Jean Paul Gaultier n’est pas mort, mais son prêt-à-porter ressuscite dès ce 28 mai (et dès 150€)


Parti à le retraite des podiums en janvier 2020, Jean-Paul Gaultier avait déjà annoncé laisser la place de sa haute couture à Chitose Abe de Sacai le temps d'une saison. La vraie surprise, c'est le retour du prêt-à-porter, plus accessible et unisexe !

Jean Paul Gaultier n'est pas mort, mais son prêt-à-porter ressuscite dès ce 28 mai (et dès 150€)Instagram certifié @jpgaultierofficial

Le petit monde de la mode a tremblé le 21 mai 2021 lorsque Jean Paul Gaultier a tweeté et instagrammé un lapidaire « The end ». Certains ont cru à la fermeture de la maison, d’autres à la mort du fondateur…

Mais, pour recontextualiser, le créateur éponyme avait déjà arrêté le prêt-à-porter depuis 2015, et réalisé un tonitruant dernier show de haute couture le 22 janvier 2020 au théâtre du Châtelet avant sa retraite.

Cet ultime défilé marquait ses cinquante ans de carrière dans la mode, avant qu’il ne raccroche le dé à coudre (même si Jean Paul est encore bien vivant, et compte a priori continuer de dessiner pour des projets spéciaux de théâtre ou la tournée musicale d’amis, par exemple).

Fini, c’est fini, ça va finir, ça va peut-être finir…

Si l’industrie de la mode nous a habitués à ce que les fondateurs de maison soient remplacés par d’autres talents, plus ou moins créatifs ou commerciaux, ce n’est pas le choix pris par le grand couturier et le groupe désormais propriétaire de sa marque, Puig.

Conformément à une idée du fondateur, la maison Jean Paul Gaultier a annoncé depuis janvier 2020 justement qu’elle confierait ses rênes à un talent différent tous les 6 mois pour la haute couture (soit ce qu’on appelle une saison dans la mode : printemps-été, puis automne-hiver).

Jean Paul Gaultier ne fait que (re)commencer

Pour celles et ceux qui avaient suivi le dossier, le « The end » du 21 mai 2021 ne faisait que confirmer la fin de l’ère en solo du fondateur surnommé l’Enfant terrible de la mode… et le début d’une nouvelle ère !

Elle sera initiée avec Chitose Abe, créatrice japonaise de la marque Sacai, qui défilera au nom de Jean Paul Gaultier lors de la prochaine semaine de la haute couture en juillet 2021. C’est une immense opportunité, car le cahier des charges pour avoir le droit à l’appellation protégée « haute couture » s’avère très exigeant et ne compte qu’une dizaine d’élus.

Mais la vraie surprise de Jean Paul Gaultier, y compris pour les plus initiés, c’est le retour du prêt-à-porter ! Après 6 ans d’absence, les vêtements plus accessibles au grand public (même si cela restera dans les tarifs propre au luxe) reviennent donc, imaginés désormais par un collectif d’au moins 5 jeunes designers pointus : Nicola Lecourt Mansion, Ottolinger, Palomo Spain, Alan Crocetti, et Marvin M’Toumo (en plus des équipes habituelles de la maison).

Du prêt-à-porter Jean Paul Gaultier plus accessible et inclusif

Cette nouvelle force créative collective s’annonce très queer et internationale (la France pour la Strasbourgeoise Nicola et le Guadeloupéen Marvin, l’Allemagne pour le duo de créatrices Cosima Gadient et Christa Bösch derrière la marque Ottolinger, l’Espagne avec Alejandro Gomez Palomo, et le Brésil pour Alan Crocetti désormais basé au Royaume-Uni).

Ce nouveau prêt-à-porter s’annonce comme unisexe et inclusif et sera disponible en ligne à partir du vendredi 28 mai 2021 sur lesmarins.jeanpaulgaultier.com. Soit pile à temps pour le mois des fiertés LGBTI+ qu’est juin.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par WWD (@wwd)

Interviewé par le média spécialisé dans la mode Women’s Wear Daily (qui dévoile ci-dessus de premiers modèles des vêtements), le jeune directeur général de Jean Paul Gaultier, Antoine Gagey, vient de confirmer cette nouvelle stratégie pour le prêt-à-porter.

Dessiné en collectif mouvant, il sortira sous forme de drops surprises (tel un album de Beyoncé) à intervalle irrégulier, dans des prix compris entre 150€ et 750€ — ce qui est peu cher dans l’univers du prêt-à-porter de luxe.

D’autant que la valeur des anciennes collections du couturier en éternelle marinière n’a fait qu’exploser, en tout logique depuis le retrait officiel du fondateur. D’après le site de mode de seconde main Vestiaire Collective, les recherches pour du Jean Paul Gaultier vintage ont augmenté de 570% ces six derniers mois, et les ventes crues de 30% rien qu’au premier trimestre 2021 !

Signe supplémentaire que l’héritage de l’enfant terrible de la mode n’a pas pris une ride. Et risque bien de voguer encore longtemps.

À lire aussi : Avec Balance ton Vinted, va-t-on enfin parler du harcèlement sexuel sur la plateforme ?

Anthony Vincent

Anthony Vincent


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!