Live now
Live now
Masquer
pexels-daria-shevtsova-valise-a-roulettes
Féminisme

Le saviez-vous ? Sans le patriarcat, on aurait eu des valises à roulettes bien plus tôt

Un homme, un vrai, ça porte sa valise tout seul, n’est-ce pas ? Figurez-vous que c’est à cause de cette idée idiote que la commercialisation de la valise à roulettes a mis tant de temps. Dans C’est bien une idée de fille !, l’autrice Katrine Marçal raconte la sexiste histoire des innovations.

Nous connaissions la roue depuis des millénaires et pourtant l’être humain n’a pensé à mettre des roulettes à sa valise qu’au XXe siècle.

C’est par ce constat mi-effaré mi-amusé que débute le livre de l’autrice suédoise Katrine Marçal C’est bien une idée de fille ! Comment le monde claque la porte aux idées des femmes, publié chez Autrement en octobre dernier.

Le saviez-vous ? Sans le patriarcat, on aurait eu des valises à roulettes bien plus tôt

Elle y décortique comment le sexisme et les stéréotypes de genre ont forgé les innovations mais aussi provoqué certains retards et certaines erreurs, comment, si l’on avait su au bon moment mettre de côté les préjugés, des avancées et des progrès auraient pu être accomplis.

L’échec de la valise à roulettes

C’est un certain Bernard Sadow qui, après avoir songé à fixer des petites roues à ses valises, a déposé le brevet de son invention en 1972 :

« Quand Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins revinrent sur Terre, ils prirent leurs valises par la poignée, les portant comme cela se faisait depuis l’invention de la valise moderne au milieu du XIXe siècle.

La question n’est donc pas de savoir pourquoi Bernard Sadow a eu l’idée qu’il fallait des roulettes aux valises, la vraie question est : pourquoi cette idée ne nous est-elle pas venue plus tôt ? »

Avant ce bon vieux Bernard Sadow, d’autres avaient pourtant essayé sans rencontré de succès retentissant.

Dans les années 1940, en Angleterre, deux inventeurs avaient inventé un dispositif de sangles et de roues permettant de tirer sa valise. Idem pour Sylvan Goldman aux États-Unis, qui avait imaginé un caddie roulant une décennie plus tôt — l’objet n’avait pas rencontré non plus son public.

Dans les années 1960, Bernard Sadow fait lui aussi chou blanc avec son invention révolutionnaire, et pour cause : la société n’est tout simplement pas prête, explique Katherine Marçal. La valise à roulettes fait davantage sourire qu’elle ne convainc les acheteurs.

« Nous rejetons généralement les nouvelles idées si nous les percevons comme trop “simples” ou “évidentes” » explique l’autrice pour justifier l’échec d’alors.

Une roulette trop évidente… mais pas que

Mais ce n’est pas uniquement la simplicité de la roulette pour déplacer un objet lourd qui est en jeu. Il est aussi question de normes de genre.

En lui permettant de faire rouler sa valise sans effort, l’homme était privé de faire la démonstration de sa force, et donc de sa masculinité. Comment faire preuve de galanterie sans porter les bagages de sa femme avec ses gros muscles ? Comment montrer sa place de chef de famille sans pouvoir porter la charge de tout le foyer sur ses épaules solides ?

Oui, ces petites roulettes, d’apparence inoffensives, avaient un sérieux pouvoir émasculateur

D’autant que l’arrivée de la valise à roulettes permet aux femmes de se déplacer en toute autonomie et sans l’aide de personne. Une véritable preuve d’émancipation qui accompagne une révolution pour le marché de la bagagerie.

« Comment cette notion plutôt hasardeuse selon laquelle “un homme, un vrai, porte sa valise” a-t‐elle pu être assez forte pour contrecarrer ce que nous considérons maintenant comme une innovation évidente ?

Comment notre vision dominante de la virilité a-t‐elle pu être plus obtuse que le désir du marché de gagner de l’argent ?

Et comment l’idée rudimentaire que les hommes devaient porter des choses lourdes a-t‐elle pu nous aveugler au point de ne pas voir le potentiel d’un produit qui allait transformer toute une industrie mondiale ?

