Live now
Live now
Masquer
Larc-de-triomphe-empaqueté-de-Jeanne-Claude-et-Christo
Arts & Expos

Jeanne-Claude, l’artiste cachée derrière l’Arc de Triomphe empaqueté (pas que par Christo)

Derrière l’œuvre monumentale et éphémère de L’Arc de Triomphe empaqueté, une artiste est aussi en train d’être effacée : Jeanne-Claude Denat de Guillebon, au profit de son mari, Christo.

Vous l’avez peut-être croisé dans la vraie vie ou sur les réseaux sociaux : l’Arc de Triomphe vient de s’offrir un relooking artistique, signé Jeanne-Claude Denat de Guillebon (décédée en 2009) et Christo Vladimiroff Javacheff (mort en 2020). Or, cette première se trouve régulièrement invisibilisée dans les médias et les communiqués officiels d’institutions culturelles derrière le nom de son compagnon. Une spécialité de l’histoire de l’art, même quand elle se conjugue au présent, manifestement. 

L’Arc de Triomphe empaqueté, une oeuvre monumentale et éphémère pensée en duo

Pour recontextualiser, cette oeuvre monumentale correspond à un projet imaginé dans les années 1960 par le couple d’artistes Jeanne-Claude et Christo : recouvrir l’arche monumentale du rond-point de l’Étoile par 25 000 mètres carrés de toile argentée (recyclable), déroulés par 50 cordistes, et l’encercler par 3 000 mètres de cordes rouges.

Cette installation a nécessité deux mois de montage et restera visible 17 jours avant d’être démontée pendant cinq semaines si tout se passe comme prévu. Car c’est la signature de ce duo d’artistes contemporains : du gigantisme toujours éphémère. Prix de l’opération ? 14 millions d’euros (dont zéro centime venant du contribuable). 

Seulement, comme le souligne notamment Margaux Brugvin, créatrice de contenus numériques sur l’art avec une perspective féministe, de nombreux médias parlent de cette oeuvre comme étant le fruit de Christo seul, invisibilisant Jeanne-Claude. 

Jeanne-Claude, effacée derrière son mari Christo, par l’histoire en train de s’écrire

« Si le couple a commencé sa carrière sous le nom de “Christo”, depuis des années iels sont devenu·e·s “Christo et Jeanne-Claude”. C’est le nom de la fondation qui gère leur estate, le nom de leur site, le nom de leur compte Instagram @christojeanneclaude », rappelle en légende d’une publication publiée le 16 septembre 2021 sur Instagram l’historienne de l’art, diplômée de l’école du Louvre. Avant de poursuivre à propos du cœur du problème :

« Pourtant, le Centre Pompidou, le centre des monuments nationaux et l’Arc de Triomphe Paris ont choisi de ne communiquer que sur la moitié masculine du duo. Le hashtag officiel de l’événement est #christoparis. Les médias reprennent ces éléments et contribuent, article après article, à oblitérer le nom de Jeanne-Claude.

Une jolie démonstration de la façon dont on continue à invisibiliser les artistes femmes et à effacer – littéralement – leur nom de l’histoire.

Chères équipes de com qui gèrent ce projet, l’inauguration a lieu samedi [18 septembre 2021], il est encore temps d’actualiser votre hashtag. Chers médias, il est encore temps de changer vos titres. »

En effet, une dépêche AFP a notamment été reprise par de nombreux médias qui ont alors titré sur le seul nom de Christo, n’accordant ensuite que quelques lignes à Jeanne-Claude, et encore moins de crédit dans la parentalité de l’œuvre. Le Figaro titre par exemple : « Macron inaugure l’Arc de Triomphe empaqueté, le « rêve fou » de l’artiste Christo ». Pourtant, il n’aurait sûrement jamais triomphé sans son épouse.

Jeanne-Claude et Christo, l’histoire d’un couple d’artistes qui oeuvrait en duo

Lui, Bulgare, a étudié aux Beaux-Arts de Sofia la peinture, la sculpture et l’architecture. Il arrive à Paris comme réfugié politique à 23 ans, où il rencontre l’artistocrate Jeanne-Claude Denat de Guillebon, dont il partage l’exacte même date de naissance : le 13 juin 1935. Ils se marient en 1962 et signe la même année leur première œuvre (pirate) remarquée : Le Rideau de Fer. Soit des barils de métal empilés pour bloquer le passage de la rue Visconti, en écho de protestation à la construction du mur de Berlin.

