Le jour où la voisine a été tabassée par son copain

Par  |  | 30 Commentaires

Que faire quand une scène de violence conjugale éclate chez ses voisins ? Faut-il appeler la police ? Comment gérer sa peur ? Récit d'une nuit d'angoisse, et de douleur par procuration.

Le jour où la voisine a été tabassée par son copain

Je dors chez mon mec. On est fatigués, il est un peu malade. On a bien mangé, on est au lit. On s’endort doucement. Tout est calme, tout va bien, la pluie tombe sur le toit.

Et puis c’est l’heure. L’heure des cris.

La voisine s’engueule avec son mec quasiment chaque soir, c’est devenu un rituel, l’heure des boules Quies en attendant que ça passe.

Sauf que cette fois c’est différent.

Une scène de violence conjugale chez les voisins

« Sale pute, c’est qui ce mec ? »
« Je vais te violer putain, je te jure que je vais te violer. »

Des coups. Des objets qui volent, heurtent le mur. Un bruit saccadé, dérangeant, le son d’un taser qu’on active.

La violence, comme toujours, me tétanise. Je suis figée dans le lit, j’ai du mal à croire ce que j’entends. Quelque part entre les pleurs et l’engueulade, la voisine tente de se défendre.

Je ne la connais pas, la voisine. Je ne l’ai jamais vue, je n’ai jamais croisé son mec non plus.

C’est une inconnue, mais en cet instant, je ressens pour elle une brutale décharge d’empathie.

Appeler la police en cas de violence conjugale

Mon mec appelle la police. Il n’hésite pas. Il est clair que la situation dégénère, que ce n’est pas une dispute habituelle.

Le standard nous fait patienter. 5 minutes.

C’est long 5 minutes quand les sanglots, quand les coups, quand les menaces, quand les insultes. Parfois, le silence. Le silence est pire, car l’imagination prend le relais.

— Police secours, bonsoir, quelle est votre urgence ?
— Il y a une violente dispute à côté de chez moi. Je pense que ma voisine est en danger. Il y a des bruits de coups, de chocs, le bruit d’un taser je crois.
— Ah oui d’accord, on vous envoie quelqu’un. Donnez-moi l’adresse et le code pour rentrer dans l’immeuble. On arrive vite.

L’attente. Rien ne se calme à côté.

Il veut lui prendre son téléphone, elle proteste. Il tourne en rond comme un lion en cage, sa voix s’approche et s’éloigne, sa litanie de haine, les pleurs, parfois le rire.

Son rire est pire, son rire je le connais, c’est le rire fissuré d’un mec qui pète un plomb. J’espérais ne plus jamais l’entendre.

Au bout de vingt minutes, des coups décidés à la porte. Une fois. Deux fois. Trois fois.

— C’est la police, ouvrez !

Silence total. La petite voix de la voisine : « Ça va, tout va bien, partez », à travers la porte toujours close.

— On nous a appelés, ouvrez. Il faut ouvrir, c’est la police.

Rien ne se passe. J’imagine la scène. L’appartement ravagé. La voisine ravagée aussi, peut-être. Ouvrir la porte, c’est être pris sur le fait.

Le mec de la voisine se met à discuter avec les flics à travers la porte. Bravache, vindicatif.

— J’ouvrirai pas, je m’en fous. Barrez-vous. On dort, on fait rien, allez vous-en.

Les policiers n’en démordent pas, ils veulent entrer, les coups reprennent, ils lui rappellent qu’ils sont en service, qu’ils ont toute la nuit s’il le faut.

Tapie dans le lit, lumière éteinte, contre mon mec. On respire doucement. On écoute très fort.

J’ai peur que le mec apprenne que c’est mon copain qui a appelé les flics. J’ai peur pour lui, et pour la voisine aussi.

Rien n’y fait, le gars refuse d’ouvrir. La police rappelle mon mec, lui demande de sortir parler aux policiers, pour leur expliquer ce qu’il a entendu.

Mon cœur fait un salto. J’ai envie de lui dire « Non, n’y va pas, il va savoir que c’est toi, il va t’entendre ».

Mais je pense à la voisine. Et je ne dis rien. Je ne veux pas que la peur gagne.

Mon copain entrouvre sa porte, présente une pièce d’identité, chuchote ce qu’il a entendu à un policier qui lui répond sur le même ton : bas, et rassurant.

Pendant ce temps, un de ses collègues continue à échanger avec le mec de la voisine à travers la porte. À voix haute et claire.

Je me trouve égoïste, mais j’espère que ça suffira pour que le mec de la voisine n’entende pas que l’appel venait de l’appartement d’à côté.

Mon mec retourne dans le lit. Il tremble un peu, moi aussi. Ses mains sont glacées. Il essaie de me rassurer, mais il a peur aussi, alors on a peur ensemble.

Il me dit qu’il y a 3 policiers, des hommes de la BAC en civil. Qu’ils sont là pour agir, que ça va aller.

Et d’un coup : plus rien.

À lire aussi : J’ai été victime de violences conjugales — Témoignage

La peur qui reste après la violence conjugale

Je crois que les policiers sont partis, le mec de la voisine a refusé d’ouvrir la porte. J’imagine qu’ils ne peuvent pas la défoncer si les deux personnes à l’intérieur disent que ça va.

