Live now
Live now
Masquer
nous-toutes-comptage-feminicides-tweet
Féminisme

Il est grand temps que le décompte des féminicides évolue, affirme Nous Toutes

Nous Toutes veut représenter la réalité des violences sexistes et sexuelles à l’égard des femmes. De toutes les femmes. L’organisation a annoncé que le décompte des féminicides doit être étendu, après les tweets transphobes d’un collectif féministe.

C’est un changement qui va faire la différence dans la mobilisation contre les violences sexistes et sexuelles en France.

L’organisation Nous Toutes a annoncé ce lundi 10 janvier sa volonté d’étendre la reconnaissance des féminicides au-delà de la relation conjugale.

Elle s’est longtemps basée sur les chiffres de militantes bénévoles et de collectifs recensant exclusivement les meurtres de femmes par leur conjoint ou leur ex-conjoint. Aujourd’hui, elle affirme qu’il est temps de considérer les autres cas où les crimes de haine sont motivées par la misogynie.

Pourquoi est-il nécessaire de dépasser le seul cadre du couple pour comprendre l’étendue des violences qui s’exercent contre les femmes ? Pourquoi faut-il prendre en compte les autres cas de figure ? Nous Toutes s’en est expliqué dans un communiqué :

« Le chiffre de féminicides conjugaux ne représente malheureusement pas l’ensemble des femmes qui ont été tuées parce qu’elles étaient femmes. Certaines ont été tuées par un membre de leur famille, d’autres pour avoir refusé un rapport sexuel ou en raison de leur transition de genre. D’autres encore ont été poussées au suicide par des hommes violents ou par le (cyber)-harcèlement sexiste et sexuel dont elles étaient victimes. »

Prendre en compte les meurtres transmisogynes, putophobes ; prendre en compte, aussi, celles qui mettent fin à leur jour pour échapper au harcèlement sans fin, c’est l’objectif que se fixe Nous Toutes.

Ce sont des femmes comme Paula, assassinée à Reims en avril 2021 parce que trans. Comme Jessyca Sarmiento, travailleuse du sexe tuée au bois de Boulogne en 2020. Comme la youtubeuse Mavachou qui s’est suicidée en décembre dernier.

Ce ne sont pas des cas théoriques : ils sont bien réels, et Nous Toutes veut qu’ils soient eux aussi comptabilisés comme autant d’exemples des violences exercées contre les femmes.

Une initiative loin d’être inédite puisque comme le rappelle Nous Toutes, d’autres pays font déjà cette démarche :

« En Espagne ou au Canada, pays à la pointe de la lutte contre les violences faites aux femmes, différentes catégories de féminicides sont prises en compte, parmi lesquelles les féminicides sexuels, familiaux, liés à l’orientation sexuelle ou l’identité de genre. »

À l’origine, les propos transphobes d’un collectif

Cette annonce de Nous Toutes intervient quelques jours après la décision de l’organisation féministe de ne plus relayer les chiffres recensés par les militantes du collectif Féminicides Par Compagnons ou Ex, après des propos transphobes adressés sur Twitter à une femme leur demandant si les femmes trans avaient été prises en compte parmi les femmes tuées par leur conjoint ou ex.

S’adressant aux femmes trans relevant l’exclusion des femmes trans dans ce comptage, le collectif avait rétorqué « Vu le harcèlement et le dénigrement que nous subissons, certaines ont semble-t-il bien conservé les aspects toxiques de leur masculinité antérieure » avant de mégenrer plusieurs femmes trans, les accusant « d’attaquer les acquis féministes » et d’user de « procédés masculinités ».

Des propos transphobes que Nous Toutes a condamné et qui ont motivé son choix de ne plus relayer le recensement du collectif en question.

L’organisation ne compte pas arrêter d’alerter sur les féminicides par le conjoint ou l’ex-conjoint et a annoncé vouloir travailler à être plus vigilante pour considérer l’ensemble des féminicides.

« #NousToutes considère qu’il est essentiel de visibiliser toutes les femmes qui sont assassinées parce qu’elles sont des femmes. Nous sommes donc en réflexion sur la meilleure façon de le faire, en incluant les féminicides hors du couple, qu’ils concernent des femmes cisgenre ou transgenre, avec les moyens dont nous disposons à notre échelle. »

La décision a suscité de nombreuses réactions parmi les organisations féministes, au point que plusieurs médias ont laissé entendre que les personnes trans sèmeraient le chaos et la division parmi les féministes et mettraient en danger la lutte contre les violences faites aux femmes.

Des instrumentalisation dangereuses qui ne font qu’agiter des paniques morales sur le dos des personnes trans.

À lire aussi : Ne vous laissez pas avoir par les débats transphobes de certaines « féministes » autour des thérapies de conversion

Crédit photo : Twitter Nous Toutes / photo : Maëlle Le Corre

Les Commentaires
54

Avatar de Mymy Haegel
14 janvier 2022 à 15h33
Mymy Haegel
Bonjour à toutes,
C'est compliqué de trouver l'équilibre entre d'une part, l'importance de pouvoir débattre de ces sujets, surtout dans un endroit féministe en non-mixité comme ici, et d'autre part les rapides dérives que ces thématiques sensibles amènent avec elles — sachant que, bien sûr, nous ne voulons en aucun cas que des personnes trans se sentent discriminées, insultées ou rabaissées sur ce forum.
Je clôture pour le moment au moins, je vais aller remonter les diverses pages et les signalements pour voir plus précisément où modérer. Et en attendant :
Les femmes trans sont des femmes. Des femmes avec des vécus spécifiques, oui (comme bien d'autres femmes), mais des femmes, avant tout et sans équivoque. Elles ne représentent une menace pour personne — elles sont, statistiquement, bien plus en danger que les femmes cis. C'est la ligne de Madmoizelle, et plus que ça, c'est la réalité.
C'est mieux en le disant.
5
Voir les 54 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Féminisme
djaili-amadou-amal-les-impatientes
Sponsorisé

« J’ai été mariée de force à 17 ans »  : Djaïli Amadou Amal (Les Impatientes) se confie

Féminisme
my-body-my-rules-vert

« J’ai dû voir 4 ou 5 gynécos » : être une femme qui veut se faire stériliser reste une galère

Maëlle Benisty

17 jan 2022

7
Féminisme
Amouranth

Entre surmenage et harcèlement, Amouranth, streameuse « hot tub », nous invite dans sa vie pas si rose

Eva Levy

17 jan 2022

21
Féminisme
workin-lait

Cachez ce post-partum que je ne saurais voir : Facebook bloque des pubs pour des culottes et du matos d’allaitement

Camille Abbey

14 jan 2022

Politique
accessibilite-pour-tous-capture-libe

La question du validisme sera-t-elle prise au sérieux par les candidats à la présidentielle 2022 ?

Maëlle Le Corre

14 jan 2022

Actu en France
clementine autain lfi endometriose

L’endométriose bientôt inscrite dans la liste des affections longue durée ?

Féminisme
pref de police

La préfecture de police a enterré un rapport sur… l’accueil des victimes de violences dans les commissariats

Maëlle Le Corre

12 jan 2022

Politique
manifestation-vanesa-campos-2018-maelle-le-corre

Et si le travail du sexe était un sujet politique et non un problème à régler ?

Amour
Couple en pleine altercation

Moins de sexe, plus de liberté : comment le féminisme a bouleversé nos relations intimes

Body positive
Quand-Twitter-change-du-fiel-grossophobe-en-velours-vert-citron

C’est l’histoire d’une joaillière qui change le fiel grossophobe d’une journaliste en velours

Anthony Vincent

10 jan 2022

2

La société s'écrit au féminin