Live now
Live now
Masquer
SpaceX Launches SpaceX Falcon Heavy Rocket
Parentalité

Elon Musk veut qu’on fasse des bébés. Bon, il pourrait déjà s’occuper des siens, non ?

Le très riche et célèbre Elon Musk, boss de Tesla, s’inquiète de l’avenir de l’humanité. Pour lui, le plus grand danger actuellement est la baisse de la natalité. C’est donc tout naturellement qu’il dit à la population de mettre un peu de cœur à l’ouvrage et de faire des bébés !

On le sait : Elon Musk adore déclencher des polémiques. Pour ça, il tient souvent des propos provocants, même dans des domaines qu’il ne maîtrise visiblement pas très bien. Nous ne sommes donc pas vraiment étonnées des déclarations qu’il a tenues lundi au Conseil annuel du Wall Street Journal.

Visionnaire pour certains, opportuniste calculateur pour d’autres, le patron de Tesla a déroulé un discours nataliste digne d’un après-guerre ! Selon lui :

« L’un des plus grands dangers de notre civilisation, c’est un taux de natalité bas, et son déclin rapide. »

Depuis la crise du Covid, la natalité est en berne en Amérique. Les personnes en âge de procréer craignent pour le futur, notamment économique… et on les comprend.

Père de sept enfants, Elon Musk a eu le dernier — qui pour rappel devait s’appeler X Æ A-12 — avec Grimes, dont il est maintenant séparé (la chanteuse canadienne vient d’ailleurs de sortir une chanson qui évoque cette rupture).

Grimes. (© Instagram)
Grimes. (© Instagram)

Mais pour quelles raisons Elon Musk enjoint-il les familles à imiter sa forte productivité dans le domaine de la procréation ?

Le natalisme problématique d’Elon Musk

Le boss de Tesla semble très préoccupé par le taux de natalité, notamment aux États-Unis. Lors de cette conférence, Elon Musk a déclaré :

« Et maintenant, tant de gens se disent, y compris des gens intelligents, qu’il y a trop de monde sur la planète et pensent que la courbe de natalité est hors de contrôle […] C’est complètement l’opposé. S’il vous plaît, regardez les chiffres, si les gens n’ont pas plus d’enfants, la civilisation court à sa perte, écoutez-moi bien. »

Historiquement, pendant les récessions, les taux de natalité chutent puis des politiques natalistes très incitatives sont mises en place. Cela a par exemple été le cas en France, sous le régime de Vichy, où les femmes n’étaient plus considérées que comme des mères.

Pour le média américain Jezebel, cette déclaration fait aussi penser à la « bataille des naissances » de l’Italie fasciste de Mussolini en 1927 et aux théories de suprémacistes blancs américains selon lesquels les femmes blanches doivent faire le plus d’enfants possible pour éviter le « grand remplacement » (concept fantaisiste raciste, malheureusement bien connu en France) et le déclin de la civilisation occidentale. Tiens donc…

La volonté d’ingérence d’Elon Musk au sein des familles est problématique à plus d’un titre.

Déjà lorsque l’on sait que les ressources naturelles, exploitées par l’humanité, s’amenuisent au fil des décennies. Pour certains et certaines écologistes, le fait de ne pas faire d’enfants ou d’en faire moins contribuerait à préserver nos ressources.

Par ailleurs, la situation économique, notamment liée à la crise du Covid, plonge beaucoup de personnes dans la précarité et dans une situation financière critique. Il peut donc être normal de réfléchir à deux fois avant d’ajouter un membre à sa famille.

De plus, le mouvement childfree, qui tend à normaliser le fait de ne pas avoir d’enfants par décision personnelle, est salvateur pour bien des gens, notamment des femmes, qui s’émancipent ainsi de la pression à procréer. Ce genre de déclarations constitue un pas en arrière et tend à stigmatiser encore un peu plus les personnes qui font ce choix, qui tient aussi du domaine de l’intime et qui ne devrait en aucun cas faire l’objet d’incitations de la part de la société.

On a encore trop souvent l’impression qu’il est difficile de séparer le destin féminin du destin maternel. Faire un enfant doit être une option, absolument pas une obligation !

Des injonctions toujours au détriment des femmes

Le plus choquant dans toute cela est la façon dont Elon Musk appréhende la parentalité. Pour lui, ce sont les femmes qui doivent s’occuper des bébés. Il avait déclaré pour un papier du Times lorsque son petit garçon n’était encore qu’un nourrisson et qu’il était toujours en couple avec Grimes :

« Bon, les bébés ne sont que des machines qui mangent et font caca, non ? Pour l’instant, je ne vois pas ce que je peux faire. Grimes a un bien grand rôle en ce moment. Lorsqu’il sera plus vieux, j’aurai plus ma place. »

Ce « visionnaire » semble être bloqué bien des années en arrière en ayant une vision très genrée de la parentalité. On retrouve ainsi dans son discours l’idée selon laquelle les hommes n’ont pas de rôle durant la petite enfance et ne devraient se préoccuper de leur progéniture que lorsque les interactions sont possibles…

Est-ce dans les gènes des femmes de s’occuper des bébés ? Possèdent-elles des compétences particulières pour changer les couches ? Absolument pas. Et c’est insupportable qu’une personne ayant tant d’admirateurs donne une image si dévastatrice du rôle des pères, à la fois pour les enfants, pour les couples et pour les pères eux-mêmes. Lorsqu’il ne s’agit pas de tech, on le savait, Elon Musk ferait mieux de se taire.

