Vivre avec le RSA, ça fait quoi ?

Pondu par Annelise le 8 septembre 2011     

Le RSA, assistance, dernier recours, ou profit ? Qui sont ces gens qui, chaque mois, tentent de vivre avec à peine plus de 400 € ? Annelise a testé pour vous (dans sa vraie vie, pas pour le fun, n’est-ce pas).

De plus en plus, les gens qui vivent du RSA (ex-RMI) sont montrés du doigt. La faute à des tentatives de réforme bien alarmistes, mais plus globalement à une société qui tente tellement d’en finir avec « l’assistanat » qu’elle finit par se mordre la queue.

Vivre avec le RSA dans la vraie vie, ça fait quoi ? Quelques pistes pour vous montrer que les bénéficiaires de cette aide ne sont pas forcément les cloportes que l’on pense.

RSA = gros profiteurs

Cliché numéro 1 de la personne au RSA : quelqu’un qui ne veut rien faire de sa vie et, forcément, profiter du système. À force de l’entendre, tout le monde finit par être bien rôdé : les bénéficiaires du RSA utilisent, pour ne rien faire, l’argent de l’État. Si l’État n’a plus d’argent, c’est forcément de la faute de ces gens-là. Un peu simpliste, comme réflexion ? C’est pourtant celle partagée par bon nombre de citoyens qui travaillent.

Grande nouvelle : toutes les situations sont différentes, et bien souvent, la personne qui vit du RSA n’en est pas spécialement heureuse. Vous imaginez, vous, vivre avec 410€ + des allocations logement (pour une personne célibataire) ? Dans notre société où aucun loyer n’est en dessous du 300€ (dans une petite ville de province, évidemment) et où l’électricité coûte de plus en plus cher, il ne reste à la personne que 250€ pour vivre, maxi.

Rajoutons à ça les frais classiques de nourriture, téléphone et/ou internet (à l’heure actuelle, qui peut réellement s’en passer) ? Quand tout devient un parcours du combattant, y compris avoir droit aux forfaits téléphoniques spécial RSA que propose France Télécom (qui vous répond de manière charmante « pourquoi mettez-vous de l’argent là-dedans ? »), vous avez vite fait de ravaler votre honneur. L’argent dépensé grimpe vite, trop vite quand on doit tout calculer.

Pour vous faire une idée de la chose, sachez qu’un étudiant boursier à échelon 6 (et donc, la plus grosse bourse possible pour vivre), gagnait 466€ + possibilité d’allocation logement pour vivre en 2011. Qui oserait dire que ce sont de gros profiteurs ? Qui pourrait dire vivre « grassement » avec 400 € ?

Les personnes avec des enfants, eux, gagnent logiquement plus. Cependant, même constat : il faut forcément choisir entre un espace de vie assez grand pour les enfants, ou un confort vis-à-vis de la nourriture et autres besoins. Pas de quoi devenir des rois.

RSA = personnes qui ne veulent pas travailler

On pense généralement, à tort, qu’une personne au RSA est une personne qui ne VEUT pas travailler. C’est bien connu, du travail il y en a forcément, et ils feraient mieux d’accepter n’importe quoi plutôt que de vivre comme ça.

Petit problème : de nombreuses personnes se retrouvent dans cette situation alors qu’ils ont travaillé durant de nombreuses années. Il suffit, par exemple, d’un licenciement massif, d’un congé maternité, d’une dépression ou d’un accident du travail. En somme, des trucs qui arrivent tous les jours à beaucoup de gens.

Certains s’en relèvent facilement, d’autres, non. Alors que le marché du travail va très, très vite, certains se noient rapidement dans les diverses demandes d’emploi, et finissent par ne rien trouver.

Petit exemple tout simple : quelqu’un qui a perdu son emploi à 45 ans aura des chances assez minces de retrouver illico du travail et en quelques mois, la boucle est bouclée. Il arrive aussi que des jeunes diplômés tombent dans ce système : personne ne souhaite les engager (pas assez d’emplois dans leur filière ou autre), on leur propose des emplois au rabais et une fois qu’ils en acceptent un, l’ANPE ne leur propose que ça – lire aussi Chômage mon amour. Vite démotivant.

RSA = gros teubés sans diplômes

J’en connais qui, par exemple, ont un diplôme mais pas la force psychologique actuelle pour plaire aux employeurs et trouver quelque chose.
C’est bien connu, pour terminer dans cette situation, il faut bien sûr n’avoir aucun diplôme, n’avoir pas fait d’études ou encore ne pas savoir parler la France.

