Combien de temps peut-on vivre dans le moment présent ? #62jours

Par  |  | 176 Commentaires

Il paraît qu’un des secrets du bonheur, c’est de vivre dans le moment présent. Mais encore…

Combien de temps peut-on vivre dans le moment présent ? #62jours
Clémence veut mettre à profit cet été pour développer 62 réflexions introspectives, dans le but de devenir sa meilleure alliée… et donc une meilleure version d’elle-même. Rendez-vous tous les jours sur #62jours pour devenir meilleure : un exercice de développement personnel en pratique.

Précédemment dans #62jours : J’ai pris une grande décision : bannir l’adjectif « petit » de mon vocabulaire

Plus j’avance dans mon challenge d’écriture et d’introspection, et plus j’ai parfois l’impression de m’apprendre des évidences. Eh Clémence, pourquoi tu cours contre le temps ? Pourquoi tu doutes de toi-même en permanence ? Pourquoi tu hésites à faire des choix, quand tu t’es battue pour avoir le choix ?

Eh Clémence, tu serais pas plus heureuse, si, au lieu d’être sans arrêt dans la nostalgie d’hier ou dans les promesses de demain, tu vivais davantage dans l’instant présent ?

Tu veux dire que je contribue moi-même à nourrir mes propres frustrations, lorsque je me focalise sur le passé ou l’avenir, au lieu de vivre en pleine conscience dans le moment présent ?

HMMM.

« Le moment présent », ce concept de fortune cookie qui m’agace

Je ne nie pas que certains concepts de développement personnel peuvent parfois sentir très fortement le bullshit. En tout cas, c’est le sentiment que j’ai parfois, lorsque je lis qu’il faut que je remercie des parties de mon corps d’être en bon état, par exemple.

Merci mes jambes, merci mes chevilles, ça fait très conditionnement de secte et très peu développement personnel, à mon avis très humble.

Et pour moi, tous les discours autour du « moment présent » avaient un peu la même saveur. Non mais Captain Obvious, je ne peux pas vivre à un autre moment que le présent, hein, donc je vois pas trop où est la prouesse dans cette manoeuvre.

Sauf que j’avais tout simplement rien compris à ce conseil. Il m’a fallu un mois d’exercices de méditation quotidienne pour percuter que je suis constamment dans le passé ou dans l’avenir.

Tu parles d’une claque…

Le présent, ce moment que je fuis sans arrêt

Je ne sais pas vivre au présent, et c’est bien normal, puisque je m’étais persuadée que « si je m’arrête je tombe », alors je passe mon temps à me projeter dans l’avenir. Je cogite à toutes les choses que j’ai à faire demain, la semaine pro, le mois prochain, dans trois ans, dans dix ans…

Je ne fais pas ça tout le temps bien sûr, ce serait épuisant… Je fais ça presque tout le temps — c’est presque épuisant, du coup. Et le reste du temps, je le passe à me refaire le film déjà passé.

Le soir, je me ressasse le fil de la journée, je passe à la loupe mes erreurs et mes imperfections (je me juge sévèrement, bien sûr…)

Quel est le résultat de cette double manie ? Je ne suis jamais dans le moment présent. Jamais sur « pause », en train d’apprécier ce que je suis en train d’accomplir, en train d’écouter, bref : en train de vivre.

Comment la méditation m’aide à ralentir… et profiter

La méditation a été une vraie révélation, mais ça n’a pas été sans mal. Mes premières tentatives se sont soldées par un échec. Et comme le principe de l’exercice consiste à prendre dix minutes pour s’écouter respirer (je simplifie), je vous laisse imaginer mon niveau d’hyper activité.

Très vite, j’en étais arrivée à me dire que « j’ai pas eu le temps de méditer aujourd’hui. » J’avais pas DIX MINUTES à prendre dans TOUTE ma journée, pour m’assoir avec un casque sur les oreilles, et me concentrer sur ma respiration ? C’était vraiment trop me demander ?

Il paraît qu’au bout de 21 jours, on peut réussir à prendre une habitude. Alors, pendant un mois, je me suis forcée à prendre dix minutes pour m’écouter respirer.

Au début, c’est méga dur. Mes pensées virevoltent dans tous les sens. Mais plus je pratique, et plus mon souffle devient une ancre. Je me sens partir dans un labyrinthe d’idées, quand je me rappelle à ma propre inspiration.

C’est comme ça que j’ai découvert le moment présent.

Le moment présent, celui de l’air que je respire

Voilà près de 40 jours que je médite quotidiennement, on peut dire que l’habitude est prise. Ce n’est plus un exercice, c’est un plaisir. Et surtout, j’arrive à m’ancrer à ma respiration sur commande, pendant la journée.

C’est comme ça que je retrouve le moment présent, lorsque mes pensées m’emmènent trop loin dans les hypothèses d’avenir, ou que des souvenirs m’enfoncent dans la nostalgie.

J’écoute ma respiration, et je me rappelle au présent, à ce que je suis en train de vivre. Je me détache des émotions négatives, que je n’ai aucun intérêt à traîner avec moi. J’embrasse les émotions positives, je les accueille comme une force.

J’ai bien conscience que cette phrase sonne exactement comme le bullshit développement personnel que je critiquais en commençant ce billet. Mais voilà, par la pratique (et un peu de persévérance), j’ai fini par comprendre ce que ces mots voulaient dire.

Voilà quelques semaines maintenant que je cherche à vivre au présent, le plus souvent possible. Et lorsque j’y arrive, il se produit un phénomène magique : le temps ralentit.

Je n’ai toujours pas le pouvoir d’arrêter le temps, mais j’ai celui de m’arrêter moi, quelques instants. Le temps de respirer dans le moment présent.

Valeur : + de 35€
18.90€ + 4€ de livraison

Clemence Bodoc

Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
  • _s-krey_
    _s-krey_, Le 18 février 2018 à 5h41

    Réflexion sur la haine
    C'est marrant :hesite: pour moi la colère est un sentiment incontrôlable alors que la haine est plus latente .Elle permet une réflexion sur le pourquoi de son existence quand la colère n'est analysable qu'une fois libérée. Comme si la colère était de l’énergie en barre et la haine ton entrepôt de stockage.
    Mais enfin soit ça n'empêche rien à l'idée de la haine qui pourrit et qui détruit de l'intérieur.Il faut juste savoir la remettre en question et ne pas l'oublier risquant qu'elle s'insinue en nous.
    Quand je faisais du basket ou quand je m'investissais dans une nouvelle lubie:vieux:,je traduisais mes émotions en rage et ça me donnait l'adrénaline dont j'avais besoin. Je me rend compte que j'ai énormément plus de mal à me gérer maintenant que j'ai arrêtée le sport et que je ne me passionne pour rien. Je n'ai plus rien pour investir le trop-plein.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?