Live now
Live now
Masquer
antibiotiques
Santé

En France, les antibiotiques, c’est encore trop automatique (surtout chez les enfants)

Un rapport partagé par Santé Publique France révèle que les prescriptions d’antibiotique ont augmenté en 2021 et que de trop nombreux enfants en reçoivent inutilement.

Comme nous le rappelait la sécurité sociale en 2008, les antibiotiques, c’est pas automatique. Pour soulager les maux hivernaux, les antibiotiques sont souvent inutiles et ces 10 dernières années, leur consommation baissait régulièrement. Puis le Covid est passé par là… Ou plutôt la « fin » du Covid… 

Avec le retour en force des virus hivernaux chez les 0-4 ans, les prescriptions d’antibiotiques augmentent de nouveau, même si ces médicaments n’ont aucun effet sur ce type de maux. Une utilisation trop fréquente peut même s’avérer dangereuse.

La consommation des antibiotiques en hausse

Depuis 10 ans, les antibiotiques étaient de moins en moins prescrits. Puis le Covid est passé par là et avec lui, des gestes barrières qui nous ont aussi protégés de nombreux virus hivernaux. Quand les mesures se sont assouplies, tous les virus sont réapparus, profitant de cette petite pause immunitaire pour s’attaquer férocement à nos petits, déjà pas bien costauds en temps normal.

Depuis 2021, les prescriptions d’antibiotiques sont en hausse et trop nombreuses, comme le déplore un rapport publié par Santé publique France. L’année dernière, 700 Français sur 1000 se sont vu prescrire des antibiotiques.

Les Français et les antibios

L’antibiotique est encore vu comme LE remède miracle à toutes les maladies qui existent. Pour 65 % des Français interrogés par Santé Publique France, ils sont efficaces contre la bronchiolite et pour 53 % d’entre eux, ils permettent de soigner la grippe. Or, si les antibiotiques permettent de combattre les bactéries, ils n’ont aucun effet sur ces maladies pénibles certes, mais virales. Pire, lorsque la consommation d’antibiotique est trop élevée, les individus peuvent développer une résistance et les bactéries devenir de plus en plus virulentes.

Pourtant, les médecins français cèdent souvent face à des parents démunis par cette recrudescence des maux hivernaux qui assignent à domicile nos petits trésors, pour le grand bonheur de notre vie professionnelle et de notre santé (la contagion, on aime).

Ailleurs, on préfère laisser faire le temps

Cette culture des antibiotiques est bien française et ne s’exporte pas partout en Europe. 
Aux Pays-Bas où je vis, les enfants se voient rarement prescrire des antibiotiques. Le parent est généralement invité à ramener le petit malade chez lui, éventuellement muni d’un flacon de paracétamol et à ne revenir que si la situation perdure ou empire.

Les darons et daronnes du nord de l’Europe vous confirmeront qu’il n’est pas agréable de passer trois semaines en compagnie d’un enfant dont l’oreille dégoulinante écœurerait un médecin légiste. Ils préfèrent toutefois laisser aux virus le loisir de vivre leur vie et de renforcer le système immunitaire de leur enfant. Et dégainer un antibiotique quand une vraie bactérie se pointe, évidemment.

À lire aussi : 8 nouvelles régions touchées par l’épidémie de bronchiolite

Crédit photo image de une : Fahroni


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

9
Avatar de Fentanyl
8 novembre 2022 à 21h11
Fentanyl
@Fentanyl,
Oui je parlais du test avec le bâtonnet. On me l'a fait pour une angine il y a quelques mois et c'était la première fois de ma vie que j'y avais droit (pourtant j'en ai eu des angines!), j'en parlais parce qu'une autre personne au dessus avait l'air de dire que c'était régulier chez son médecin à elle. Pourquoi on ne teste normalement que les enfants, pas les adultes?
@Alpha a très bien répondu. J'ajouterai juste que chez l'adulte, plus de 90% des angines sont virales. On est plutôt autour de 70% pour les enfants. En médecine, on apprend à ne pas faire des examens de façon systématique. Aller frotter les amygdales de toutes les angines est clairement une mauvaise pratique. On regarde la clinique et on agit en fonction.
Le test chez l'adulte doit rester exceptionnel.
On a des recommandations scientifiques a suivre pour avoir une bonne pratique. Elles sont basées sur des études solides.
Malheureusement, on n'a pas de traitement efficace pour une grosse partie des maladies virales bénignes. Rhume, angine et compagnie. Un peu de paracétamol, des boissons chaudes, du repos et de la patience.
4
Voir les 9 commentaires

Plus de contenus Santé

Source : Nadezhda1906 de Getty Images Pro
Daronne

Mon enfant doit-il consulter un psychologue ? Voici les 6 signes identifiés par les spécialistes

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Phillip Pessar / Flickr
Actualités mondiales

Aux États-Unis, un ado meurt après le « One Chip Challenge », énième défi dangereux

Source : Creative Commons
Daronne

Doliprane pour enfant : attention à certaines pipettes défectueuses, alerte l’ANSM

Source : npdesignde / Getty Images
Santé

Bed rotting : pourquoi glander au lit toute la journée est une mauvaise idée

3
femme-bar-verre-alcool // Source : URL
Santé

« À 29 ans, je dois arrêter l’alcool car c’est devenu incontrôlable » : dans la vie de Juliette, alcoolique mondaine

3
C'est l'appareil électroménager-star de nos cuisines ces dernières années : on veut bien évidemment parler de la friteuse à air chaud ! Louée pour sa praticité et sa rapidité, il se murmure néanmoins qu'elle serait cancérigène et dangereuse pour la santé. On démêle le vrai du faux.
Santé

Mal utilisées, les friteuses Airfryer peuvent-elles vraiment être toxiques pour la santé (comme l’affirme une étude coréenne) ?

Source : @Photo de Mikhail Nilov
Beauté

Un mouvement anti crème solaire sévit sur les réseaux sociaux et voici pourquoi c’est inquiétant

54
bethany-beck-unsplash mere sociale enfants d’arc en ciel
Daronne

Mère et atteinte de TDAH : « J’ai longtemps tenté de masquer mes difficultés quotidiennes »

14
Source : URL
Santé

Selon une nouvelle étude, il n’existe pas d’augmentation du risque de cancer pour les enfants nés d’une PMA

Source : URL
Beauté

Pourquoi vous devriez arrêter de faire des lissages brésiliens

La société s'écrit au féminin