Bah oui, c’est sûr : gagner ça, c’est prouver qu’on n’a rien su faire de sa vie, et que depuis tout petit, on n’était capable de rien. En gros, le RSA, c’est pour les teubés.

C’est d’ailleurs dans cette optique que l’on peut comprendre la réforme de Wauquiez : les personnes gagnant le RSA devaient, selon lui, s’acquitter de quelques travaux histoire de prouver à l’honnête citoyen qu’ils avaient mérité leur pénitence.

Problème : ces travaux proposés étaient tous des emplois sans qualification, comme agent d’entretien (le nom politiquement correct pour homme ou femme de ménage), agent de cantine… Il arrive que de nombreuses personnes au RSA ont des diplômes, des vrais, mais ne peuvent s’en servir.

Pour exemple, ma mère qui, alors qu’elle est devenue handicapée + atteinte d’une maladie handicapante, n’a jamais plus pu exercer une nouvelle fois son emploi. Quelles solutions pour ces gens-là ? À part le RSA presque aucune.

Le miroir aux alouettes qu’est la Cotorep et les emplois réservés aux handicapés a ses limites : saviez-vous que pour être reconnu travailleur handicapé à un certain pourcentage histoire de pouvoir postuler aux places réservées, il faut en avoir sacrément sous le coude ?

Ce sont des milliers de personnes, « handicapées mais pas trop », qui passent à la trappe, puisque trop handicapée pour bosser normalement, mais pas assez pour pouvoir obtenir un travail spécifique.

De plus, est-ce qu’une personne avec des diplômes, sous prétexte qu’elle ne trouve plus d’emploi, devrait se rabattre sur « n’importe quoi » ? Dans ce cas, que vaut l’emploi d’une personne sans qualification ? Presque rien du tout, car en le faisant on ne vaut guère mieux que les gens au RSA. La boucle est bouclée.

RSA = la grosse honte

Enfin, le cœur du problème : sachez que les personnes au RSA ont, bien souvent, honte.

Honte pourquoi ? Parce que de nombreuses personnes les voient de plus en plus comme des personnes bonnes à rien. C’est ainsi que des propriétaires vous raccrochent au nez quand vous parlez de votre situation, que Pôle Emploi vous prend de toutes façons pour un cas désespéré, que les pharmaciens tirent une tronche de dix kilomètres de long quand vous présentez votre attestation de CMU (une prise en charge à 100% par la sécu pour les gens au RSA) ou que les médecins vous disent qu’il fallait leur expliquer avant de prendre rendez-vous que vous étiez dans une « telle situation » (véridique). Que oui, vous êtes PAUVRE et FAINEANT, et que donc vous ne valez pas grand chose.

Outre une certaine minorité qui décide de manière consciente de ne rien faire de leur vie et d’attendre (n’allez pas croire non plus que ces gens sont particulièrement heureux), que penser de cette majorité qui, à un moment donné de leur vie, ont tout simplement décroché de la société ? Les blâmer ? Les voir en candidats typiques de Confessions Intimes ? Une petite solution toute simple : arrêtons de les voir comme des assistés chroniques. Qui parmi vous pourrait s’épanouir avec moins de la moitié d’un smic ?

Ça vous a plu ? Partagez !

345 BIG UP
 

Cet article a été pondu par Annelise - Tous ses articles

Née de l'union d'un kabuki ardennais et d'une encre à lèvres rouge, Annelise a délaissé son habitation naturelle (un Sephora de province) pour rejoindre madmoiZelle en 2010. Dans la vie, elle aime manger des burritos, tester des produits de beauté et se croire dans un épisode de Gossip Girl.

Plus de Annelise sur le web :

Tous les articles Actu, Actu en France, Moi, moi et moi, On a testé pour vous et aussi Vis ta vie
Les autres papiers parlant de , , , ,

Les 10 dernières réactions à cet article sur le forum

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !

  1. Deutsche G.Deutsche G.

    Le 21 février 2013 à 16:36

    Posté par laeliwo
    Bon je vais me faire incendier mais tant pis.

    C'est pas normal de gagner autant voire plus qu'un travailleur sans rien faire. Notamment les contrats spéciaux RSA qui te donnent un emploi pour 40euros de plus sur ton revenu. Ces contrats fabriquent de la main d'oeuvre à bas coût, à base de gens qui veulent juste bouger de chez eux (c'est pas les 40 euros qui les motivent) et faire quelque chose  Depuis ce type de contrat je ne trouve plus de boulot étudiant.

