« Le viol, c’est lol » : la vidéo qui fout la haine et son mea culpa (màj)

Ganesh2, un youtubeur de l'« humour », a tenté de faire des blagues sur le viol. C'est scandaleusement raté.

« Le viol, c’est lol » : la vidéo qui fout la haine et son mea culpa (màj)

Màj, le 4 septembre 2013 – Depuis la publication de l’article, Ganesh2 a choisi de supprimer sa vidéo. Pour expliquer son geste, il a mis en ligne une seconde vidéo où il fait preuve de beaucoup d’honnêteté : oui, au début, il a pensé que les gens qui critiquaient Le viol c’est lol n’avait rien compris à ses vannes. Mais après, il a fini par se remettre en question…

Et c’est quand même vachement bien de sa part d’avouer, finalement, son erreur : celle d’avoir traité un sujet qu’il ne connaissait que trop peu sur un ton mal choisi. À la fin de ce mea culpa, il écrit :

« Peut-être qu’un jour, pas trop éloigné j’espère, en tirerai-je des enseignements qui me permettront de réaliser un sketch sur ce sujet vraiment drôle, certes, mais sans ambiguité envers les victimes de viol. »

C’est tout ce qu’on lui souhaite, et ça fait plaisir de voir qu’il ne rechigne pas trop à avouer avoir eu tort.

Le 3 septembre 2013 – Le podcasteur « humoristique » Ganesh2 a décidé de s’attaquer à un sujet pour le moins sensible — et il aurait dû éviter. Ce sujet ? Le viol. Ni plus ni moins. Une vidéo intitulée, histoire de bien foutre la rage, Le viol, c’est (…) lol.

Ces six très longues minutes risquent fort bien de relancer l’éternel débat du « on ne peut pas rire de tout dans cette société qui sent le savon ». C’est d’ailleurs le thème principal de la mise au point de Ganesh2 sur sa vidéo : le fait que les nouveaux youtubers choisissent de déconner sur des sujets totalement aseptisés, et qu’un jour, « un mec […] fera un one-man show uniquement basé sur sa brosse à dents ».

Se présentant comme un lanceur de tendances d’humour noir qui va à contre-courant de la supposée frilosité d’autrui : « On est toujours le modèle de quelqu’un. Toujours. Ce qui fait que si l’on se limite, cette limitation sera prise en compte DÈS LE DÉBUT par ceux qui se lanceront aussi », explique-t-il pour justifier les propos qu’il tient dans son dernier podcast. Ganesh2, grand guide de l’humour. Heureusement qu’il est là.

Personnellement, à la question « peut-on rire de tout ? », je réponds oui sans hésiter. Mais il y a une façon de le faire. S’agirait de voir à pas déconner.

Faire preuve d’imprécision sur un tel sujet, c’est risquer de faire penser qu’on rigole pas tant que ça et qu’il y a un peu de vrai là-dessous. Et j’espère que c’est le cas. J’espère que Ganesh2 a mal su se faire comprendre. Sinon, je propose qu’on lui coupe les fils de sa box.

Pire, on ne peut pas faire de l’humour noir en se basant sur des informations totalement fausses. J’ose croire qu’il faut un minimum connaître son sujet avant de se lancer sur un tel thème pour provoquer et faire dans l’humour faussement irrévérencieux, mais clairement pas assez pointilleux. Bordel, un peu de professionnalisme, on fait pas dans l’humour comme on boit une canette.

Alors oui, je vais être premier degré. Oui, je m’apprête à répéter des trucs qu’on ne cesse de dire sur madmoiZelle. Mais profitons en pour revenir point par point sur tous les éléments de cette vidéo plus creuse que mon entre-deux seins.

http://www.youtube.com/watch?v=WaLzedL8vhw

« Le viol c’est comme le redressement fiscal : quand ça nous tombe dessus, on s’y attend pas, et en plus on l’a quand même un peu cherché. »

Commencer une vidéo en faisant une grosse vanne bien grasse et pleine de slut-shaming, c’est du jamais vu : heureusement que Ganesh2 est là pour nous montrer le chemin de la vanne irrévérencieuse et terriblement novatrice.

Justifier un tel acte que le viol, même sous couvert d’humour, en pointant du doigt les jupes et shorts trop courts ou je ne sais quelle sorte de lingerie, bon sang, c’est tellement novateur. C’est pas comme si on voyait la même boutade à gros sabots quotidiennement sur Internet — et même plusieurs fois par jour.

Parce que, non, même si je me trimballe presqu’à poil dans la rue, ce n’est pas une incitation au viol. Même si je suis à poil devant un mec, je ne suis pas obligée d’avoir un rapport. Tant que l’un des partenaires dit non, avant ou pendant l’acte, il ne doit pas y avoir de rapport sexuel. Sinon, c’est un viol.

Bravo : j’applaudis. Rappelons que le slut-shaming, on peut l’éviter facilement dès qu’on en connaît les tenants et aboutissants. Et justement, on a un article dessus. La vie est bien faite.

« Tu n’es qu’un connard sexiste. »

Pour illustrer cette insulte, Ganesh2 utilise une photo de Mar_Lard, féministe tellement fan des jeux vidéo qu’elle a fait son métier. Et aussi qu’elle a fait un dossier sur le sexisme dans la communauté geek. Un travail remarquable et vraiment éclairant sur le sujet.

Utiliser son image pour la présenter comme une féministe qui se contente d’insulter les personnes qui ne sont pas d’accord avec elle, c’est bas et petit. Personnellement, j’en ai à peu près rien à foutre de voir un mec régler ses comptes avec une personne avec qui il s’est pris la tête. On n’est pas là pour ça.

