Live now
Live now
Masquer
Source : kipgodi de Getty Images Pro
Conseils parentalité

À quoi faut-il s’attendre lors du fameux 3ᵉ jour à la maternité ?

Après toute une grossesse à vous préparer à cette naissance, vous franchissez la ligne d’arrivée.  Votre bébé est enfin là, et tout s’est (plus ou moins) bien passé. Ouf ! À peine le temps de reprendre votre respiration qu’un véritable tsunami vient vous submerger. Cette immense vague porte un nom : le post-partum. Et si les deux premiers jours à la maternité ne sont pas de tout repos, le troisième est souvent bien hardcore. 

3ᵉ jour, 7 h.

Une sage-femme toque délicatement à la porte de votre chambre. Ses chuchotements vous sortent peu à peu de votre sommeil. Une veilleuse glissée dans la valise pour tamiser la lumière vous aurait bien servi.  Première claque de la journée : les violents néons blancs au plafond. Le réveil est difficile, surtout pour une prise de sang. Vous aviez enfin fermé les yeux depuis 20 minutes. Cette nuit, vous avez découvert la nuit de java.  

Une nuit de java qui n’a rien à voir avec la danse  

Depuis l’accouchement, vous préférez contempler votre bébé plutôt que de profiter d’heures de sommeil.  Lui a dormi paisiblement deux jours pour récupérer de son arrivée. Maintenant, il vous le fait savoir, il est réveillé. Cette étape du développement de nos petites merveilles est parfois appelée syndrome de la seconde nuit. Elle correspond à une période de grande agitation du nouveau-né avec des pleurs —  beaucoup de pleurs — aux merveilleux horaires de 19 h à 6 h (grosso modo).

Tout pile quand vous comptiez arrêter de le regarder et de dormir. Il réclame alors du lait toutes les heures, voire quasiment en continu.  Évidemment, son transit suit le rythme et vide votre stock de couches. Cette nuit se résume à le nourrir, le changer, le bercer, et lui faire téter votre petit doigt (les parents savent). Java ok, mais on est loin des déhanchés sur piste de danse pailletée. Cette nuit-là, la présence du co-parent ou d’un accompagnant est in-dis-pen-sable pour se relayer et être en supériorité numérique. 

Une volumineuse poitrine en feu 

Comme si la fatigue ne suffisait pas, vous le sentez, quelque chose cloche. Vos seins sont gonflés, chauds, tendus et durs comme de la pierre. Difficile de lever les bras ou de trouver une position confortable. Coucou la montée de lait.  

Bon ok, ça ne vous concerne pas toutes. Dans certaines maternités, vous recevez (parfois et à certaines conditions) un médicament pour l’éviter si vous ne souhaitez pas allaiter. Mais pour la majorité, c’est bien ce qui va se passer, et ce, que vous donniez le sein ou non.

Si vous avez gagné deux tailles de soutien-gorge en une nuit, c’est parce que le colostrum — le concentré épais, très riche et en petite quantité — que vous produisiez jusqu’alors a laissé place au lait, en partie suite à la stimulation induite par la nuit de java. 

Une courbe de poids au plus bas 

Il est 11 h. Après la sage-femme, c’est au tour de la puéricultrice de faire son entrée dans votre chambre. Elle vient, entre autres choses, pour la pesée quotidienne de bébé. Verdict : il a perdu de nouveau vingt grammes. Comment est-ce possible ? Il a passé la nuit au goulot ! Pleine de culpabilité, vous ne comprenez pas pourquoi cet enfant ne prend pas de poids. On vous rassure : vous n’y êtes pour rien. 

Bébé a baigné dans le liquide amniotique plusieurs mois. Comme une petite éponge, il en est gorgé. À la naissance, il arrive dans un milieu aérien et va donc l’éliminer petit à petit. Il va également émettre ses premières selles appelées méconium.

Pour autant, au début, son estomac a la taille d’une noisette :  impossible de le remplir en quantité suffisante pour compenser ses pertes d’eau. La courbe de poids est donc descendante jusqu’au 3ᵉ ou 4ᵉ jour, puis remonte, l’estomac atteignant rapidement la taille d’un abricot à la fin de la première semaine. 

Une visite surprise de la famille  

Dès 15 h, le défilé des soignants se tarit. Vous en profitez un instant pour fermer les yeux. Pourvu que la courbe de poids s’inverse demain et que vous puissiez envisager un retour à la maison, dans votre cocon.  On frappe à la porte et voilà la belle-famille qui vous rend visite. C’est en pyjama, avec cernes et slip filet que vous les accueillez.

Tous vous couvrent de cadeaux avant de se pencher sur le berceau. Bébé passe de bras en bras. Tonton parle fort et Mamie n’a pas eu la main légère sur le Chanel n°5. Pour vous, cette fin de journée est épuisante. Alors, imaginez pour lui. Tranquille dans son jacuzzi à 37 °C depuis 9 mois, il débarque, et affronte la lumière, le bruit, le froid, la pesanteur, et maintenant le parfum ?  

