux autres ? On peut tout à fait être nullipare – volontairement ou non, être une femme accomplie et épanouie, et que cela ne soit pas un sujet. Être childfree peut tout à fait être un choix et non un pis-aller !

Comme le disait Lena Duhman dans sa newsletter Lenny Letter, elle qui a réfléchi à ces injonctions et à son désir véritable, souffrant d’endométriose et ayant dû se faire retirer l’utérus :

« Mon histoire m’a permis de comprendre l’énorme pression mise sur les femmes pour devenir mères, une pression que j’ai complètement intégrée et que je questionne aujourd’hui. Cette idée d’avoir une vie remplie, de tout avoir. Comme si nos vies ne pouvaient pas être complètes sans enfants. La pression, aussi, d’user de tous les moyens possibles pour avoir des enfants. [….] Nous sommes complètes, même si l’on ne coche pas toutes ces cases débiles. Même sans un travail, un mariage, ou un bébé. »

En France, Victoire Tuaillon, dans son podcast Le Cœur sur la table, décrypte ce schéma très cadré :

« On a tous et toutes grandi avec l’idée que la relation de couple était l’ultime idéal amoureux, quel que soient notre genre ou notre sexualité. Ce modèle comporte des étapes censées nous mener au mariage, à la parentalité, à la propriété – ce qu’on appelle “l’escalator relationnel”. »

Qu’il s’agisse de monter un escalier ou de cocher des cases, la pression est toujours mise sur les femmes. Et si on les laissait un peu mener leur vie sans les juger ?

Une société pleine de paradoxes

La différence de traitement entre hommes et femmes est flagrante :

« Les hommes peuvent être mariés autant de fois qu’ils le souhaitent, ils peuvent épouser des femmes plus jeunes, dans la vingtaine ou la trentaine. Les femmes n’ont pas le droit de faire ça. »

Par ces jugements continuels, il semblerait que les femmes soient toujours en faute, qu’elles aient des enfants ou non. Ces critiques ne prennent pas en compte ce qu’elles vivent au quotidien.

D’un côté, on reproche aux femmes qui n’ont pas d’enfant de privilégier leur carrière, ô sacrilège ! Et d’un autre côté la maternité est un des freins principaux à l’évolution professionnelle. C’est donc un paradoxe qu’il est difficile de résoudre. Les femmes seraient toujours perdantes… Et si une femme préfère travailler plutôt que de s’occuper d’un enfant, quel est le problème ?

De plus en plus de militantes féministes – comme Fiona Schmidt ou Mona Chollet – se battent pour que les femmes puissent avoir le choix d’avoir ou non des enfants, et de ne pas subir pressions et inquisitions. Jennifer Aniston s’adresse aux femmes :

« Cette décision n’appartient qu’à nous et à nous seules. Nous n’avons pas besoin d’être mariées ou mères pour être complètes. Nous pouvons déterminer de notre propre bonheur. »

Des paroles pleines de sagesse !

À lire aussi : Laissons Rihanna et son utérus tranquille, bon sang

Image en une : Instagram/Jennifer Aniston


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

10
Avatar de Samsayonara
21 mars 2022 à 09h03
Samsayonara
Pour ma part, je refuse net les diktats sociaux qu'on impose aux femmes. J'ai toujours brâmé à qui voulait l'entendre que si je n'avais pas d'enfant, ce ne serait pas grave.
Je n'en avais pas envie, je ne ressentais pas cette envie prégnante qu'ont certaines ( ou pensent le ressentir vu la pression sociale qui nous pousse à être de vraies femmes accomplies? ), avec mon compagnon on était sur la même longueur d'onde : on ne ferait rien pour tomber exprès enceinte ( les "essais", les traitements hormonaux...) , ça vient c'est bien, ça vient pas bah tant pis. J'ai juste arrêté la pilule , on vivait "sans filets" car on venait d'être titularisés, qu'on avait la maison. Deux semaines plus tard, bim. J'étais contente de vivre cette grossesse, je n'étais pas malade, un vrai bonheur, mais vu l'épopée finale et les retombées sur ma santé, l'accouchement qui a relevé de la torture dans le but de me césariser, je n'en veux pas d'autres. C'est arrivé une fois d'avoir envie d'un deuxième, et c'est passé. Forcément, les poncifs du genre : à quand le deuxième, de la part de la gynécologue-obstétricienne-bouchère le lendemain de l'accouchement, alors que j'avais une balafre de gauche à droite au bide... ça passe pas trop bien.
Donc non, on peut être une femme accomplie sans se marier, sans avoir d'enfants, si la société pouvait nous lâcher l'utérus, et arrêter de nous dire de maigrir, de camoufler nos rides et nos cheveux blancs, , d'avoir des gosses, d'être à la fois mères ET actives, avoir uen carrière qui ne ferait pas peur aux machos, ça serait bien mieux. Je ne juge pas celles qui ont plusieurs enfants, et qui se sentent bien dans cette vie, entourée d'amour ( et d'emmerdes, hein, car élever un/des enfants, ça a son lot d'angoisses et de stress ) , et encore moins celles qui préfèrent ne pas en avoir, et vivre une vie qui leur ressemble plus.
Contenu spoiler caché.
0
Voir les 10 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Source : Canva
Déclic

Elia, 26 ans : « J’ai fait une croix sur beaucoup de milieux dont je sais qu’ils sont remplis de personnes oppressives »

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
nadine-shaabana-DRzYMtae-vA-unsplash
Culture

Violences sexuelles : comment la littérature Young Adult prolonge le combat de #MeToo

femmes-boivent-café // Source : URL
Société

Pourquoi le phénomène de la « Girl’s girl » est tout aussi problématique que la «Pick Me» ?

9
Source : Canva
Féminisme

Lily, 21 ans et son éveil féministe : « Je n’ai plus de jugement face à la personne sexiste que j’étais »

Source : Canva
Féminisme

Comment l’autodéfense féministe a changé ma vie

1
Source : Midjourney
Déclic

Célia, 24 ans : « J’ai compris l’importance du féminisme en jouant au Trivial Pursuit »

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Source : Canva
Déclic

Sandrine, 48 ans : « J’en demandais plus à mes filles qu’à mon fils pour les tâches ménagères »

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Midjourney
Déclic

Suzy, 27 ans : « Aujourd’hui, j’ai peur d’avoir des relations sexuelles avec les hommes »

1

La société s'écrit au féminin