Live now
Live now
Masquer
dahmer
Justice

« Ils gagnent de l’argent avec cette tragédie » : la sœur d’une victime de Dahmer dénonce Netflix

Alors que la série Dahmer connaît un franc succès sur Netflix, la sœur d’une des victimes du tueur dénonce les méthodes peu scrupuleuses du géant du streaming.

Depuis quelques jours, Jeffrey Dahmer, également surnommé le « cannibale de Milwaukee » est au cœur de l’actualité. Netflix vient de dévoiler Dahmer, la nouvelle série de Ryan Murphy consacrée au tueur en série.

Une reconstitution à l’identique

Au-delà du simple divertissement, le retour de cette affaire sur le devant de la scène a réveillé un passé traumatique chez les victimes collatérales de Jeffrey Dahmer. C’est ce qu’a révélé Insider le 26 septembre. Le magazine américain a publié le témoignage de Rita Isbell, sœur d’Errol Lindsey, un jeune homme faisait partie des dix-sept victimes du serial killer.

En 1992, Rita Isbell avait participé au procès de Jeffrey Dahmer. Elle y avait livré un discours improvisé qui avait particulièrement marqué les personnes présentes dans l’assemblée. Ce discours, prononcé lors du procès, Netflix l’a reconstitué en 2022. Il a confié le rôle de Rita Isbell à l’actrice DaShawn Barnes, comme le montrent ces images troublantes :

Netflix n’a pas consulté la sœur de la victime

Or, Rita Isbell a révélé dans les colonnes d’Insider que Netflix ne l’a jamais consultée à propos de la série, pour vérifier que la reconstitution était fidèle, et encore moins pour s’assurer qu’elle ne risquait pas d’être bouleversée par de telles images.

Par ailleurs, la sœur de la victime du « cannibale de Milwaukee » explique que la plateforme n’a pas reversé un dollar aux familles des victimes, alors même que la série connaît un succès retentissant. Elle précise qu’elle ne demande pas d’argent, se trouvant dans une bonne situation économique, mais que d’autres familles de victimes sont plus démunies. « C’est triste qu’ils gagnent juste de l’argent avec cette tragédie. C’est juste de la cupidité » dénonce-t-elle avec force.

Contacté par Insider, Netflix n’a pas donné de suite à l’article.

dahmer
© Netflix

À lire aussi : Les 10 meilleurs films d’horreur cultes qui font toujours aussi peur

Crédit de l’image à la Une : © Netflix


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

1
Avatar de Leonne.
27 septembre 2022 à 18h09
Leonne.
@Maya Boukella
L'autrice du tweet a pris le nom de Carol DaRonch qui est une victime survivante de Ted Bundy. Ca me semble délicat de le mettre dans un article denonçant l'appropriation du nom des victimes pour faire de l'argent, du clic, du buzz
5
Réagir sur le forum

Plus de contenus Justice

image
Culture

Dominique Boutonnat : une affaire d’agression sexuelle glaçante ignorée par le gouvernement

2
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : cava
Société

86 % des plaintes pour violences sexuelles classées sans suite, et pourtant leur nombre n’a jamais été aussi important

Gérard Miller
Justice

Gérard Miller : une alerte sur son comportement avait été donnée à l’université Paris 8

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Violences conjugales : Stéphane Plaza est auditionné par la police dans le cadre d’une enquête préliminaire

police pixabay
Société

Condamné pour viols et violences conjugales, un policier en fuite

1
Source : Jeanne Menjoulet
Justice

La famille d’une victime de féminicide assigne l’État en justice pour « faute lourde »

Source : Capture vidéo / AFP
Justice

Monique Olivier entendue dans l’affaire Lydie Logé, disparue en 1993

2
Source : Jazmin Tabuena / corelens
Justice

Explosion de la prostitution des mineurs : le plan choc de la ministre chargée de l’Enfance

3
Manifestation contre les violences faites aux femmes  // Source : Jeanne Menjoulet
Justice

En 2022, seules 7 % des victimes de féminicides étaient suivies par une association

Source : Juan Moyano / Canva
Justice

Victime de violences sexuelles, je regrette d’avoir porté plainte

4

La société s'écrit au féminin