artemisia-bd-critique
Pop culture

Artemisia, le portrait en BD d’une peintre qui botte le cul du patriarcat au 17e siècle

23 sep 2017

Envie d’une lecture inspirante, avec une figure féminine forte qui botte les fesses du patriarcat ? Lucie a dans sa hotte de quoi satisfaire cette envie : Artemisia !

Parmi les dernières sorties du côté des bandes dessinées, il y en a une qui retient l’attention pour son histoire forte et le caractère inspirant de son héroïne.

Il s’agit du livre Artemisia de Nathalie Ferlut et Tamia Baudouin, paru aux éditions Delcourt dans la collection Mirages (dans laquelle était parue notamment la bande dessinée Collaboration Horizontale de Navie et Carole Maurel).

Cette BD, portrait d’une peintre remarquable, devrait sans aucun doute satisfaire votre soif de lecture et d’inspiration !

Artemisia, le portrait en BD d’une peintre qui botte le cul du patriarcat au 17e siècle

Achète la BD sur Amazon, ou rendez-vous sur Place des libraires

L’histoire d’Artemisia Gentileschi, femme peintre malgré les critiques

Artemisia a eu une fille, et cette fille a eu une nourrice. Ce sont ces deux femmes qui dessinent la figure remarquable d’une artiste pas comme les autres, au fil d’une discussion pendant un voyage en calèche.

Artemisia est la fille du peintre Orazio Gentileschi. Elle passe son enfance dans l’atelier de son père, à apprendre à peindre entre deux disputes avec ses frères.

Artemisia, le portrait en BD d’une peintre qui botte le cul du patriarcat au 17e siècle

Le fait est que la petite fille, devenue jeune femme, est douée. Toutefois, la société sexiste de son époque ne lui permet pas d’exposer son art aux yeux du monde, puisqu’elle est une femme : ce n’est pas correct pour elle d’être peintre.

Artemisia a de la détermination à revendre et un père tellement passionné par la peinture (peut-être un peu trop) qu’il lui fait suivre des cours de dessin par son ami Tassi, expert des perspectives mais pas des mœurs.

L’homme abuse d’elle et la confine au silence, pour ne pas ruiner sa réputation ni celle de sa famille…

Mais la jeune peintre refuse de se soumettre aux diktats de la société, quitte à se condamner à la solitude — qui est loin de lui être insupportable en tant que femme indépendante et avide de libertés, bien que cela soit mal vu.

Artemisia ne laisse personne lui barrer la route qui la mène à ses ambitions, et même si le chemin est pavé de difficultés, elle les surmonte par la force de ses convictions, de son arrogance aussi, et de sa dignité.

Artemisia, une femme inspirante et marquante

Nathalie Ferlut et Tamia Baudouin retracent ensemble la vie de la peintre Artemisia Gentileschi, qui a véritablement existé, ce qui rend le récit d’autant plus palpitant.

La bande dessinée Artemisia est une lecture qui est très marquante par les injustices (bien réelles) qui la traversent, par le courage de la jeune peintre et sa fureur de vivre comme elle l’entend, loin des préjudices qu’on lui impose.

Artemisia, le portrait en BD d’une peintre qui botte le cul du patriarcat au 17e siècle

Artemisia s’oppose de tout son être au patriarcat abusif qu’elle remet tranquillement à sa place. Elle vit de sa passion, s’assume telle qu’elle est : elle est une figure tout ce qu’il y a de plus inspirante, en somme !

En refermant la bande dessinée, ce sont la ténacité d’Artemisia, son indépendance, son hermétisme à l’intimidation et son refus d’être considérée comme une victime, qui nous restent en tête.

Et cela commence dès la couverture de la BD, quelque peu équivoque !

Une immersion dans la société italienne du XVIIe siècle

Dans la mesure où la bande dessinée est le portrait d’une figure qui a existé, elle a aussi une dimension historique très appréciable.

Le livre prend l’allure à la fois d’une plongée dans une Italie du XVIIe siècle, avec ses mœurs et son art, et d’un portrait de femme insoumise et ambitieuse qui donne l’envie de croquer le monde.

Le dessin de Tamia Baudouin s’empare de l’atmosphère de l’Italie de l’époque, celle des tavernes et des ateliers d’artistes. Elle met un soin particulier à représenter les tenues de l’époque, les robes drapées et les chemises bouffantes.

Elle s’attaque aussi à l’architecture, qui ne doit pas être de tout repos à représenter, et même aux saisons, au point de nous faire frissonner de froid dans la neige…

L’expression de ses personnages est par ailleurs très travaillée, et on lit sur les visages autant le désarroi, la méchanceté, l’effronterie, que le soulagement ou la sérénité.

Artemisia, le portrait en BD d’une peintre qui botte le cul du patriarcat au 17e siècle

En conclusion, Artemisia est une bande dessinée où puiser une rage de vaincre dans les moments de difficultés, et un livre palpitant sur une figure féminine forte, à ranger à côté des Culottées !

La BD te tente ? Alors rendez-vous sur Place des libraires, Cultura, la Fnac ou Amazon pour te la procurer !

À lire aussi : « Heidi au printemps » s’éveille aux désirs dans les montagnes

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Pop culture

Sélection de films
moi-tonya-small

6 films qui vous feront aimer le sport si vous êtes du genre à vous ennuyer devant les JO

Maëlle Le Corre

31 juil 2021

6
Série télé
dev-patel-small

« J’étais toujours le plus moche » : Dev Patel garde des séquelles de Skins

Pauline Thurier

30 juil 2021

11
Série télé
brooklyn 99 derniere saison violences policieres – verticale

Brooklyn Nine-Nine va-t-elle réussir à se dépêtrer de la question des violences policières ?

Maëlle Le Corre

30 juil 2021

5
Série télé
the-crown-saison-5-reine

The Crown : voici à quoi ressemble Imelda Staunton en Elizabeth II !

Manon Portanier

30 juil 2021

Cinéma
scarlett-johansson-black-widow

Après Black Widow contre le patriarcat, le combat juridique Scarlett Johansson VS Disney est lancé

Pauline Thurier

30 juil 2021

Cinéma
Lady Gaga à l'affiche du film House of Gucci

Luxe, drama, accents « italiens » gênants et bien sûr Lady Gaga : House of Gucci a sa bande-annonce

Anthony Vincent

30 juil 2021

Cinéma
king-williams-small

Un film sur Venus et Serena Williams ?! Ah non : sur leur daron

Pauline Thurier

29 juil 2021

9
Culture Web
Patrick-et-Bob-léponge-cassent-le-poignet

De Twitter et TikTok à l’IRL, casser son poignet devient un signe de ralliement entre queers et alliés

Anthony Vincent

29 juil 2021

Actualité mode
Lady Gaga pose pour la marque Tudor Watch dont elle est ambassadrice, en portant notamment des bottines-échasses

Lady Gaga se balade en bottines-échasses avec la même décontraction que nous en baskets

Anthony Vincent

29 juil 2021

4
Pop culture
4

Retour dans les années 1990 ce jeudi avec une soirée rétrogaming Le Roi Lion !

La société s'écrit au féminin