Abd Al Malik annonce un film sur un héros esclave, en plein silence assourdissant de Macron


Abd Al Malik prépare un nouveau film sur Furcy, un esclave réunionnais qui a fait valoir sa liberté devant les tribunaux. Cette annonce prend pour cadre un contexte politique et social qui interroge le rapport entre la France et son passé esclavagiste.

Abd Al Malik annonce un film sur un héros esclave, en plein silence assourdissant de MacronAbd Al Malik / L'invité (YouTube)

L’Affaire de l’esclave Furcy, ça vous parle ? Si ça ne vous dit rien, alors Abd Al Malik va vous faire découvrir cette histoire puissante, mais méconnue, dans son nouveau film.

On connaît Abd Al Malik en tant que rappeur, mais on oublie souvent qu’il est aussi réalisateur. Après Qu’Allah bénisse la France, réalisé en 2014 et adapté de son autobiographie, il prépare un nouveau long-métrage, cette fois basé sur l’histoire vraie d’un esclave réunionnais qui a saisi la justice pour réclamer sa liberté.

Faire (re)connaître une figure emblématique de l’histoire : l’esclave Furcy

Ce long-métrage est une adaptation de L’Affaire de l’esclave Furcy, prix Renaudot 2010, écrit par Mohammed Aïssaoui. Ce dernier collabore d’ailleurs au projet, comme l’ont précisé les producteurs du film lors du 20e anniversaire de la loi Taubira (loi qui reconnaît l’esclavage et la traite comme des crimes contre l’humanité).

Dans l’œuvre de Mohammed Aïssaoui, on avait pu connaître l’histoire de Furcy, un esclave originaire de La Réunion qui avait saisi la justice pour faire valoir sa liberté. La procédure a abouti le 23 décembre 1843, après 27 ans de bataille, avec une reconnaissance juridique en faveur de la victime : l’homme était bien né libre, et non asservi.

L’esclavage en France, sujet de silence

Cette annonce survient dans un contexte particulier qui interroge le rapport que la France entretient à son passé esclavagiste. Peut-être que le président de la République souhaite nous dire un mot ? Non ? Ah d’accord.

En effet, Emmanuel Macron n’a fait aucun discours lors de la dernière cérémonie du 10 mai — la journée nationale des mémoires, de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions — et son silence était tonitruant. En réponse, Christiane Taubira n’a pas manqué d’exprimer son mécontentement :

« Un silence peut-être solennel. Ceci étant, il est quand même édifiant de constater que le président de la République n’a rien trouvé à dire sur plus de deux siècles de l’Histoire de la France, alors qu’il y a cinq jours il faisait des gammes sur Napoléon Bonaparte.

On a le droit d’avoir les fascinations qu’on veut. Ceci étant, lorsqu’on a le culte des héros, c’est une époque qui ne manque pas de figures héroïques. »

Et c’est bien ce que compte nous montrer Abd Al Malik dans son film à venir : les héros de cette histoire que beaucoup voudraient oublier. On devra par contre faire preuve de patience… le film n’entrera en production qu’au premier semestre 2022 !

À lire aussi : Antebellum, l’esclavage avec une femme en tête d’affiche

Sylsphée Bertili

Sylsphée Bertili


Tous ses articles

Commentaires

Alba Perséphone

@Gringo Oui je suis toute triste aussi :crying: (même si en vrai je comprends parfaitement qu'elle n'ait pas envie de s'en prendre plein la poire pendant la campagne)
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!