Le Rideau de Fer, (1962)

S’ensuivent d’autres installations monumentales et éphémères tenant davantage du recouvrement/emballage. Et ce, en s’autofinançant toujours, refusant toutes propositions de mécénat, qu’elles soient publiques ou privées. 

Le Pont Neuf Emballé (1975-1985)

De leur vivant, ils ont toujours mis un point d’honneur à ne pas révéler lequel des deux auraient pu émettre en premier une idée réalisée, afin d’être toujours considéré comme un duo à part entière et égalitaire. À peut-être une exception près, Surrounded Islands, comme le rappelle le média de critique d’art, Pokus Berlin :

« Le couple a admis de manière tardive qu’il s’agissait d’une idée de Jeanne-Claude. La raison de cet aveu tardif est édifiante : Christo et Jeanne-Claude étaient persuadé.es ne jamais recevoir le permis de construire si l’idée venait d’une femme. Jeanne-Claude l’expliqua dans une interview de 2004. »

Surrounded Islands (1980-1983)

Jeanne, au secours, effacement sexiste en cours

Mais maintenant que Christo Vladimiroff Javacheff est décédé, voilà que l’histoire de l’art et les médias invisibilisent déjà l’importance de Jeanne-Claude Denat de Guillebon, selon leur (mauvaise) habitude d’effacer les femmes. Aussi monumentales soient-elles

L'Arc de Triomphe empaqueté, de Jeanne-Claude et Christo (2021)
L’Arc de Triomphe empaqueté, de Jeanne-Claude et Christo (2021)

Contre cet effacement sexiste en cours, de nombreuses féministes s’activent donc pour que médias et institutions culturelles revoient leur copie et fassent de la place pour le nom et la maternité de Jeanne-Claude pour cette oeuvre culottée.

« L’Arc de Triomphe Empaqueté » du 17 septembre au 3 octobre, Rond Point des Champs-Élysées.

À lire aussi : C’est l’histoire d’une parachutiste qui saute en robe Iris van Herpen haute couture

Crédit photo de Une : compte Twitter certifié de l’Arc de Triomphe

Les Commentaires
4

Avatar de Mamie Raymonde
20 septembre 2021 à 08h12
Mamie Raymonde
Et bien évidemment, tous les autres médias parlent de Christo, jamais de Jeanne-Claude....
0
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Arts & Expos

Société
bdchild

Cette BD salutaire résonnera chez toutes les childfree fatiguées qu’on leur dise de faire des gosses

Camille Abbey

16 jan 2022

8
Animaux
Capture d’écran 2021-12-09 à 11.43.51

Ce gros chat inspire les artistes du monde entier et c’est franchement mérité

Camille Abbey

09 déc 2021

Arts & Expos
Disney

Cette artiste réinvente les Disney avec des pères investis, et ça fait du bien

Camille Abbey

08 déc 2021

Parentalité
NotreSang 2

Cette pièce criante de vérité dénonce les violences gynécologiques et obstétricales

Camille Abbey

07 déc 2021

Arts & Expos
Charlie photo 3

La comédie musicale Charlie et la Chocolaterie : délice ou indigestion ?

Mathis Grosos

14 nov 2021

Photographie & Photos
Fanm Fô Series d'Adeline Rapon

Pourquoi les photos d’Adeline Rapon sur les clichés autour des Antillaises m’ont tant ému

Anthony Vincent

14 nov 2021

2
Arts & Expos
Le podcast Vénus s'épilait-elle la chatte

« Picasso était-il un fumier ? » et autres déconstructions proposées par cet excellent podcast

Parentalité
Paul Taylor

Paul Taylor parle de parentalité : parmi les hommes humoristes, c’est assez rare pour être souligné

Eva Levy

01 nov 2021

Histoire
Photographie de l'artiste française Claude Cahun

Qui était Claude Cahun, photographe et résistante lesbienne, à l’honneur dans le Google Doodle du jour ?

Actu mondiale
Kim-Kardashian-et-le-sarcophage-pillé

Comment Kim Kardashian a aidé à retrouver un sarcophage pillé (c’est très réel)

Anthony Vincent

22 oct 2021

La pop culture s'écrit au féminin