    Exemple : avant ma mairie embauchait les étudiants de la ville l'été pour divers boulots, ça faisait une première expérience et de l'argent, j'en garde un bon souvenir. Aujourd'hui ils préfèrent embaucher du RSA (moins cher).

    A coté de ça, en dessous de 25 ans sans avoir travaillé deux ans (comme pas mal de jeunes), tu n'as droit à rien du tout. Tu n'existe pas.

    Rajoutons l'absence de contrôle et le freestyle total. Des gens qui en ont besoin et qui se le font couper, aux gens qui travaillent au black et touchent le RSA, abordant Iphone 5 et compagnie.

    Société d'assistanat, oui je le pense. Pour moi l'Etat pacifie une population en la gardant chez elle avec juste ce qu'il faut pour vivre. C'est moins visible comme pauvreté et on peut les stigmatiser. Par contre, toujours autant de sdf, de travailleurs précaires, de mères célibataires à qui on retire tout si elles reprennent des études etc…

    J'ai lu vos commentaires et je comprends votre galère.

    Mais je connais également des assistés professionnels (rsa + black, allocation parent séparés alors qu'ils sont en couple… et se plaignent qu'on veut pas leur donner d'appart HLM plus grand alors qu'ils ont les moyens de se loger dans le privé, 3 TV, 2 PC, 3 iphones 5 et un ipad 2….), pour qui les aides d'Etat détournées  servent à  acheter une niveau de vie qu'ils ne sont pas sensés avoir. Quand je vois ce qu'ils ont, et ce que ma mère qui travaille depuis 20 ans a, ça fout les nerfs. Personne ne contrôle et ça semble être un dû.

    A coté de ça ya des sdfs qui savent même pas qu'ils y ont droit.

    Du coup j'ai un avis mitigé la dessus. J'aime beaucoup l'idée du revenu inconditionnel d'existence et autres alternatives de ce genre, qui n'exclut personne du système et ne permet aucun abus.

    Et faudrait peut-être arrêter de mener à bac+5 des jeunes dans des filières ultras bouchées. Pendant ce temps l'artisanat se fait de plus en plus rare et galère à embaucher.

    Bref, pour moi donner de l'argent c'est pas la solution. Il faut donner un emploi, ou à défaut de la bouffe, un appart, de la santé, l'accès gratuit à l'eau et aux énergies en échange de bénévolat (je pense notamment aux diplômés sans emploi qui pourraient faire de l'aide scolaire par exemple).

    Mais calmer les gens à base de billets qui ne suffisent pas à vivre la tête haute, en les exhibant comme le fléau de la société…. non !

    Je suis d'accord avec toi dans les grandes lignes, et je vais sans doute me faire incendier aussi, mais tant pis.

    Pour reprendre sur l'idée de contrôler davantage, j'ai l'impression qu'en France c'est difficile de le faire sans que toute la catégorie concernée ne se sente (à tort) stigmatisée (il n y a qu'à voir la grogne des syndicats de flics concernant les contrôles d'ebriété/etc. que le gouvernement propose).
    Alors que si les contrôles étaient plus répandus, le regard des gens je pense serait davantage "bienveillant" sur eux qui touchent le RSA qui y ont "réellement droit", parce que je pense que malgré tout, en temps de crise, même les gens qui travaillent savent comment la vie est difficile et incertaine en ce moment.

    Après, il y a quelque chose qui m'a fait tiquer dans l'article et que je retrouve dans certains discours des personnes qui touchent le RSA : quand on leur sort qu'il y a certaines personnes qui en profitent (je ne fais pas une généralité, loin de là, mais on ne peut pas nier que ça existe, on connaît tous au moins une personne qui fait ça) (on se souvient toutes , par exemple, de cet anonyme qui avait invité les journaux chez lui pour démontrer qu'on pouvait vivre chichement mais décemment en n'ayant jamais travaillé de sa vie, si on était un peu habiles et fraudeurs) on nous demande si on croit qu'ils sont *heureux*de faire comme ça, de vivre comme ça.