À lire aussi : Et si on foutait la paix aux parents à la maternité ?

Et un début de baby blues pour couronner le tout 

21 h, vous aviez hâte que cette journée se termine. La sage-femme vient vous souhaiter une bonne nuit.  Bébé chouine un peu, mais vous le savez : demain sera meilleur qu’aujourd’hui. Pourtant, c’est ce moment que vous choisissez pour craquer. La boite de Kleenex ne tient pas cinq minutes, elle s’assoit avec vous, et votre partenaire vient à la rescousse pour vous réconforter. 

Ce troisième jour est éprouvant, et signe très souvent le début du baby blues, qui concerne environ 80 %  des nouvelles mamans. Ce mood triste est physiologique, et dure en général quelques jours. À cause de la chute d’hormones additionnée à la fatigue, vous pleurez pour des choses qui ne vous auraient jamais fait pleurer en temps normal : la mignonitude de votre petite chouquette dans son pyjama girafe, votre stylo qui n’a plus d’encre, la disparition de votre chaussette… Et surtout, vous vous sentez terriblement nulle. 

Vous n’êtes pas la seule à penser « ça suffit, rendez-moi ma vie d’avant ». Oui, plus rien ne sera jamais comme avant. Mais ça ne veut pas dire que ce sera moins bien. Neuf mois que vous vous préparez à accoucher, mais la naissance n’est pas la ligne d’arrivée. C’est plutôt le commencement d’une nouvelle vie, en tant que parent, pleine de magie, et qui comporte aussi son lot de déconvenues. 

Quelques mots pour survivre à cette journée 

Pour vous y préparer, voici un petit pense-bête à utiliser comme un mantra :  

  • La nuit de java n’est jamais le fait d’un défaut de mon lait, ni en quantité ni en qualité
  • Le peau-à-peau et le portage apaisent le bébé, et lui rappellent ses sensations in utero
  • Je le trouverai trop lourd pour le porter bien assez tôt 
  • Je limite les visites si j’en ressens le besoin, ou fais du peau-à-peau pendant pour le rassurer
  • Je le protège des stimulations : odeur forte, lumière vive, bruit intense…  
  • Ses pleurs ne sont pas toujours signe d’inconfort, c’est son seul moyen pour s’exprimer
  • Pour la montée de lait : compresses d’eau chaude sur les seins et douches à volonté, le jet d’eau sur l’épaule qui ruisselle pour ne pas stimuler 
  • Pour le baby blues : manger tout ce qui me plait, rire, recevoir des câlins, et être entourée
  • Je ne suis pas seule, beaucoup ont ressenti ça avant moi  
  • Tout va rentrer dans l’ordre

À lire aussi : 6 conseils pour prendre vraiment soin d’une proche qui vient d’accoucher

Plus d'articles au sujet du Post-partum


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

1
Avatar de Myrtille Desbois
19 avril 2024 à 08h04
Myrtille Desbois
Cet article est très juste, mais il me fait d'autant plus regretter la façon dont mon propre séjour à la maternité s'est passé.
Contenu caché du spoiler.
5
Réagir sur le forum

Plus de contenus Conseils parentalité

Source : Nadezhda1906 de Getty Images Pro
Daronne

Mon enfant doit-il consulter un psychologue ? Voici les 6 signes identifiés par les spécialistes

Lifestyle

Fête des Mères : 5 idées d’activités cocooning pour se faire plaisir

Humanoid Native
Source : Avalon_Studio de Getty Images Signature
Conseils parentalité

Vos enfants ont du mal à manger ? Et si vous essayiez la technique de la bougie ?

Crédit photo : Pexels / Tima Miroshnichenko
Conseils parentalité

Comment maintenir le lien avec les grands-parents quand on habite loin d’eux ?

Source : SimpleFoto
Conseils parentalité

Parentalité : 3 raisons qui font que les pro de santé ne sont pas toujours raccord (et c’est pénible pour les parents)

1
mère-enfant-câlin // Source : Canva
Daronne

Ces 9 minutes seraient les plus importantes dans la journée d’un enfant

5
Source : Nadezhda1906 de Getty Images Pro
Conseils parentalité

Le top 5 des jouets pour enfants les plus dangereux (et parfois mortels)

Source : PublicDomainPictures de pixabay
Conseils parentalité

Connaissez-vous les 4 meilleures positions pour allaiter (sans douleur) ?

Source : PONGPIPAT de ภาพของpongpipat
Conseils parentalité

Ces 5 objets de puériculture qu’il ne faut pas acheter d’occasion

3
Source : laflor de Getty Images Signature
Conseils parentalité

Comment parler de la mort avec ses enfants ? Voici quelques pistes

Source : Gemütlichkeit
Conseils parentalité

Ces 8 tâches ménagères que les enfants peuvent faire à la maison (faut rentabiliser !)

4

Pour les meufs qui gèrent