En revanche, clore cette séquence sur « on n’aura pas d’argument valable » en insinuant qu’elle ne sait pas défendre ses opinions, c’est quand même la seule bonne vanne de la vidéo. Enfin, je veux dire, y a qu’à comparer les différents points du très complet dossier sur le sexisme chez les geeks de l’une à la vidéo ambiance gaudriole sur le viol qui reprend les mêmes blagues que tout le monde de l’autre pour le comprendre. Non ?

Le « violeur à poil »

On passe notre temps à rappeler que les agresseurs ne sont pas aussi repérables que certain-e-s voudraient bien (nous le faire) croire, et Ganesh2 nous ressort le bon vieux cliché du violeur à poil, en marge de la société, avec un accent chelou et des problèmes de diction — après nous avoir fait le coup du blédard. Comme le Tumblr Je connais un violeur dont on vous parlait hier nous le rappelle, il n’y a pas de profil-type.

Les statistiques sont formelles. Selon Amnesty International :

  • 90% des violeurs ne présentent aucune pathologie mentale.
  • Dans 80% des cas, la victime et l’agresseur se connaissent au moment des faits.

Alors le cliché du pervers qui ne peut pas contrôler ses pulsions parce qu’il n’a pas de repère, franchement, c’est lassant.

« Le mec qui fait ça, il part à la case prison, directement. »

Juste après une scène où il campe un agresseur qui compare un viol à un message sur le répondeur et n’assume pas (ou se voile la face sur) la portée de cette agression, Ganesh2 reprend la parole avec une voix plus traditionnelle pour lancer cette phrase.

Eh ? Non. « Le mec qui fait ça [ne] part [pas] directement à la case prison ». Pas forcément, en tout cas. Le nombre de femmes qui ne portent pas plainte après un viol est estimé à 90%.

Pourquoi ? Parce qu’elles n’osent pas, parce qu’elles connaissent leur agresseur, que c’est un mari, ou un ami. Parce que la procédure est longue et qu’on peut, en plus, tomber sur des professionnels de la police peu enclins à faire confiance à la victime. Parce qu’elles n’ont plus de preuve, ou qu’elles ont décidé de franchir le pas trop tard. Parce qu’elles ont peur des représailles…

Toutes ces raisons, qu’on ne peut et qu’on ne doit pas juger, on a pu les lire l’année dernière à travers le hashtag Je n’ai pas porté plainte. Et s’il n’y a pas plainte ? Eh bah y a pas de prison. Voilà.

Et même quand on porte plainte, malgré tous ces obstacles, toutes ces peurs, le coupable ne passe toujours pas forcément par la case prison. En témoignent l’article J’ai été victime de viol, et les conseils d’un policier en cas de dépôt de plainte pour viol ou agression sexuelle.

« Mais y a une chose qu’est sûre et certaine. Dans un viol, c’est souvent la parole de la personne violée contre la personne du violeur. Et ça joue quand même vachement en défaveur du mec quand la meuf elle est dans cet état-là. » + plan sur Ganesh2 qui joue à la femme bouleversée.

Excusez en effet les victimes d’être un peu déboussolées après un viol. Et s’il implique en rigolant que les femmes en rajoutent pour déposer plainte, je me contenterai de vomir ma ratatouille. Cordialement.

Le point Camille Touchard

Souhaitant « prouver » que certaines mentent en racontant qu’elles ont été violées, Ganesh2 fait référence à Camille Touchard, cette adolescente qui a annoncé vouloir se suicider dans une vidéo postée sur YouTube, expliquant avoir subi une agression sexuelle avant de se rétracter.

Bien joué, bingo : déconner sur la fragilité d’une fille de 14 ans qui s’en est déjà pris plein la tronche, c’est vraiment fin (parce que, qu’elle ait été violée ou pas, on ne peut pas nier une souffrance évidente). Encore une fois, heureusement que certains essaient de faire bouger les frontières de l’humour.

Merci Ganesh2 pour cette prise de risques incroyable en taclant une personne qui a été considérée comme l’ennemie numéro 1 d’Internet pendant plusieurs longues journées.

Heureusement, d’autres personnes nous redonnent foi en l’humanité : sur la page Facebook de Ganesh, Adrien Ménielle, aussi connu sous le pseudonyme d’a__k, a ainsi répondu à l’auteur de la vidéo. Plus limpide que ce commentaire, je vois pas :

En conclusion : si c’était pour faire un truc aussi médiocre, ç’aurait été pas trop mal que Ganesh choisisse un sujet qu’il est un peu sûr de maîtriser. Du genre la brosse à dents, quoi.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 83 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Titelilie
    Titelilie, Le 17 novembre 2013 à 0h53

    Bonjour/bonsoir,

    Je ne sais pas où il fallait que j'en parle mais comme le message est totalement opposé à cette vidéo j'estime que le mettre là est logique.

    Je suis actuellement en train de regarder une vidéo et le youtuber dit tous ce que les madz disent contre le viol (pas la faute de la victime et autre)

    Et je pense que c'est quelque chose à noter parce que son message est à mon sens bénéfique et qu'il pense même à donner un numéro.

    La vidéo est un point culture sur la peur, il parle de cela à partir environ de 12'33 en parlant de la peur du sexe et de sa possible cause le viol.

    On parle beaucoup de ceux qui approuvent sans le vouloir de la culture du viol, mais il mérite tout autant d'être connu au moins pour cette vidéo.

Lire l'intégralité des 83 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)