Live now
Live now
Masquer
echographie-grossesse
Daronne

Connaitre le sexe de son futur bébé pourrait éviter certaines complications, d’après une étude

Une étude montrerait que connaître le sexe de l’enfant à naitre permettrait un meilleur suivi du bébé et de sa mère pendant la grossesse.

Les chercheurs l’université de Cambridge au Royaume-Uni ont publié une nouvelle étude dans la revue Biology of Reproduction. Son contenu tenterait de prouver que les fœtus masculins et féminins, biologiquement différents, pourraient avoir une influence sur le fonctionnement du placenta.

Le placenta fonctionnerait différemment pour les foetus mâles et femelles

Les recherches de cette étude, qui ont été effectuées sur des souris, tentent de montrer des différences sur la fonction du placenta — l’organe unique qui connecte physiquement et biologiquement l’embryon en développement à la paroi utérine et apporte à l’embryon puis au fœtus l’eau, les nutriments et l’oxygène dont il a besoin — entre les mâles et les femelles à naitre :

« Ici, nous avons étudié si la fonction mitochondriale dans le placenta est liée à la croissance des fœtus les plus légers et les plus lourds de chaque sexe dans la portée des souris. Les placentas des fœtus les plus légers et les plus lourds ont été prélevés pour évaluer la morphologie du placenta, l’énergétique mitochondriale, les régulateurs mitochondriaux, les transporteurs de nutriments, la manipulation hormonale et les voies de signalisation. »

Les résultats des chercheurs, comme ils le communiquent, montreraient que le sexe de l’enfant à naitre, et notamment son poids et sa taille, modifierait et auraient une influence sur le fonctionnement du placenta.

etude-difference-sexe-embryon
Résumé graphique de l’étude Biology of Reproduction

Davantage de complications avec les foetus masculins

Alors ok pour les souris, mais chez les humains, ça veut dire quoi ? Selon Amanda Sferruzzi-Perri, une des autrices de l’étude, les personnes qui porteraient un fœtus de sexe masculin pourraient souffrir de davantage de complications pendant leur grossesse :

« Nous savons désormais que certaines complications de la grossesse, telles que la pré-éclampsie et le retard de croissance du fœtus, sont plus fréquentes chez les femmes qui attendent des bébés de sexe masculin que chez celles qui portent des bébés de sexe féminin. »

Amanda Sferruzzi-Perri dans son étude Biology of Reproduction

La raison ? Le développement plus rapide des fœtus masculins dans l’utérus. Toujours d’après cette étude britannique, les nutriments et l’oxygène fournis à travers le placenta pourraient être limités, et le fœtus masculin pourrait ne pas recevoir tout ce dont il aurait besoin. Ainsi, son développement pourrait être diminué.

Ne pas vouloir connaître le sexe de son enfant à naître serait-il donc dangereux ? D’après une étude de l’ELFE, plus de 85% des parents français souhaitent connaître le sexe de leur futur bébé.

Pour les chercheurs, connaître le sexe pourrait permettre d’adapter le suivi de grossesse et de palier à d’éventuelles complications. Mais ne nous alarmons pas non plus : si le sexe du fœtus peut être un facteur à risque, les échographies régulières permettent tout de même de prendre toutes les mesures nécessaires si un début de complication est signalé. Ne culpabilisons pas les futurs parents qui souhaitent garder la surprise, pour des raisons qui leur sont propres.

À lire aussi : Fille ou garçon ? On s’en fiche : on a décidé d’ignorer le sexe de notre bébé jusqu’à sa naissance

Crédit photo image de une : Kelly Sikkema / Unsplash


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

8
Avatar de TrustMe I'm a (al)chemist
4 mai 2022 à 12h05
TrustMe I'm a (al)chemist
@Kettricken : non je ne dis pas qu'il y a des recommandations pronées par qui que ce soit. Juste que, par le passé, pour justifier tout un tas de chose, on n'a utilisé mal la science. Et là... je sais pas, ça me laisse perplexe. Pas le résultat de l'étude : si les grossesses sont plus à risque, c'est un fait, point (enfin si c'est bien ça la conclusion de l'article, je n'ai pas regardé).
Non juste la potentielle utilisation de ce résultat, notamment : tronquer l'étude de subtilités, ne prendre que des passages précis de l'article... Ca arrive très souvent : la politique, la presse...
Mais tout a été dit je suppose.
1
Voir les 8 commentaires

Plus de contenus Daronne

Copie de [Image de une] Horizontale (94)
Daronne

Pourquoi Bluey conquiert le cœur des enfants et des parents

1
Source : Pexels
Daronne

Les enfants deviennent-ils tous mous pendant les vacances d’été ?

1
mariage-couple
D'amour et d'eau fraiche

Rémi et Marine, un mariage à 21 100 euros : « C’est un budget important mais on s’est dit : ONE LIFE ! »

6
Inceste // Source : Canva
Daronne

Inceste : des expertes de l’ONU exhortent la France à protéger les enfants et à soutenir leurs mères

2
Canva
Daronne

La noyade sèche est une fake news

16
Paris : 3 activités originales à faire avec les enfants cet été
Daronne

Paris : 3 activités originales à faire avec les enfants cet été

Pexels
Daronne

Une amende de 30 euros pour les parents en retard à l’école, non ce n’est pas une blague

30
Source : Canva
Daronne

Chronique d’une daronne : avant la colo, 4 choses importantes que je dis à mes enfants

Source : Canva
Daronne

Les vacances d’été ont un impact négatif sur la santé des enfants (étude)

18
Source : Canva
Daronne

Doit-on suivre les neurosciences pour être un bon parent ?

Pour les meufs qui gèrent