Une introspection s’impose

Cette vision archaïque mais encore malheureusement trop présente dans toutes les strates des sociétés occidentales est tout à fait cohérente avec la façon dont sont traitées les femmes et les mères dans les entreprises d’Elon Musk.

En 2019, trois femmes avait dénoncé avoir été licenciées de Tesla après avoir été enceintes et pris une sorte de congé parental (« childcare leave »). En 2021, une employée d’une usine de Californie avait porté plainte pour dénoncer une atmosphère sexiste, propice au harcèlement.

Elon Musk, pour ne rien n’arranger, s’oppose fermement au plan d’aides sociales Build Back Better de Joe Biden — il a expressément demandé au Sénat de le rejeter. Ce plan aiderait notamment les familles en réduisant la pauvreté des enfants : 109 milliards de dollars seraient dévolus à ce programme qui pourraient bénéficier à quelque 6 millions d’enfants, selon USA Today. Le mec n’est plus à une contradiction près…

On s’étonne ensuite qu’il n’y ait que peu de femmes dans la tech mais avec des exemples pareils, la route vers l’égalité est semée de grosses embûches.

Elon Musk est pour beaucoup une sorte de gourou, en partie car sa richesse fascine… Et peut-être prend-il ce rôle trop au sérieux, en se prenant pour le père de la Nation américaine et en tenant des propos bien abjects concernant des domaines où il n’a clairement aucune leçon à donner !

À lire aussi : Elon Musk et Grimes ont dû changer le nom mystérieux de leur bébé

Image en une : © Wikimédia Commons

Les Commentaires
28

Avatar de Ciredutemps
9 décembre 2021 à 08h54
Ciredutemps
Alors pour la corrélation entre argent et idées conservatrices : la plupart des très riches le sont par héritage, patrimoine familial. Je ne dis pas que tous les très riches sont conservateurs (mais clairement la lutte des classes, c'est pas révolu).
On rappelle que Musk c'est pas le mec qui est parti de zéro dans son garage. Son père est (je cite wikipedia) ingénieur et promoteur immobilier anglo-sud-africain, devenu copropriétaire d'une mine d'émeraude en Zambie. Sa mère nutritionniste et mannequin.
Pour Bolloré c'est pareil, il est héritier d'une famille d'industriels bretons.
Bref le genre de famille qui a tout à perdre de l'égalité / du féminisme.
A la limite ce qui m'a le plus choquée c'est le début de l'article : qu'est-ce qu'un type comme lui fait (et donne son avis) au conseil annuel du Wall Street Journal? ("annual CEO council en anglais).
En France le mélange des genres entre argent et médias est bien renseigné, c'est assez logique qu'on ait la même tendance dans d'autres pays, mais quand même je savais pas … ça veut dire qu'outre son empire industriel, il a une grande influence dans les médias.
0
Voir les 28 commentaires

Plus de contenus Parentalité

Daronne
newborn

Une pénurie de lait maternel inquiète les hôpitaux : et si vous donniez le vôtre ?

Camille Abbey

18 jan 2022

Daronne
bébésecoué

Une campagne choc alerte sur le drame du syndrome du bébé secoué

Camille Abbey

18 jan 2022

14
Parentalité
Debatdeparc

Peut-on embrasser ses enfants sur la bouche, comme David Beckham ? Le débat fait rage

Camille Abbey

17 jan 2022

24
Féminisme
workin-lait

Cachez ce post-partum que je ne saurais voir : Facebook bloque des pubs pour des culottes et du matos d’allaitement

Camille Abbey

14 jan 2022

Parentalité
LaRed

Les meilleures soldes pour enfants chez La Redoute sont là, voici nos coups de coeur

Camille Abbey

13 jan 2022

Règlement de comptes
Manon-RDC

Manon, son compagnon et leur fille, 3 646€ par mois : « Je ne finis jamais à découvert »

Camille Abbey

13 jan 2022

4
Daronne
visuel_soldes_bebe_v

Couches et petits pots : les soldes, c’est le moment d’acheter en gros !

La Rédaction

12 jan 2022

Société
Enfant_avec_un_masque

« Nous sommes à bout » : 4 parents racontent leur rentrée covidée aux protocoles confus

Aïda Djoupa

12 jan 2022

20
Parentalité
babysleep

Le secret des bébés qui dorment bien ? Il est caché dans leur estomac, selon cette étude

Camille Abbey

12 jan 2022

2
Grossesse
livre-grossesse

Je n’ai jamais été enceinte mais je dévore les livres sur la grossesse, voici mes trois préférés

Sarah

12 jan 2022

Pour les meufs qui gèrent

1 2 3 4 5 6 7 8 9