Live now
Live now
Masquer
bonheur-travail-test-documentaire
Actu en France

Es-tu heureuse au travail ?

Es-tu heureuse au travail ? Viens faire le test et ne rate pas « Le Bonheur au travail », un documentaire d’Arte diffusé le mardi 24 février qui explore différents modèles d’entreprises, et les évolutions managériales destinées à optimiser le bien-être des salarié•e•s.

Commente en direct le documentaire Le Bonheur au Travail, dès 20h50 sur ARTE ce mardi 24 février !

En découvrant le monde professionnel, j’ai cru atterrir dans un pays étranger, de ces contrées lointaines dont on entend souvent parler, dont on a une image qui s’avère totalement déformée, une fois confrontée à la réalité.

Tout me surprenait, du langage franglais « corporate » au code vestimentaire, en passant par la culture du secret, les habitudes présentialistes (surnommées « le concours de celui qui arrive le plus tôt et qui part le plus tard »), la philosophie shadokienne à base de « le chef a toujours raison », même lorsqu’il a tort (« si le chef a tort, se référer à la règle numéro 1 »)…

À lire aussi : Email professionnel : mode d’emploi

devise-shadok-solution-probleme

Après des mois d’observation, je n’étais toujours pas intégrée à ce monde et à ses codes que je trouvais très éloignés de mes propres usages, de ma culture de vingtenaire, de mes propres habitudes en termes d’habillement, de communication, de rapport à Internet, et tout simplement à la gestion du temps.

À lire aussi : Emmanuelle Duez (WoMen’Up) : « s’appuyer sur la génération Y pour transformer les grandes boîtes »

Alors forcément, ce décalage créait chez moi des frustrations. Et les rares fois où je me suis autorisée à m’en plaindre, en pleine crise de l’emploi, j’avais le sentiment d’être profondément ingrate. Les fois, encore plus rares où je trouvais conseil, on me répondait que « c’était comme ça », c’était « la réalité du monde du travail », ce n’était pas fait pour être « une partie de plaisir ».

Et pourtant, la question du bonheur au travail est loin d’être un caprice d’enfant gâté (comme on a pu me le faire sentir lorsque je soulevais cette problématique) !

À lire aussi : Évidemment j’aime ma boîte ! – Chroniques de l’Intranquillité

Le travail, entre nécessité, torture et passion

Le vocabulaire associé à l’activité professionnelle ne respire pas le bonheur, et pour cause : « travail » vient du latin tripalium, qui signifie « torture » ! Les termes « emploi » et « employé•e » dénotent une réification du sujet, qui se retrouve passif, littéralement « utilisé », « employé » par un tiers : le patron, l’entreprise.

Pourquoi s’infliger cette « torture » sinon par pure nécessité de survie, par impérieux besoin économique ?

À lire aussi : J’ai décidé de ne pas travailler – Témoignage

Pourtant, un autre monde professionnel est possible ! Les professions artistiques, toutes celles nécessitant un appel à la créativité, n’hésitent pas à aménager les espaces et les horaires en conséquences. Le bonheur au travail n’est pas qu’une question de bien-être des salarié•e•s, c’est un facteur d’attractivité des talents, ainsi qu’un enjeu de productivité !

À lire aussi : J’arrête mes études et je fais ce qui me passionne

Mon ancienne entreprise n’autorisait pas le télétravail, et il était extrêmement mal vu de piquer du nez après la pause déjeuner. Dormir au bureau, quelle infamie… Mais je suis bien contente d’avoir désormais un patron fervent défenseur (et lui-même adepte) de la power nap, la sieste-éclair plus efficace qu’un shot de caféine pour dépasser le coup de barre de la digestion.

À lire aussi : Top 4 des meilleures siestes (selon une source scientifique : moi)

jaime-ma-boite

Un visuel de J’aime ma boîte.com

La recette du bonheur au travail

S’il existe une recette du bonheur au travail, c’est sans doute un cocktail, un mélange de plusieurs ingrédients, adapté à toutes les différentes personnalités. Prenez un environnement accueillant et chaleureux, ajoutez-y un•e manager à l’écoute, un•e chef•fe leader plutôt que dirigiste, et beaucoup de souplesse niveau organisation…

Entre celles et ceux qui ont besoin d’un cadre stricte pour être productif•ve, qui préfèrent la sécurité de l’emploi aux éventuelles opportunités d’évolutions, qui sont allergiques à la routine, ou au contraire, ne supportent pas l’imprévu, il n’existe certainement pas de martingale de l’entreprise parfaite !

