Live now
Live now
Masquer
main de nouveau-né dans une main d'adulte
Poussez Madmoizelle

« Je comprends que la situation est grave » : Delphine raconte son accouchement

Ah, l’accouchement. Ce moment si spécial, flippant et transformateur. Parfois rêve, parfois cauchemar, souvent un peu des deux… Chaque semaine, dans Poussez Madmoizelle, une personne raconte son accouchement.
  • Prénom : Delphine
  • Âge : 29 ans au moment de l’accouchement
  • Bébé attendu le : 3 juillet
  • Bébé arrivé le : 5 juillet
  • Heure d’arrivée à l’hôpital : 9 heures
  • Heure d’accouchement : 19 heures 45
  • Stats : 4 kg pour 55 cm

Je n’apprécie pas vraiment d’être enceinte mais, dans mon cas, c’est un passage nécessaire pour avoir des enfants. En ce début de mois de juillet, j’avais hâte d’accoucher. J’avais l’impression d’être une baleine qui faisait de l’œdème et qui avait des  contractions à foison, je ne dormais plus…. Bref.

Ce 5 juillet, j’étais à 41 semaines — et deux jours —d’aménorrhée. C’était un matin, et j’allais au CHU pour une visite de contrôle (seule, merci Covid). Je n’étais pas particulièrement stressée, l’accouchement de ma fille aînée s’étant plutôt bien passé.

L’accouchement doit être déclenché

Je passe une échographie lors de laquelle on m’annonce que mon placenta ne produit plus de liquide amniotique, et que les soignantes veulent me garder. Face à tout ça, je suis un peu désemparée et pose plein de questions : quels sont les risques ? Qu’est ce que  ça signifie ? Est ce que je peux partir et revenir dans la soirée ?

On m’explique que cela signifie que mon placenta est en fin de vie, que la grossesse est arrivée à son terme et qu’il n’y a plus de bénéfices pour l’enfant à rester dans mon ventre. À très court terme, mon bébé n’est pas en danger mais il a moins de place pour bouger. Elles m’annoncent ensuite qu’elles préfèrent me garder car cela peut cacher un problème sous-jacent.

Dans l’immédiat, le plan des soignants est donc de déclencher mon accouchement. Moi, j’ai envie de partir et elles se mettent à  trois pour me convaincre de rester. Un peu perdue, j’appelle mon compagnon qui me dit « Fais comme tu veux » (merci pour l’aide).

Dans le doute, je reste : si je partais et qu’il arrivait quelque chose, je m’en voudrais toute ma vie… mais à contrecœur quand même, car je n’ai pas dit au revoir à ma fille d’à peine deux ans, qu’elle ne pourra pas me rendre visite à l’hôpital (merci Covid bis) et que nous allons donc être séparées plusieurs jours alors que nous ne l’avons jamais été plus de quelques heures depuis sa naissance.  

Le travail démarre, je demande une péridurale

Prendre des médicaments pour extraire le fiston ne me réjouit guère : j’aurais préféré que mon accouchement soit plus « naturel ». Avant cela, l’équipe soignante me propose un décollement des membranes pour voir si le travail se déclenche par lui-même. J’accepte et attends quelques heures. Mon partenaire arrive pour assister au grand final.  

Je sautille sur un ballon depuis plusieurs heures sans que rien ne se passe. La décision est donc prise de passer à la vitesse supérieure. On m’installe en salle d’accouchement et on me donne de l’ocytocine, une hormone utilisée pour déclencher le travail. Il est environ 15 heures. 

À 17 heures, le travail démarre. Les contractions sont très fortes et comme je suis épuisée, j’ai du mal à les supporter : je demande une péridurale, qu’on me donne.

Vers 19 heures, les équipes de soin se renouvellent et rapidement une nouvelle sage femme vient  se présenter. On fait le bilan. En deux heures, je suis passée de deux à dix centimètres — je suis à dilatation complète. Il va être temps de pousser. Pour ma fille, j’ai poussé trois fois et elle était là. Dans ma tête, le calvaire  est bientôt fini … 

« Il y a eu une contraction, et le bébé n’a pas aimé »

La sage-femme me propose de percer la poche des eaux. Finalement, elle l’aura à peine touchée qu’elle se perce toute seule, alors elle me dit de tenter une première poussée. 

Je pousse de toutes mes forces mais j’ai le sentiment que ça n’est pas très efficace. Je sens que je me fatigue pour rien, et je commence à me dire que ca ne va peut être pas être aussi facile que je l’espérais… Il est environ 19 heures 40.

Nous sommes tous les trois, mon compagnon, la sage-femme et moi. C’est là que tout dérape. 

Je la regarde, elle a sa main dans mon vagin et elle se fige. Je sens que quelque chose se passe mais je n’en évalue pas la gravité. Dans le plus grand des calmes, elle me dit « Il y a eu une contraction et le bébé n’a pas aimé ». Elle se tourne vers mon compagnon et lui demande s’il peut aller à l’accueil, dire qu’il y a une procidence.  

Nous ne savons pas ce que cela signifie. Il sort sans se presser et va porter le message. Aussitôt, la personne qui reçoit le message crie « Procidence ! » et le branle-bas de combat s’installe. Une dizaine de personnes débarquent dans la salle d’accouchement en courant. La sage-femme (toujours avec sa main en moi) grimpe sur la table, et on m’embarque en toute hâte dans le couloir.

Tout le monde court, on m’annonce que je vais recevoir une césarienne d’urgence.

