Live now
Live now
Masquer
kuessipan-critique-film-amitie
Revues de films

Foncez voir Kuessipan, LE film de l’été sur l’amitié féminine

15 juil 2021
Au Québec, dans une réserve indienne, deux jeunes femmes traversent des épreuves qui les obligent à devenir adultes très tôt. Ce magnifique film sur l’amitié nous fait découvrir une communauté portée par la liberté. 

Il aura fallu deux ans à ce film pour traverser l’Atlantique. Sorti en 2019 au Canada, Kuessipan est enfin arrivé jusqu’à nous pour notre plus grand bonheur ! Cette perle, dans les salles de ciné depuis la semaine dernière, nous rappelle pourquoi on va au cinéma : le voyage et les émotions.

Mikuan et Shaniss sont amies depuis qu’elles sont très jeunes. Elles vivent dans une réserve indienne innue au Québec. Elles peuvent paraître très différentes et pourtant elles se comprennent comme des sœurs depuis toujours. Kuessipan explore les mécaniques d’une amitié aussi intense et belle qu’imparfaite.

Dès les premiers instants, on comprend que ces deux petites filles sont unies par un lien plus fort qu’une simple amitié d’école. Shaniss trouve la famille qui lui fait défaut chez Mikuan. En abolissant les barrières de l’intime, elles se sont rendues dépendantes l’une à l’autre. 

Ce n’est pas toujours mauvais de vivre ce genre de relations passionnées. Kuessipan s’éloigne des clichés dramatiques que l’on peut voir sur l’amitié entre femmes. Ici, pas de jalousie destructrice ou de trahison sans nom. Simplement, le cours de la vie qui place des obstacles sur le chemin. Parfois, elles les surmontent ensemble, parfois pas. La simplicité et la justesse du ton de la réalisatrice Myriam Verreault nous transportent et nous permettent de nous reconnaître dans leurs erreurs et leurs jugements.

Kuessipan - Un film de Myriam Verreault - Bande-annonce officielle

Kuessipan, un film à la découverte des Innus

Le film nous ouvre les portes de la réserve indienne innue à Sept-Îles. Les Innus sont un peuple autochtone canadien. En 2016, on en recensait moins de 28.000. Kuessipan soulève de nombreuses questions les concernant. Le système des réserves indiennes, des ressources situées sur leur territoire, des droits fédéraux, de la perpétuation des traditions, de la survie du peuple… Tous ces thèmes sont abordés par le scénario qui prend soin de nous montrer à quel point cela les atteint chaque jour dans leur vie quotidienne et personnelle.

La culture des Innus et leur mode de vie occupent une grande place dans l’amitié qui lie Mikuan et Shaniss. L’une voudrait pouvoir respirer un autre air, s’enrichir d’autres lieux et d’autres personnes tandis que l’autre s’applique à reproduire ce qu’elle connaît jusqu’à s’y perdre aussi. Ce sont sur des valeurs aussi fortes qu’une amitié comme la leur peut flancher.

L’histoire d’amour que vit Mikuan avec Francis, un jeune homme blanc, est elle aussi porteuse de ressorts intéressants. Alors qu’ils habitent la même ville, ils ne partagent pas le même univers. Mikuan veut faire entrer Francis dans son monde innu, mais il a l’impression que son monde ne veut pas de lui. Elle se sert de lui aussi comme tremplin pour sortir de la réserve, presque sans le consulter. Cet arc narratif est bien plus pertinent qu’un simple love interest dans un film sur des jeunes adultes. C’est là que se fait la jonction de deux mondes qui se regardent.

Kuessipan, un film bourré de talents 

Les rôles des deux amies sont tenus par des actrices innues non professionnelles. Sharon Fontaine-Ishpatao, qui incarne Mikuan, et Yamie Grégoire pour Shaniss, brillent devant la caméra. Leur authenticité ne fait aucun doute. La réalisatrice Myriam Verreault explique, dans un communiqué, avoir voulu trouver « des gens dont la vie et la personnalité collaient le plus possible aux personnages »

« Sharon Fontaine-Ishpatao a été choisie, car elle est Mikuan, affirme la réalisatrice. L’audition a consisté en une conversation de deux heures où on a parlé de sa vie. Je n’en revenais pas, mais j’avais l’impression de parler avec mon personnage. » De même pour Yamie Grégoire : « Elle était Shaniss dans l’âme et c’est cette vérité-là qui m’intéressait et que je voulais mettre en scène ».

Kuessipan nous transporte tout droit sur la Côte-Nord du Québec (avec la clim à fond des salles de ciné on s’y croit vraiment) pour un voyage au bord du fleuve Saint-Laurent. La poésie des textes et des images nous cueille et nous donne envie de rester en leur compagnie. Et en bonus, on a le droit à l’humour des Québécois et leur accent : c’est toujours l’occasion d’apprendre de nouvelles expressions fleuries !

À lire aussi : Help, je ne peux pas blairer le mec de ma meilleure pote !

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
everything leonine

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin