Live now
Live now
Masquer
couple-echographie
Parentalité

Faire porter obligatoirement à un enfant le nom de son père en premier, c’est discriminatoire, juge l’Europe

« Rigide et discriminatoire ». C’est ainsi que la Cour européenne des droits de l’Homme juge l’apposition automatique du nom du père en premier pour les enfants.

Ce mardi 26 octobre, une décision vient d’être rendue en faveur des mères. La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a tranché sur l’obligation pour un enfant de porter le nom du père en premier en cas de conflit ou de désaccord entre les deux parents (lorsque l’on se place dans le cadre d’un couple hétérosexuel bien sûr).

L’institution a considéré que cette impossibilité de déroger à la règle était « extrêmement rigide », selon un communiqué de l’AFP repris par Le Parisien

Le cas d’une mère espagnole indemnisée

En 2005, en Espagne, une femme se séparait du père de son futur bébé pendant sa grossesse. L’enfant, non reconnu par son géniteur, avait alors porté le nom de sa mère pendant un an. Le nom du père avait ensuite été apposé automatiquement… avant celui de la mère.

L’Espagne a été condamnée à verser 10 000 euros à la plaignante pour « dommage moral », et la situation dans le pays a changé en 2011 : il revient maintenant au juge chargé de l’état civil de statuer sur l’ordre des noms, en fonction de « l’intérêt de l’enfant ».

En 2013, en France, Christiane Taubira, alors ministre de la Justice, tentant sans succès d’instaurer le double nom automatique à la naissance, avait néanmoins obtenu qu’en cas de désaccord entre les parents, les deux noms soient attribués, au lieu du seul nom paternel :

« L’enfant prend leurs deux noms, dans la limite du premier nom de famille pour chacun d’eux, accolés selon l’ordre alphabétique. »

Du double nom au matronyme

En dehors des cas de conflits entre les parents, des réflexions sont menées depuis plusieurs années sur la généralisation du fait de porter les noms des deux parents.

Dans une visée d’égalité, le collectif Porte mon nom notamment milite activement pour instaurer le double nom de famille par défaut à la naissance, comme le faisait déjà Christiane Taubira. Le député LREM de l’Hérault, Patrick Vignal, défend également cette cause et porte ce combat à l’Assemblée.

La transmission automatique du nom du père à ses enfants peut en effet être considérée comme une tradition ancienne et patriarcale, qui n’a plus lieu d’être de nos jours.

nouveau-ne
Christian Bowen / Unsplash

En France, il est possible depuis la loi du 4 mars 2002 de choisir quel nom est donné à son enfant — celui du père, de la mère ou des deux — dans l’ordre que l’on souhaite. Mais le choix du nom de la mère est encore très minoritaire puisque seulement 6,5% des parents donnent uniquement le nom de famille de la mère à leur enfant.

Des lois sont donc à créer et à promulguer en faveur de l’égalité patronymique entre la mère et le père. Comme le dit Patrick Vignal à propos du double nom automatique à la naissance : « Ce nouveau système améliorerait la place de la femme dans la société ».

Les changements doivent aussi avoir lieu dans les mentalités, ce qui permettra de modifier des habitudes abjectes trop ancrées. Ce jugement de la Cour européenne des droits de l’homme va dans le bon sens, saluons-le donc !

Crédit photo : Kelly Sikkema / Unsplash


On a besoin de vous pour construire l’avenir de Madmoizelle : participez à notre enquête !

Les Commentaires
9

Avatar de LolitaFlor
29 octobre 2021 à 08h39
LolitaFlor
On a fait la reconnaissance de paternité anticipée, rien à redire: on nous a demandé sans apriori ce que nous voudrions et la personne a écrit sans aucun commentaire mon nom de famille puis celui de mon compagnon (ce qui ne respecte pas l'ordre alphabétique). Cela dit, c'est une grande ville et mon compagnon est étranger, peut-être que ça joue?
Pour ma part, j'aurais adoré porter le nom de ma mère car mes grands-parents n'ont eu que des filles et mon grand-père était fils unique, ce nom va donc se perdre à cause d'une tradition idiote. Cela dit, je confirme les dires de Nienke : les démarches sont tellement chronophages que je les ai commencées sans jamais les finir.
Il y a indiqué les noms de famille souhaités dans la reconnaissances anticipée? Il me semblait que c'était uniquement:
"M MACHIN né le XX à Y, métier, domicilié à Ville, X rue Chose déclare reconnaitre pour sien(s) le ou les enfants dont il déclare que Mme MACHINE, née le XX à Y, métier, domiciliée à Ville, X rue Chose est enceinte..."
0
Voir les 9 commentaires

Plus de contenus Parentalité

mere-enfant-soleil-600
Parentalité

10 choses que j’aime dans la parentalité (et je ne m’y attendais pas)

Manon Portanier

27 jan 2023

7
Sexo

Horoscope 2023 : quel sextoy pour votre signe astrologique

Humanoid Native
rachel-emma-friends
Parentalité

« Alors, vous le faites quand le petit frère ? » Ça suffit, oui ?

Manon Portanier

27 jan 2023

25
enfant-reponse-question
Parentalité

Voici une liste de questions à poser à votre enfant pour qu’il raconte sa journée d’école

Manon Portanier

20 jan 2023

8
workin-moms-serie-600
Parentalité

« Lochies », « tranchées »… petit lexique à l’usage des nullipares pour comprendre leurs potes parents

Manon Portanier

19 jan 2023

1
gouter-anniversaire-enfant-600
Parentalité

Comment survivre à un goûter d’anniversaire d’enfant 

Manon Portanier

13 jan 2023

msa-memo-sante-carnet-de-sante-virtuel-suivi-sante
Daronne

Mémo Santé Enfant : mes trois fonctionnalités anti charge mentale préférées

cour-decole
Parentalité

Ces parents risquent une amende en cas de retard à l’école

Manon Portanier

04 jan 2023

27
photos-Nouvel-An
Daronne

Comment fêter (dignement) le Nouvel An avec ses enfants dans les pattes ?

enfant-voiture-600
Parentalité

6 astuces de pro pour occuper les enfants en voiture

Manon Portanier

30 déc 2022

enfant-tire-langue-600
Parentalité

Mon enfant est-il un petit con ?

Manon Portanier

30 déc 2022

12

Pour les meufs qui gèrent