Plus un bruit, plus un murmure.

J’ai peur, parce que le mec de la voisine est toujours là. J’ai peur qu’il vienne dans la nuit, qu’il nous attende le matin. J’ai peur qu’il se venge.

Mon copain s’endort d’un sommeil agité, peuplé de mauvais rêves. L’épuisement finit par me pousser à l’assoupissement aussi. Je rêve de la voisine.

À lire aussi : Victime de violences conjugales, je refuse de devenir « la femme battue »

Au matin, on y voit un peu plus clair, mais pas beaucoup. On manque de repos tous les deux. L’immeuble reste silencieux.

Mon copain décide de rester chez lui, de ne pas prendre la fuite. Je retarde le moment de partir, et avant d’ouvrir la porte, on regarde par le judas.

Au cas où il serait là, sur le palier, à nous attendre. Avec ses poings, avec son taser, avec sa haine.

Personne. Je me glisse au-dehors, comme une souris, je dévale les étages en rêvant d’être musaraigne, d’être mouche, d’être oiseau, d’être plus petite et moins visible.

J’ouvre la porte de l’immeuble. La rue, comme chaque matin. Pluvieuse, passante, banale.

Devant l’immeuble, un homme téléphone. Il a une veste beige. J’ai cette idée folle : c’est lui, c’est lui, il m’attendait en bas et il va me choper, me demander à quel étage j’habite, si c’est moi qui ai prévenu les flics.

Le mec finit son coup de fil et s’éloigne. Il ne m’a pas jeté un regard. Ce n’est pas lui. Mais tout le reste du trajet, je regarde par-dessus mon épaule. Je me méfie des vestes beige, surtout.

Ça faisait longtemps, si longtemps, que je n’avais pas eu peur d’un homme.

Cette peur, je la connais, ce n’est pas la peur de la douleur, ou de l’agression. C’est la peur d’un homme violent, et même si je ne l’ai pas ressentie depuis des années, je la reconnais immédiatement.

C’est facile de la reconnaître : je n’ai pas peur des femmes en veste beige.

À cette voisine victime de violences conjugales…

C’est le premier matin, je me demande comment va la voisine, si elle s’est réveillée à côté de lui, si elle a seulement dormi. Si elle est blessée, si elle a mis du fond de teint sur ses bleus pour aller bosser.

Si elle va rester, si elle va demander de l’aide, si elle peut seulement s’imaginer lui échapper.

Je ne sais pas ce qui va arriver ensuite. J’ai peur pour la voisine. J’ai peur pour mon copain. J’ai peur à l’idée d’aller chez lui à nouveau.

Il m’a dit de ne plus revenir, qu’il viendrait plutôt chez moi, mais j’ai refusé.

Cette peur ne m’avait pas manqué, et je refuse de la laisser gagner.

J’espère que tu vas bien, la voisine. J’espère que tu arriveras à t’en sortir. J’espère que tu ne seras pas la 221ème femme tuée par son conjoint cette année.

Je ne te connais pas, mais je suis sûre que tu mérites mieux que ça.

Parce que personne ne mérite ça.

À lire aussi : Les jeunes femmes victimes de violences échappent à l’aide des associations

Quelles ressources dans le cas où l’on est témoin de violences conjugales ?

Lorsqu’on est témoin de violences conjugales, le sentiment d’impuissance peut être intense. Que ce soit une voisine inconnue, ou une amie dont la relation devient toxique et violente, que peut-on leur apporter ?

La ressource principale concernant les violences conjugales est d’appeler le numéro 3919 : c’est un numéro d’écoute, gratuit, qui ne laisse pas de traces sur les factures.

Il permet à la fois aux victimes et aux témoins d’être conseillé·es selon leur situation particulière. Leur site est aussi riche en conseils.

Apporter de l’aide, si ça peut être appeler la police lorsque ça dégénère et qu’on craint pour la vie de la personne en question, ça peut aussi être « tendre une perche » dans le cas où tu connais la personne.

Faire sentir que tu es ouvert·e à la discussion, que si elle a besoin d’une oreille attentive, tu es là.

Surtout, ne pas porter de jugements, ne pas donner d’injonctions : cette personne en reçoit potentiellement déjà beaucoup dans le cadre de cette relation abusive, il vaut mieux garder le dialogue ouvert.

D’autant plus que rien n’est simple dans ce genre de situations.

Ça peut passer également par mettre des ressources à disposition de la personne en question, par exemple :

Ces ressources sont des outils à mettre entre toutes les mains, car on peut toutes et tous devenir des témoins, et donc potentiellement des personnes ressources pour les victimes.

Ce ne serait pas étonnant que tu en aies besoin, qu’un·e proche en ait besoin : une femme meurt sous les coups de son conjoint tous les trois jours.

À lire aussi : Alexia Daval est victime de féminicide conjugal, pas d’un « accident »

Valeur : + de 40€
18.90€ + 4€ de livraison

Une madmoiZelle


Tous ses articles

Commentaires
  • Flo0
    Flo0, Le 4 février 2018 à 16h43

    Ca m'est arrivé d'appeler la police deux fois pour ce genre de choses et pour les même voisins. Résidence bien isolée, pourtant, alors j'étais incapable de dire d'où venait le bruit. Je ne connaissais que mes voisins de pallier et ce n'était clairement pas eux. Etage du dessus ou du dessous ? Aucune idée, mais les deux fois il était très tôt le matin, vers 5h la première fois et vers 6h30 la deuxième.
    La première fois c'est mon instinct de préservation qui m'a réveillée je crois. Quelque chose dans l'ambiance, dans le ton des voix que je discernais à peine. Je vivais seule, vraiment très seule, pas de petit ami, mes amis et ma famille à plusieurs centaines de kilomètres, personne dans le coin pour me conseiller éventuellement, donc je ne savais pas quoi faire. J'avais peur d'appeler la police "pour rien" et d'être fichée comme le garçon qui crie "Au loup !" Et puis j'ai entendu ses sanglots à elle et ses "laisse-moi partir", ses tentatives de déverrouiller la porte d'entrée et les claquements de porte en réponse, quand il tournait à nouveau les clés dans la serrure. Alors j'ai appelé, parce que ça paraissait tellement logique, en fait.
    J'habitais dans une sorte de grosse résidence-labyrinthe avec des bâtiments et des petits chemins partout alors les flics m'ont rappelée pour passer le portail et puis encore une fois en bas du bâtiment où je suis descendue (en pyjama) pour leur ouvrir. Les bruits s'étaient tus, ils m'ont demandé où c'était, je ne savais pas précisément. Ils ont dit qu'ils allaient attendre dans l'escalier pour voir. Je suis rentrée chez moi, je n'ai plus entendu un bruit, même pas les policiers partir.

    La deuxième fois, je dormais dans mon salon parce que j'avais laissé ma chambre à un couple d'amis, j'étais plus près de la porte d'entrée, j'ai entendu avec plus de force. Mon réveil devait sonner trente minutes plus tard, je suppose que mon sommeil était plus léger aussi. Mais une fois encore ça se disputait plutôt violemment. L'isolation étant ce qu'elle était, je ne distinguais ni les mots ni les coups si coups il y avait. Je suis allée réveiller mes amis pour partager les impressions avec eux, être sûre que j'étais pas "parano". Au bout de cinq minutes, ça ne se calmait pas, loin de là. Encore une fois j'ai entendu les bruits de cette foutue porte qui s'ouvre et qui se ferme et je me sentie claustrophobe, alors j'ai décidé d'appeler les flics, encore une fois.
    Il y a encore eu quelques bruits sourds, quelques bruits de porte, puis j'ai vu le mec descendre à travers le judas. Arrivé au milieu de l'escalier entre mon étage et celui du dessous, il a secoué la tête et fait demi-tour, remontant les marches quatre à quatre. Je me suis demandé ce qui lui passait par la tête. Il avait oublié de donner une dernière baffe à sa copine pour la route ? Une dernière insulte ? C'était quoi le but ?
    Finalement du coup, il était là quand la police est arrivée. Cette fois, je ne leur ai ouvert que le portail de la résidence. Je crois que plusieurs voisins avaient appelé, parce qu'ils ont pu entrer dans le bâtiment et mon voisin de pallier était dehors pour leur indiquer l'étage quand ils sont montés.
    Ils ont frappé à la porte, on dit "bonjour, c'est la police, on nous a dit qu'il y avait une dispute", le mec a ouvert quelques secondes plus tard en répondant "oui, entrez, je vous en prie" en toute décontraction avec dans la voix la politesse du type qui n'a rien à se reprocher. Je ne sais pas ce qui s'est passé après, je n'ai jamais réentendu de disputes, mais je me suis toujours demandé si cette fille avait réussi à partir.

    Quelques mois plus tard à peine, ma cousine passait la nuit aux urgences, son mari en garde à vue pendant que ses trois enfants étaient gardés par mon oncle. Après l'hôpital, elle a dû rentrer chez elle, seule, en taxi et pieds nus, parce que quand la police et l'ambulance arrivent chez toi et t'emmènent, ils te disent pas que tu vas devoir rentrer en plein milieu de la nuit par tes propres moyens et que quand ton mec te balance une chaise à la gueule, tu penses pas forcément au retour.
    Après cette nuit mouvementée, elle a du emmener les enfants à l'école, et aller au boulot. Et puis il est revenu de sa garde à vue parce que lol. Elle a appelé l'école des enfants pour aller les chercher plus tôt pendant que lui bossait. Son père l'a accompagnée à la maison pour qu'elle puisse prendre les vêtements des enfants et deux-trois affaires pendant que sa mère allait chercher les gosses (7, 5 et 2) à l'école et chez la nounou et ils se sont retrouvés dans un centre de secours.
    La suite est une autre histoire (pas franchement rigolote mais moins dramatique qu'elle aurait pu l'être), mais bref. Depuis cette histoire, je me dis que même si j'ai le plus infime doute, j'appellerai les flics. Tant pis si je passe pour une folle qui crie "Au loup!"

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?