    Je vois pas bien ce que le bonheur a à voir avec ça. En 2013, le fait de ne pas être heureux n'est pas reservé aux gens qui touchent le RSA, loin de là. Comme si le fait de ne pas être heureux justifiait la fraude.
  2. TattoomeTattoome

    Le 24 février 2013 à 13:23

    Posté par roulie
    Petite info (parce que pas beaucoup le savent): le RSA c'est aussi possible de le toucher quand on a mons de 25 ans. Il faut avoir bossé 2 ans je crois (parce que sinon ça veut dire qu'en vrai tu es entretenu par tes riches parents vu que t'es "jeune" et que tu veux gratter 400 au système). Mais, c'est possible.

    En effet, il existe un truc magique qu'on appelle le RSA jeune… Mais en en général quand t'as bossé assez pour ça tu peux avoir un temps de chômage, donc le RSA tu t'emmerde pas avec en réalité…
    *attention, pavé *


    Spoiler!
    Mais quand t'as pas bossé assez pour le chômage, pour le RSA jeune, que t'as que 21 ans et des ptits contrats par ci par là, et surtout que t'as arrêté, bon gré mal gré tes études ya un an tu passe pour une petite conne qui se croyait plus maligne que les autres.

    Perso jpeux rien toucher comme aide, jsuis en train de galérer pour monter un dossier allocation jeune majeur qu'est même pas sur de passer, ça fait peu de temps que j'ai attaqué une chouette formation mais en attendant je me bats avec mon ancien employeur pour me faire payer mes 20 heures de taf que j'aurai du toucher ya deux mois.

    Alors vu de l'extérieur, pour ma banque, jpasse pour une jeune dépensière irresponsable, jvais finir interdit bancaire, bref une nana immature…
    ça fait trois mois que je vis sans le moindre revenu, je bouffe au resto du coeur, jsuis logée par une association, ce que je porte ressemble plus à des loques que des vêtements, et encore on trouve moyen de me dire que je profite… Désolée, jme contente de survivre, la subtilité existe >.<

    Tout ça pour dire que tant que les gens savent pas les conditions dans lesquelles tu vis ya pas de souci, mais quand tu vis dans une tente, que tu te lave dans un camping, et que la journée tu bosse dans un lidl où tous tes collègues qui arrivent avec leur scénic flambant neuf le matin se plaignent de rien gagner et que toi tu sers les dents pask tu bouffe dans les poubelles du magasin t'as juste les boules (expérience récente d'un ami à moi…).

    Quand t'accueille une pote chez toi alors que t'as pas trop de thune, qu'elle passe son temps à dormir ou ramener ses plans culs pendant que tu passe la journée a essayer de trouver du taf ou à défaut un plan calé pour bouffer, qu'au bout de deux mois t'as plus de quoi payer ton loyer et que tu lui annonce qu'elle a deux semaines pour trouver un endroit où crécher, que tu te fais pourrir et traiter de "salope qui est heureuse de la foutre à la rue" alors que juste tu sera pas mieux lotie et que t'aura plus de chez toi non plus, qu'elle te crache à la gueule en te disant que les 600 boules que tu lui a avancé pendant ces deux mois te peux te les carrer profond, déjà t'as les boules méchant. Quand un an après la seule différence entre toi et un sdf c'est que t'es logée par une assoc dans un appart glacial (mais qu'à côté niveau bouffe ou thune t'es au même point) et que tu apprends que cette garce voleuse, manipulatrice et méprisable a un appart pépère, sors claquer 100€ tous les weekends dans des boites et qu'elle se fout ouvertement de ta gueule en te traitant d'assistée (moi assistée? chérie, ouais des associations m'aident, mais chui pas comme toi à me faire entretenir par les autres et à les laisser comme des merdes quand ils te servent plus à rien), quand tu sais que pour elle tout va bien, tu prends une grande claque dans ta gueule et tu peux pas tourner la page et passer outre parce qu'à cause d'elle t'as tout perdu, sauf peut être ton honneur, et que tout ce que t'as gagné c'est le mépris des gens dans la rue quand tu parle à tes collègues sdf (oooouuuh les vilains drogués qui adorent passer la journée sur un trottoir glacé, ooouuuuh ils croient qu'on va leur donner un sou mais ils ont qu'à travailler ces crados, c'est sur que c'est une ruse et qu'en fait ils ont un appart et touchent des aides ==> déjà entendu, la connerie donne une idée de l'infini.), et des dettes que tu t'efforce d'éponger… (ça c'est ma gueulante - haine perso)