Voilà comment, à travers l’invention de la valise à roulettes telle que nous la connaissons aujourd’hui, Katrine Marçal défend l’idée que l’innovation doit s’envisager aussi au travers du prisme de l’évolution de la société.

« La capacité à changer un mode de pensée est l’ingrédient qui manquait pour qu’une valise à roulettes devienne réalité. Il fallait pouvoir se représenter des consommateurs masculins privilégiant le confort à l’effort, ainsi que des femmes voyageant seules. Alors seulement la valise à roulettes pouvait s’imposer pour ce qu’elle était : une innovation qui tombe sous le sens. »

Envie d’en savoir plus sur ces grands progrès ? Le livre de Katrine Marçal regorge d’anecdotes et d’histoires pour comprendre les grands progrès contemporains à la lumière du genre.

Dévorez C’est bien une idée de fille !, 19,90€

À lire aussi : Avant Harry Styles et Lil Nas X, ces hommes ont dégenré la mode chacun à sa façon

Crédit photo : Daria Shetsova via Pexels

L'affiliation sur MadmoiZelle

Cet article contient des liens affiliés : toute commande passée via ces liens contribue au financement de madmoiZelle. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Les Commentaires
13

Avatar de shigurette
14 janvier 2022 à 10h48
shigurette
Après j'ai l'impression que l'article ne dit pas exactement ce que les commentaires en disent. Finalement la question n'est pas tant si on avait la technologie pour développer des valises à roulette mais pourquoi si peu de personnes y ont pensé au cours du temps et qu'on a pas mis des moyens de R&D. D'autant qu'on avait déjà des diables ou des chariots pour déplacer des colis et des valises en groupe donc l'hybridation valise/diable-chariots semble une idée assez simple. Et là, l'idée générale de qui voyage et comment joue pas mal.
Edit : ça ne veut pas dire que l'article n'est pas sans défaut. Clairement si on ne le comprend pas de la même manière, c'est que c'est pas clair. Mais en plus, ça manque de nuance avec une théorie assez simple pour expliquer des choses forcement complexe (aka pourquoi on choisit de développer un truc et pas un autre et pourquoi une innovation prend ou pas dans les usages des personnes)
0
Voir les 13 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Féminisme
my-body-my-rules-vert

« J’ai dû voir 4 ou 5 gynécos » : être une femme qui veut se faire stériliser reste une galère

Maëlle Benisty

17 jan 2022

4
Féminisme
Amouranth

Entre surmenage et harcèlement, Amouranth, streameuse « hot tub », nous invite dans sa vie pas si rose

Eva Levy

17 jan 2022

16
Féminisme
workin-lait

Cachez ce post-partum que je ne saurais voir : Facebook bloque des pubs pour des culottes et du matos d’allaitement

Camille Abbey

14 jan 2022

Politique
accessibilite-pour-tous-capture-libe

La question du validisme sera-t-elle prise au sérieux par les candidats à la présidentielle 2022 ?

Maëlle Le Corre

14 jan 2022

Actu en France
clementine autain lfi endometriose

L’endométriose bientôt inscrite dans la liste des affections longue durée ?

Féminisme
pref de police

La préfecture de police a enterré un rapport sur… l’accueil des victimes de violences dans les commissariats

Maëlle Le Corre

12 jan 2022

Politique
manifestation-vanesa-campos-2018-maelle-le-corre

Et si le travail du sexe était un sujet politique et non un problème à régler ?

Amour
Couple en pleine altercation

Moins de sexe, plus de liberté : comment le féminisme a bouleversé nos relations intimes

Féminisme
nous-toutes-comptage-feminicides-tweet

Il est grand temps que le décompte des féminicides évolue, affirme Nous Toutes

Body positive
Quand-Twitter-change-du-fiel-grossophobe-en-velours-vert-citron

C’est l’histoire d’une joaillière qui change le fiel grossophobe d’une journaliste en velours

Anthony Vincent

10 jan 2022

2

La société s'écrit au féminin