J’ai l’impression d’être dans un film. Je comprends que la situation est grave. Je ne sais pas ce qui se passe. J’ai peur pour mon enfant. Je me  concentre. Une petite voix en moi me dit :

« OK meuf, là c’est du sérieux, tu écoutes bien les médecins et tu fais tout ce qu’on te dit. »

J’ai de la chance : comme j’ai déjà une péridurale, elle fait office d’anesthésie et cela me permet de rester consciente. 

Une césarienne en urgence

J’ai passé l’intervention à trembler et pleurer. J’étais à bout, ces longs mois de grossesse m’avaient épuisés et c’était la goutte d’eau de trop ; avec le choc et la peur, je me suis effondrée. Dans tout ça, les soignantes ont été d’une incroyable gentillesse. Elles m’ont caressée, rassurée et encouragée tout le long.

Mon bébé naît à 19 heures 45, et est emporté par les soignants. Sur le coup, on ne sait pas comment il va mais il est vivant. On me recoud. Puis, on vient m’expliquer que mon enfant est dans une couveuse, qu’il respire et qu’il va bien (il « reprend des couleurs »). C’est mon partenaire qui le verra en premier.

accouchement_madmoizelle
Christian Bowen / Unsplash

On me conduit en salle de réveil et, puis on m’apporte mon bébé, environ 2 heures après sa naissance. C’est là qu’ils prennent le temps de tout nous expliquer : le cordon ombilical est sorti avant la tête. C’est rare, mais ça arrive. Quand la tête du bébé s’engage, elle fait pression sur le cordon et il s’asphyxie. En quelques minutes, il peut mourir.

Aujourd’hui, mon fils va très bien

Ce soir-là, le personnel soignant était disponible et alerte. La sage-femme a diagnostiqué le problème rapidement et la situation a été parfaitement maitrisée. Nous avons eu beaucoup de chance. La professionnelle a gardé sa main dans mon vagin pour faire pression sur la tête de mon bébé, afin de minimiser un peu l’asphyxie.

Quand il est sorti, son taux d’oxygène dans le sang était quasiment nul. Heureusement, il a réussi à s’oxygéner rapidement et correctement après cette apnée de 5 minutes. Quand j’y repense, j’ai froid dans le dos…

Aujourd’hui, mon fils va très bien. Il a 7 mois, mesure 75 centimètres et a déjà deux dents. Je suis pleine de  reconnaissance et de gratitude envers les équipes du CHU qui ont sauvé la vie de mon fils, ce 5 juillet 2021.

Quand nous étions en salle de réveil, la sage femme est venue nous  dire que c’était son premier jour de garde en tant que diplômée et qu’elle se souviendra de notre fils toute sa vie. Nous aussi nous nous souviendrons de toi, Sarah. Merci.

À lire aussi : « On parle trop peu de l’après-césarienne » : Tiphaine raconte son accouchement

Crédit photo : Nathan Dumlao / Unsplash

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

6
Avatar de Matilda Verdebois
13 février 2022 à 21h02
Matilda Verdebois
Perso, je l'ai compris comme "c'est toi qui sais ce qui est le mieux pour toi", mais je pense que la Madz avait envie qu'il lui dise quoi faire parce que ce n'est pas une décision simple à prendre. A certains moments, on n'a pas envie d'être celle qui décide, et là clairement, elle avait envie de rentrer chez elle tout en sachant que ce n'était pas raisonnable. Je pense que ça l'aurait arrangée que son conjoint lui donne une bonne raison de rester. Bon, c'était raté
0
Voir les 6 commentaires

Plus de contenus Poussez Madmoizelle

Source : Pexels / Letticia Massari
Poussez Madmoizelle

« Je me suis demandé pourquoi elles hurlaient dans les films, ça n’est pas si douloureux que ça » : Nathalie nous raconte son accouchement

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Unsplash / Mother of Wilde
Poussez Madmoizelle

« On m’a fait comprendre que si j’arrêtais l’allaitement, je serais une mauvaise mère » : Delphine nous raconte son accouchement

19
Source : Pexels / Rafael Henrique
Poussez Madmoizelle

« Mon corps accouchait tout seul, c’est comme si j’étais spectatrice » : Lléna nous raconte son accouchement

2
Source : Unsplash / freesstocks
Poussez Madmoizelle

« Quand ils ont saisi mon bébé avec les pinces, j’ai eu l’impression d’être écartelée » : Ambre raconte son accouchement

1
Source : Unsplash / Kelly Sikkema
Poussez Madmoizelle

« Mon fils de 4 ans a vu sa sœur naître » : Anaïs nous raconte son accouchement à la maison sans assistance

157
Source :  Unsplash / Aditya Romansa
Poussez Madmoizelle

« Au moment du passage de la tête, j’ai vraiment ressenti le cercle de feu » : Elisa nous raconte son accouchement

3
Source : Pexels / Jonathan Borba
Poussez Madmoizelle

« Je me suis sentie très proche d’un scénario catastrophe » : Rachel nous raconte ses accouchements

5
Source : Unsplash / j g
Poussez Madmoizelle

« Je suis prête à réaccoucher mille fois dans ces conditions-là » : Aude nous raconte son accouchement

Source : Pexels / Craig Adderley
Poussez Madmoizelle

« Je suis à 4 pattes sur le lit, la tête sort mais reste coincée, le corps ne suit pas » : Violette nous raconte son accouchement

3
Poussez Madmoizelle  // Source : Unsplash
Poussez Madmoizelle

« J’avais l’impression que mon bassin allait exploser » : Manon raconte son accouchement

Pour les meufs qui gèrent