    Ya une énorme différence entre essayer de survivre et de s'en sortir, et être un assisté, mais les seuls à vraiment la voir sont ceux qui sont en pleins dedans à vivre en dessous du seuil de pauvreté (eh oui, le RSA est inférieur au seuil de pauvreté, même les étudiants en BTS qui se plaignent de pas taper plus d'un kebab/semaine touchent mieux => 437€ de bourses + 250 d'apl pour un loyer de 400€, ça te laisse de quoi vivre pourtant quand t'es seul nan? surtout avec papa maman derrière -_-), les préjugés ont la peau dure, mais bon dieu que ça peut faire mal les réflexions des gens mal intentionnés…






    Désolée pour le pavé, le possible hors sujet, mais bon voilà…
  3. FrambydextrieFrambydextrie

    Le 24 février 2013 à 23:10

    Tient tient, c'est bien contradictoire avec l'article d'aujourd'hui ça.

    Dommage.

    http://www.madmoizelle.com/pas-travailler-choix-150404
  4. RoulieRoulie

    Le 24 février 2013 à 23:54

    Posté par tattoome
    Posté par roulie
    Petite info (parce que pas beaucoup le savent): le RSA c'est aussi possible de le toucher quand on a mons de 25 ans. Il faut avoir bossé 2 ans je crois (parce que sinon ça veut dire qu'en vrai tu es entretenu par tes riches parents vu que t'es "jeune" et que tu veux gratter 400 au système). Mais, c'est possible.




    En effet, il existe un truc magique qu'on appelle le RSA jeune… Mais en en général quand t'as bossé assez pour ça tu peux avoir un temps de chômage, donc le RSA tu t'emmerde pas avec en réalité…
    *attention, pavé *
    J'ai posté ça il y a de longs mois, donc je n'ai pas lu tous les messages  - en revanche j'ai lu le tien.

    Je réalise que lorsqu'on n'est pas "connu" sur un forum, et d'autant plus quand il s'agit d'un sujet "chaud" comme celui-ci, les autres ne peuvent pas forcément percevoir que l'on s'exprime avec beaucoup, beaucoup d'ironie. Et je suis navrée si mes propos t'ont blessée puisque je pense exactement la même chose que toi, que j'ai justement bien conscience que pour les "jeunes" (moins de 25 ans, et je t'assure aussi que des portes se ferment dès que tu passes la barre magique des 26, pour le droit aux formations notamment, les contrats de professionnalisation: c'est pas qu'on n'y a pas droit, c'est que les patrnos sont obligés de nous payer 100% du smic alors c'est moins rentable du coup- bref) rien n'est facile, parce qu'on est "censés" être aidés par les parents. Qu'ils le puissent ou non, c'est le problème de personne…

    Quand tu remplis une demande de RSA, tu dois JUSTIFIER de pourquoi tu veux être exemptée de démarches visant à attaquer tes parents pour non-versement de pension. C'est juste fou, et dégradant.
  5. minachkaminachka

    Le 25 février 2013 à 19:25

    @behemot  Bonjour! Si tu emploies le terme "abrutie" dans le sens dénuée d'intelligence, je vais devoir te contredire. Non je ne suis pas abrutie, et m'insulter de la sorte est de ta part très idiot. M'enfin…
    Sinon, si tu me pense abrutie car bourrée de propagande anti-militaire, la encore tu fais fausse route.

    Ce que font les militaires dans leur quotidien, et donc qui fait que je ne suis pas non plus "en dehors de toute réalité" (encore raté, dommage) je le sais grâce à: mon frère, ma belle sœur, deux amis. Même eux trouvent parfois abusé le nombre de manœuvres inutiles (et souvent ultra couteuses quand on touche aux joujoux aériens par exemple) qu'ils font, et 2 d'entre eux ne sont pas en désaccord avec ce terme d'assistés que je leur donne donc.
    Les militaires qui partent au front, je le répète, l'ont choisi, mais en plus représentent combien de pourcentage de la population militaire? Pourquoi est ce que tu t'hérisses le poil si vite, alors que tu fais la même erreur que moi? Je parle de la majorité, toi de la minorité. Tu as finalement l'air toi même ignorante de ce que fait cette majorité militaire, sinon tu n'aurais pas rebondi de la sorte, ou alors tu es de bien mauvaise foi. Mais ce n'est peut être pas à exclure.

    Ensuite, j'ai un scoop! L'humanitaire, au mali, j'en étais! 6 mois il y a deux ans. J'ai vécu, vu et appris beaucoup de choses. Tu serais triste de savoir qu'en dépit de l'enthousiasme malien qu'on nous montre à la télé, la réalité est autre dans ce pays et nombre d'autres.