À lire aussi : Libre et Assoupi, une comédie sur l’oisiveté et la valeur du travail

La question du bien-être au travail est une problématique relativement récente, qui s’impose aussi par le biais d’actualités tragiques, comme la recrudescence de suicides pour motifs professionnels, mais également des cas de burn out.

Es-tu heureuse au travail ?

Pour faire le point sur ta situation au travail,  tu peux faire le test Le Bonheur au Travail, en lien avec le documentaire qui sera diffusé sur Arte le 24 février.

À travers une petite série de questions, des extraits du film sont dévoilés, pour donner un échantillon des thèmes qui seront abordés, des modèles qui seront étudiés.

le-bonheur-au-travail-test

Clique pour faire le test ! Pour accéder à la question suivante, il faut placer le curseur au milieu à droite de l’écran.

Personnellement, je suis restée sur ma faim en faisant ce petit questionnaire pour deux raisons :

  • Tous les intervenants, à l’exception de la dernière personne, étaient des hommes.
  • J’ai eu le sentiment de choisir « le moins pire » parmi les solutions proposées, à défaut de trouver une option qui me convienne véritablement.

En lisant la comparaison de mes réponses avec la totalité des répondants français, versus les Belges, versus les Allemands, j’ai plutôt le sentiment de répondre « comme une jeune » que « comme une Française » : l’écart générationnel me semble plus pertinent que les différences culturelles, et j’aurais bien aimé avoir accès à des statistiques par tranche d’âge plutôt que par nationalité.

Qu’en penses-tu ? Es-tu heureuse au travail ? Que te faudrait-il pour l’être ? Et viens donc aussi nous donner ton avis sur le travail du dimanche !

À lire aussi : « Sois stage et tais-toi » : quand les entreprises abusent des stages — Le Petit Reportage

Les Commentaires
15

Avatar de Nehli
25 février 2015 à 10h40
Nehli
Bif bof ce test ! Je comprends qu'on peut pas tout généraliser mais bon. J'avais pas besoin de faire un test pour savoir que je détestais mon boulot actuellement, et que ma seule motivation c'est ma paye. Mais de là à dire que "mon problème, c'est l'argent", je le prends mal !
Mon problème c'est juste une ambiance pourrie, et il suffit de ça pour tout casser.. Même dans une petite structure (10 employés) et avec un taff intéressant, si on te prend pour un débile 95% du temps ben ça marchera pas, c'est tout.
1
Voir les 15 commentaires

Plus de contenus Actu en France

Société
pexels-mikhail-nilov-harcelement-scolaire

Le Sénat ne veut pas faire du harcèlement scolaire un délit et modifie la proposition de loi

Maëlle Le Corre

28 jan 2022

Actu en France
vanceunebrock therapies de conversion

Victoire ! Les thérapies de conversion sont désormais interdites en France

Maëlle Le Corre

26 jan 2022

2
Actu en France
frederique vidal universites assemble nationale

Les universités en danger ? Vidal se veut rassurante après les annonces crispantes de Macron

Maëlle Le Corre

21 jan 2022

6
Actu en France
clementine autain lfi endometriose

L’endométriose bientôt inscrite dans la liste des affections longue durée ?

Féminisme
pref de police

La préfecture de police a enterré un rapport sur… l’accueil des victimes de violences dans les commissariats

Maëlle Le Corre

12 jan 2022

Actu en France
nguy-n-hi-p-unsplash-don-du-sang

Victoire ! Les restrictions au don du sang pour les hommes gays vont enfin être levées

Maëlle Le Corre

11 jan 2022

3
Actu en France
Fille triste

En 2021, les gestes suicidaires ont bondi chez les jeunes filles

Eva Levy

11 jan 2022

2
Actu en France
Magou Doucouré

« Arrêtez de faire les aveugles » : la footballeuse Magou Doucouré dénonce le racisme après avoir reçu des insultes

Mélanie Wanga

11 jan 2022

Culture Web
influenceuse

Surprise ? En 2022, beaucoup d’influenceuses ne signalent (toujours) pas leurs partenariats

Mélanie Wanga

07 jan 2022

5

La société s'écrit au féminin