Live now
Live now
Masquer
La fille d’Elon Musk fait son coming-out trans et renie son père au passage
Actu mondiale

La fille d’Elon Musk fait son coming-out trans et renie son père au passage

« Je n’habite plus avec mon père biologique et ne veux plus être associée à lui sous quelque forme que ce soit », vient d’annoncer Vivian Jenna Wilson le lendemain de son 18e anniversaire. Bonne fête, Papa Musk !

Le magnat de la tech a-t-il fêté une bonne fête des pères avec ses 7 sept enfants (5 issus d’un premier mariage avec Justine Musk, et deux avec la chanteuse Grimes) ? C’est la question qu’on peut se poser suite à la récente prise de parole publique de sa fille qui vient de faire son coming-out transgenre, le lendemain de son 18e anniversaire.

« Je ne veux plus être associée à mon père »

« Je n’habite plus avec mon père biologique et ne veux plus être associée à lui sous quelque forme que ce soit ».

Assignée garçon à la naissance, elle veut désormais être appelée Vivian Jenna Wilson, avec le nom de naissance de sa mère, divorcée d’Elon Musk en 2008. Elle a déposé un recours en justice auprès de la cour supérieure de Los Angeles à Santa Monica, pour changer de nom et de genre à l’état civil, a révélé TMZ le 20 juin 2022.

« Le taux de natalité aux États-Unis est inférieur aux niveaux minimaux durables depuis environ 50 ans » a tweeté en mai 2022 Elon Musk qui a lui-même 7 enfants, histoire de prendre ce qu’il considère comme un problème à la racine.

Elon Musk est-il transphobe ?

En plus de nombre de positions politiques et sociales discutables de la part d’Elon Musk, le patron de Tesla et de SpaceX a également déjà tenu des propos flirtant avec la transphobie. Notamment sur Twitter (qu’il est en passe de racheter), en avril 2020, où le magnat de la tech écrivait :

« Les pronoms ça craint »

Sans contexte supplémentaire, difficile de savoir à quoi référer Elon Musk, mais une réponse de sa compagne de l’époque semble clairement indiquer qu’il ne s’agissait pas d’un simple désamour de la grammaire, puisque Grimes lui a répondu :

« Je t’aime mais s’il te plaît éteins ton téléphone ou va te faire. Je ne supporte pas la haine. Merci d’arrêter ça. Je sais que ça ne correspond pas à ton cœur [d’agir ainsi] »

En décembre 2020, Elon Musk a précisé sa haine des pronoms :

« Je soutiens totalement les personnes trans, mais tous ces pronoms sont un cauchemar esthétique »

Elon Musk déteste les questions de pronoms genrés

Après Grimes qui l’a quitté et entretient désormais une relation amoureuse avec Chelsea Manning (ancienne analyste militaire de l’armée des États-Unis qui a été condamnée et incarcérée pour trahison aux États-Unis après avoir révélé des exactions de soldats américains sur des civils irakiens, et maintenant libérée), et maintenant sa fille transgenre qui le renie, Elon Musk peut donc continuer à ruminer ses « je ne suis pas transphobe, mais… » dans son coin. Peu de chances en effet que d’autres personnes trans veuillent s’approcher de lui.

À lire aussi : Pas de maillot couvrant à Grenoble : le Conseil d’État confirme la suspension du nouveau règlement

Crédit photo de Une : Elon Musk Closing the 2016 Tesla Annual Shareholders’ Meeting. © Steve Jurvetson via Flickr.

Les Commentaires
11

Avatar de missaaj
25 juin 2022 à 09h09
missaaj
Après , cette personne dit peut-être ça maintenant et se réconciliera dans 5 ou 10 ans avec son père...qui dans 5 ou 10 ans pensera plus avant de Twitter...je leur souhaite!
je vous avoue que perso, jai déjà pensé que le pronom en anglais "they" était super mal choisi, et donnaient l'impression d'un groupe de personnes et donc un côté vrmnt bizarre point de vue sens mais voilà je n'irais pas le twitter surtout si je suis connue! Ça reste mon petit point de vue uniquement linguistique pas du tout en lien avec le sujet, tout comme je n'aime pas le mot menstruation ou rillettes...ou même femme (c'est bizarre je trouve le mot n'est pas beau en soi)...bref c'est toujours très triste les histoires de famille qui se renient...mais parfois il n'y a pas le choix! Mais aussi est ce nos affaires? Moi je le connais pas l enfant delon musk, je suis étonnée du besoin de renier publiquement quand on est pas soi même une personnalité publique?
1
Voir les 11 commentaires

Plus de contenus Actu mondiale

Actu mondiale
[Site web] Visuel horizontal Édito (6)

La loi « Don’t say gay » entre en vigueur en Floride

Maya Boukella

01 juil 2022

1
Guide d'achat

On a testé 32 culottes de règles pour vous aider à choisir celle qui vous ira

Humanoid Native
Actu mondiale
Les députés britanniques Wes Streeting et Sir Iain Duncan Smith avec le gilet simulateur de bouffées de chaleur. © Capture d'écran Instagram @overthebloodymoon

Le Parlement britannique donne des bouffées de chaleur aux hommes, et c’est pour la bonne cause

Anthony Vincent

01 juil 2022

5
Société
4

Les femmes grandes absentes des publications scientifiques

Marie Chéreau

30 juin 2022

7
Actu mondiale
brittney griner mba wikimedia commons

Toujours incarcérée en Russie, la basketteuse Brittney Griner va être jugée à compter du 1er juillet

Maëlle Le Corre

30 juin 2022

3
Actu mondiale
[Site web] Visuel horizontal Édito (4)

Changement climatique : l’ONU alerte sur « l’état d’urgence des océans »

Maya Boukella

30 juin 2022

1
Actu mondiale
Le chanteur R. Kelly condamné à 30 ans de prison pour crimes sexuels

Le chanteur R. Kelly condamné à 30 ans de prison pour crimes sexuels

Anthony Vincent

30 juin 2022

8
Actu mondiale
pilule du lendemain-avortement-usa-etats-unis-droitdesfemes-moncorpsmonchoix-france-roevswade-feminisme-santé

Entre explosion des ventes, hausse des prix et rationnement… Aux États-Unis, la pilule du lendemain se fait précieuse

Marie Chéreau

28 juin 2022

3
Actu mondiale
Disney domaine public

Disney, Facebook, Instagram : les entreprises américaines s’engagent pour le droit à l’avortement

Maya Boukella

28 juin 2022

8
Actu mondiale
armé-usa-etats-unis-avortement-roevswade-ivg-droits-des-femmes-avortement

Aux États-Unis, les soldates premières victimes de la suppression du droit à l’avortement

Marie Chéreau

27 juin 2022

3
Actu mondiale
cour suprême américaine

7 États américains ont déjà légiféré pour criminaliser l’avortement

La société s'écrit au féminin