    La retraite "pas dégueu" du coup elle est à comparer avec un retraité de tout autre métier "basique".
    Ça me fait penser, je connais des blessés, des handicapés et même un mort dans le cadre de son travail mais des blessés ou morts "au combat", non. Être couvreur par exemple est bien plus périlleux, et pas sur qu'ils soient aussi bien lotis.

    Prends une camomille, détends toi et relativise un peu les choses, le monde militaire ne s’arrête pas à ce que font ton papa et ta maman. Je ne suis pas abrutie, ni-anti, ni pro-militarisme contrairement à toi qui est de ces derniers, le débat ne sera donc pas objectif et complètement stérile.

    Oh et puis, finalement, vu que tu ne te gêne pas pour être agressive, je vais quand même te dire des choses qui vont t’énerver mais tu te fera certainement un plaisir à les nier ou à me traiter d'une autre façon.
    Renseigne toi sur les "vaccins" distribués en Afrique, oh les gentils lobbies pharmaceutiques, ils offrent des vaccins! A-do-ra-bles! Tiens mais, ces enfants commencent à perdre la vue, et ceux ci ont des troubles respiratoires! C'est étrange. Des tests à échelle humaine? Ah okééé! Renseignes toi sur la présence militaire sur le sol de nombreux pays qui n'ont rien demandés, qui créé en elle même la tension et qui ose dire ouf heureusement qu'on était la!
  6. ShaïlyShaïly

    Le 25 février 2013 à 22:46

    Posté par AnonymousUser
    je connais quelqu'un qui a un bac +5 et qui touche le RSA car on lui dit "vous êtes trop qualifié pour nous" alors il n'a pas à avoir honte d'être aidé par l'Etat, c'est sensé être son rôle ;)


    Moi aussi. Bac+5 en droit, jamais réussi a trouvé de taf, on lui dit qu'elle est surdiplomée pour des postes d'assistante et manque d'experience malgrès au moins 9 mois de stage pour un vrai poste. Ça donne vachement envie…
  7. HesteHeste

    Le 25 février 2013 à 22:54

    Posté par minachka
    Oh et puis, finalement, vu que tu ne te gêne pas pour être agressive, je vais quand même te dire des choses qui vont t’énerver mais tu te fera certainement un plaisir à les nier ou à me traiter d'une autre façon.
    Renseigne toi sur les "vaccins" distribués en Afrique, oh les gentils lobbies pharmaceutiques, ils offrent des vaccins! A-do-ra-bles! Tiens mais, ces enfants commencent à perdre la vue, et ceux ci ont des troubles respiratoires! C'est étrange. Des tests à échelle humaine? Ah okééé! Renseignes toi sur la présence militaire sur le sol de nombreux pays qui n'ont rien demandés, qui créé en elle même la tension et qui ose dire ouf heureusement qu'on était la!


    C'est juste un chouilla plus compliquée que c'est tous des méchants et des salauds.
  8. Clover-Clover-

    Le 25 février 2013 à 23:41

    Posté par laeliwo
    Je parle d'un exemple concret dans ma famille, sans les aides, à deux ils doivent bien faire dans les 2000/mois au black avec deux enfants. Et c'est pas les seuls. Ya vraiment aucun contrôle, c'est la porte ouverte à toutes les fenêtres.

    Même si ça veut pas dire que toutes les personnes au RSA sont des profiteurs, y'en a des bien comme dirait l'autre, et je préférerait que ces gens là touchent plus parce qu'on aura économisé la fraude avec de vrais contrôles. Il y a beaucoup de fraude en France  notamment à la CMU, mais chut faut pas le dire c'est tabou, tout roule.


    C'est un peu utopique de dire qu'il faudrait contrôler tout le monde et que ça irait mieux après.
    Déjà, il y a déjà des contrôles mais ça prend énormément de temps (imagine le nombre de bénéficiaires du RSA), c'est pas aussi simple de prouver qu'il y a fraude (je pense aux enquêtes pour travail non déclaré par ex où là il faut directement aller sur le terrain) et au final ça coûterait plus que ça en rapporterait.

    On connait tous quelqu'un qui connait quelqu'un qui fraude. Et résumer ce cas qu'on connait à la majorité des bénéficiaires du RSA, c'est un peu trop facile.
  9. minachkaminachka

    Le 26 février 2013 à 10:41

    @behemot  Bien que ce soit marqué dans le contrat, comme tu dis on peut contester ce que ça devient dans les faits, je reste pourtant persuadée que s'engager à l'armée n'est pas synonyme de mettre sa vie en danger (par contre je ne sais pas comment sont choisis ceux qui partent? Ici mes potes n'ont jamais été inquiétés, ne se sont jamais dit il y a un risque pour, c'est bien ce qui me fait camper sur mes positions).
    "l'armée, c'est parfois le dernier recours pour avoir un métier avec possibilité d'évoluer quand on a peu de facilité aux études. Ce n'est peut-être pas "bien", mais c'est comme ça" Je suis contente de te "voir l’écrire" (les recrutements à la japd par exemple font un peu froid dans le dos!), par contre c'est dommage de trouver quelque chose "pas bien" et de l'associer à "c'est comme ça on n'y peut rien" (pour moultes sujets!)

    (non, sérieusement, il y a des risques de tomber d'un toit ?) je pense que c'est ironique, (oui j'ai un doute sur le coup la, gnnn) alors au cas où, c'est le métier qu’exerçait la personne décédée dans son travail que j'évoquais.

    Et pour reprendre en général, je suis désolée si militaire = gros assistés t'a vexé et vexé d'autres mad's mais c'était pour rebondir sur les plaintes de certaines autres, rapport au terme assisté car dans ce cas, oui les militaires sont aussi des assistés vu ce que certains (je précise maintenant, c'est certainement ce qui m'a fait défaut) font, soit pas énormément par rapport à leurs avantages: sans exagération, un des potes joue à la game boy, et fume des bédots à longueur de temps, oui au boulot, et quand ils s'emmerdent ils prétextent un truc à vérifier sur "l'avion" et vont se "promener".. c'est quand même pas glorieux. Et ce qui me fait marrer c'est que lui et ses collègues sont les premiers à fustiger les rmistes/immigrés etc… :facepalm: pour le coup ça mérite bien un smiley. Ma belle sœur elle, travaille "normalement" mais je trouve justement et tout de même qu'elle a trop d'avantages par rapport à un métier équivalent dans le civil.
    Loin de moi de remettre en cause l'intégrité de quiconque en tant que travailleur, mais je note l'abus que certains tirent de leur métier par rapport aux faits.

    Tu as raison, j'ai fait l'amalgame entre utilité et budget militaire et militaires en tant que personnes. J'avoue que j'ai du mal avec ça (utilité/budget) et la différence entre la théorie et les faits attise ma rancœur sur ce sujet. Mais en aucun cas ce n'était pour mettre en cause "l'humanité" de ces gens. Je n'ai d'ailleurs pas dit "ué cé tous des gros cons inutiles fo les virer d'la". Je rebondissais sur le terme "assisté" et sur le fait que quitte à s'en prendre à une catégorie, il faut aussi regarder autour de soi et constater qu'il y en a ailleurs, et pas forcément des moindres.
    Le but n'était alors pas de dénigrer les militaires (en tant que personnes donc) à cause de leur métier, pas plus que pour un véto, un concierge ou un prof. Je trouve quand même qu'il y a énormément d'abus dans plein de corps de métiers, et j'encourage donc les détracteurs des aides sociales à regarder plus loin que leur nez. C'est tout.

    Pour finir,
    "Qui es tu pour" revient très souvent dans tes messages, c'est très rabaissant comme question, je suis un être humain, avec son vécu et ses échanges comme expérience, et c'est par cela que je me permets de faire part de mon point de vue. Je ne savais pas qu'il fallait un statut particulier pour se le permettre. Puis tu m'insultes d'abrutie, ce qui est très déplacé, en vociférant que je n'y connais forcément rien, ce que tu ne peux juger à première vue et qui s'avère en plus n'être pas vrai.
    (@lenjomineuse" C'est juste un chouilla plus compliqué que c'est tous des méchants et des salauds") c'est pareil, cette phrase est bien condescendante, déjà à quel moment ais je dit que c'était tous des méchants et des salauds? Aucun. La encore je m'appuie sur des échanges avec des gens concernés (militaires, autochtones, personnes ayant vécu ou voyagé dans tel ou tel pays). Et en l’occurrence je disais juste que tout n'est pas gentil et désintéressé. Pas l'inverse, nuance non négligeable.
    Pourquoi votre réflexion se borne à "tu n'es pas d'accord donc tu es une abrutie qui n'y connait rien"? C'est très étriqué comme raisonnement. Alors je vous l'annonce, on peut être raisonnablement intelligent et connaitre le sujet et ne pas être d'accord quand même. Ou bien faudrait-il faire partie de tel ou tel groupe pour pouvoir légitimement donner son avis? Faudrait il être homo pour se permettre un avis sur le mariage? Militaire pour avoir un avis sur ce métier? Réalisateur pour juger un film? Etc… On avancerait pas beaucoup.
    Si vous en connaissez plus que moi, je ne suis pas contre votre partage de savoir et d'avis, sauf s'il est teinté de mépris.

    Ceci sera ma dernière réponse puisque ce n'est pas le sujet initial du post et mon intention n'est pas de l'encombrer avec du HS.
    Sans rancœur aucune pour ma part.

    Edit: parce que le lapsus entre détracteur et détraqueur ça fait con quand meme

    Spoiler!
    Avec tout ça j'ai nos amis les ludwig dans la tête, paix amour, liberté et fleurs! :rotate:
  10. TattoomeTattoome

    Le 26 février 2013 à 22:07

    Posté par roulie
    Posté par tattoome
    Posté par roulie
    Petite info (parce que pas beaucoup le savent): le RSA c'est aussi possible de le toucher quand on a mons de 25 ans. Il faut avoir bossé 2 ans je crois (parce que sinon ça veut dire qu'en vrai tu es entretenu par tes riches parents vu que t'es "jeune" et que tu veux gratter 400 au système). Mais, c'est possible.





    En effet, il existe un truc magique qu'on appelle le RSA jeune… Mais en en général quand t'as bossé assez pour ça tu peux avoir un temps de chômage, donc le RSA tu t'emmerde pas avec en réalité…
    *attention, pavé *

    J'ai posté ça il y a de longs mois, donc je n'ai pas lu tous les messages  - en revanche j'ai lu le tien.

    Je réalise que lorsqu'on n'est pas "connu" sur un forum, et d'autant plus quand il s'agit d'un sujet "chaud" comme celui-ci, les autres ne peuvent pas forcément percevoir que l'on s'exprime avec beaucoup, beaucoup d'ironie. Et je suis navrée si mes propos t'ont blessée puisque je pense exactement la même chose que toi, que j'ai justement bien conscience que pour les "jeunes" (moins de 25 ans, et je t'assure aussi que des portes se ferment dès que tu passes la barre magique des 26, pour le droit aux formations notamment, les contrats de professionnalisation: c'est pas qu'on n'y a pas droit, c'est que les patrnos sont obligés de nous payer 100% du smic alors c'est moins rentable du coup- bref) rien n'est facile, parce qu'on est "censés" être aidés par les parents. Qu'ils le puissent ou non, c'est le problème de personne…

    Quand tu remplis une demande de RSA, tu dois JUSTIFIER de pourquoi tu veux être exemptée de démarches visant à attaquer tes parents pour non-versement de pension. C'est juste fou, et dégradant.

    En fait tu étais jusque là là seule parlant du RSA jeune dans les commentaires, c'est pour ça que je t'ai citée, pas parce que je l'aurai mal pris ^^
    Mais comme en plus en ce moment les emmerdes s'accumulent de mon côté, j'ai profité du sujet pour me lâcher un peu et essayer d'évacuer deux minutes, et mauvaise nouvelle on peut tomber encore plus bas que le fond du trou (et c'est là que le chevalier débarque sur son destrier et que jpleure comme une madeleine de savoir que ptèt 11 mois de pure galère vont se résoudre en un instant grâce à une seule personne qui aura fait LE bon truc qui fallait ^^).

    Après on doit toujours se justifier, à plus forte raison quand on est une femme, certes c'est dégueulasse, certes ça craint, et en plus c'est une humiliation supplémentaire et inutile puisqu'en général les gens dans la merde s'autoflagellent sans que Mr X responsable de Y services n'aient à le faire… Le bon côté (si c'en est un?), c'est qu'une femme qui pleure ça fait moins nouille qu'un homme qui pleure (pleurer c'est normal jdis pas, après un mec qui pleure pour beaucoup c'est pas "un bonhomme", une femme qui pleure bah ct'une femme…), donc les rares fois où j'ai craqué pendant les interrogatoires administratifs j'aurai pas pleuré pour rien puisqu'à la différence de mes collègues galéreux mecs, j'ai été relogée…

    mais jparle encore beaucoup en hors sujet là ^^ et donc non, j'avais pas pris la mouche :)

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !