J’ai testé pour vous : faire un gros doigt à l’obésité

Par  |  | 72 Commentaires

Cette madmoiZelle a décidé de se réapproprier son corps et sa santé. Elle raconte comment, pendant des années, elle est parvenue à perdre du poids et atteindre son objectif. Témoignage.

Lutter contre la maladie de l'obésité

L’obésité est une pathologie sérieuse, pas un choix. Et pourtant, on continue de stigmatiser les personnes qui souffrent d’obésité et subissent des agressions, insultes et remarques grossophobes.

Le 18 mai 2018, c’est journée européenne de lutte contre l’obésité. Cela permet de mettre en lumière cette maladie. On a voulu partager cet article, à l’occasion.

Cela fait bientôt trois ans et demi que je suis stable et prise d’un élan de confiance, j’avais envie de poser ça quelque part.

Je me lance.

En janvier 2013, pour mes 20 ans, j’avoisinais les 120 kilos.

Deux fois le poids moyen d’une nana de cet âge. Deux heures de révisions : une plaque de chocolat. Tartine de Nutella à la pause de dix heures et des portions généreuses à chaque repas.

Autant dire que je ne faisais rien pour arranger ma condition, mort pour mort, on va pas se prendre la tête. J’étais un beau bébé comme on dit, mais surtout, pas si loin que ça de la catégorie obésité morbide.

Ouais, la génétique pourrie de ma famille et mes gros os, tu connais la chanson, j’avais de bonnes raisons.

Je venais de commencer un diplôme en biologie : la première chose qu’on t’apprends quand tu te lances là-dedans, c’est que ton corps aime la stabilité.

L’homéostasie, de son petit nom, c’est ce qui fait que ta glycémie est stable, que ton sang ne devient pas acide ou encore que… ton gras t’aime et qu’il veut rester. En fait, le deal avec la biologie, c’est aussi qu’on te file une blouse derrière laquelle tu peux te planquer.

J’ai passé mon enfance à être « la grosse ». Ça a commencé en maternelle, je me suis souvent battue à cause de ça et j’ai manqué de me faire renvoyer plusieurs fois de l’école (et de mon dojo également).

Au collège, j’ai même dû repayer un jean à un mec, car je lui avais placé un doux harai-goshi après qu’il m’ait insultée.

Illustration

Le coup de grâce, pour en revenir à la blouse, c’était l’humiliation publique lors de mon premier cours de microbiologie.

Le prof a appelé l’assistante de labo devant toute ma promo en lui disant :

« ouais, je t’envoie une élève pour une blouse.

Non la taille 2 c’est pas bon, elle est… ouais enfin, tu verras ».

J’ai pleuré. Puis j’ai passé deux ans à me venger et à faire en sorte de le pourrir de questions à chaque cours pour le mettre en galère. Ce qui explique ma passion pour la microbio aujourd’hui.

Et puis… le déclic

Avril 2013. Ça m’est tombé dessus sans prévenir. J’ai traversé une période d’examens scolaires intense, j’étais stressée et je mangeais peu.

Rentrée chez mes parents après cette fameuse période, j’ai bloqué devant le miroir en sortant de la douche : je semblais avoir minci. « Impossible dude, monte sur la balance et tu verras que tu te fais des idées », me soufflait une petite voix dans ma tête.

SURPRISE MOTHERFUCKER : j’avais perdu 6 kilos. Révélation ma grande : tu peux maigrir. 

Six kilos de perdus, sans même s’en inquiéter, ça veut dire que je peux faire mieux. Du coup je suis partie bille en tête, sans objectif.

C’est un peu ma façon de fonctionner en général : je ne sais pas où je vais mais j’y vais, puis advienne que pourra !

Ça a été un gros déclic, arrivé de nulle part. J’ai choisi de perdre tranquillement, sans me rendre malade.

Noël 2013 : 20 kilos perdus. Octobre 2014, j’en avais perdu 25 de plus et j’ ai reçu mon diplôme de fin d’études.

45 kilos laissés derrière moi, soit presqu’un tiers de mon ancien poids.

Et tu sais quoi ? Je pouvais alors mettre une blouse taille 2, ET OUAIS.

Pendant l’amaigrissement, du changement, partout

J’ai mené mon « régime » seule. Pas de médecins, pas de suivi. Des amis pour unique soutien. J’ai débuté en réduisant mes portions, en arrêtant de grignoter.

« Ouais, normal quoi ». Je t’ai entendu. Mais non, ce n’est pas si simple. Je suis une adepte de la nourriture doudou, comme beaucoup de gens qui se battent avec leur poids.

Je mangeais quand je n’avais pas le moral, quand j’étais stressée, quand j’étais inquiète. Tout le temps, en fait.

Mon premier combat, ça a été de corriger cette relation à la nourriture, d’analyser mon comportement alimentaire, d’analyser le contenu de mon assiette.

Je connaissais quelques bases en nutrition (merci maman de m’avoir jetée chez une diététicienne quand j’étais plus jeune) et je me suis efforcée de maintenir une certaine rigueur.

J’ai dépoussiéré mon vélo et ressorti mes chaussures de sport : j’étais la grosse qui courait le soir, quand personne ne pouvait la voir, décédant après 2 minutes de course.

J’observais mon corps changer, c’était mon expérience à moi.

À lire aussi : J’ai testé pour vous… me remettre au sport

Soyons honnêtes : j’ai continué ma vie étudiante, avec plus de restrictions sur la bouffe, mais jamais sur l’alcool. (Foie, si tu m’entends, je suis navrée.)

Le palier, cet enfoiré !

Sauf qu’au bout d’un moment, la perte de poids s’arrête. C’est le palier. Ça rend dingue et ça te donne envie de tout arrêter.

Tu cherches où tu te trompes, mais tu ne trouves pas et c’est normal. Pour comprendre et réagir, j’ai commencé à m’intéresser de près à la nutrition.

Le corps a percuté que tu veux le faire changer et il n’aime pas cette idée, alors il réduit ses besoins. Par conséquent, tu dois le choquer et lui faire comprendre que c’est toi qui décides.

Vient le moment d’intégrer les cheat meals, très connus en musculation. Le principe est simple : sur un repas, augmenter la ration calorique, notamment en glucides afin de relancer le métabolisme et la synthèse de leptine.

À partir de ce moment, j’ai intégré un cheat meal par semaine, et je le fais toujours. Paradoxalement, ça limite la stagnation et permet souvent d’éclater un palier.

Au second palier, j’ai compris qu’il était temps de profondément revoir mon alimentation.

J’ai encore appris de nombreuses choses sur la nutrition et j’ai tenté de me rapprocher de la diète cétogène.

L’état de cétose, c’est ce qui est recherché dans les régimes low carbs, type Dukan, Atkins, etc. Ils ont tous un nom différent, plus ou moins fancy, mais visent la cétose.

À lire aussi : Top 5 des régimes les plus cons

Concrètement, on limite fortement les apports glucidiques, pour privilégier les protéines et les lipides. Privé de glucides, énergie la plus facilement exploitable, le corps va puiser dans les graisses.

C’est dur, c’est monotone, c’est fade, mais ça marche. Après, c’est quelque chose que je déconseille, les répercussions sur la santé sont tout de même là avec le recul.

J’ai terminé ma perte de poids sur cette note protéinée, avant de reprendre une alimentation plutôt axée sur IIFYM, ou « diète flexible », aujourd’hui encore.

L’étape de la chirurgie abdominale

Perte de poids : check.

Avoir mon diplôme et trouver un CDI : check.

Reprendre le sport sérieusement : check.

Nutrition optimale : check.

Je pensais avoir tout donné, mais il restait un problème majeur : la peau.

Quand tu gonfles un ballon de baudruche, pendant un ou deux jours, il est beau, rond, tendu. Puis il se dégonfle et devient tout flasque.

Concrètement, la peau du ventre, c’est la même histoire. Au bout d’un an de stabilité et avec un énorme coup de pied au cul d’une amie, j’ai décidé de me rapprocher d’un chirurgien plasticien.

L’angoisse d’être jugée était omniprésente. J’y suis allée sur conseil de ma généraliste qui voyait bien mon mal être. Se dire « tout ça pour finir dans cet état » était insupportable, et il était temps d’agir.

J’ai vu un premier chirurgien, adorable, qui m’a expliqué la démarche à suivre dans mon cas et m’a orienté vers un chirurgien plus jeune, plus habile dans la chirurgie qui était nécessaire dans mon cas.

Le chirurgien a su me mettre en confiance avant même que j’entre dans son bureau. Il a observé mon ventre, a parfaitement saisi mes attentes.

Concrètement, si tu respectes certaines conditions de type tablier abdominal, perte de poids massive à fortiori post-chirurgie bariatrique, la sécurité sociale peut aider à la prise en charge (et c’est complètement idiot, car si tu as perdu sans aide chirurgicale tu as moins de chances d’être pris en charge).

C’est le moment précis où j’ai compris la différence entre la chirurgie réparatrice et chirurgie plastique. C’est passé juste, j’ai appelé mon père en larmes et en plein milieu de la rue pour dire que mon dossier était accepté et que j’allais retrouver un corps sensiblement « normal. »

En octobre 2015, il fallait attendre février 2016 pour l’intervention. J’étais impatiente mais terrifiée.

Début février, passage sur le billard. Abdominoplastie circulaire, soit environ 3h de boucherie au bloc, le concept est simple : on taille une entrecôte de 20 cm tout autour de ta taille, puis on recoud le haut et le bas. À la poubelle la peau en rab.

Il m’a fallu 6 semaines pour m’en remettre.

Et après…?

Aujourd’hui j’en suis là : je pèse toujours 75 kilos pour 1,76m, j’ai toujours pour ambition d’en perdre encore un peu pour enfin voir mes abdos, mais dans l’absolu, je m’en moque.

J’ai une cicatrice presque blanche qui fait le tour de ma taille et qui va fêter ses deux ans. Je m’en amuse beaucoup : elle ne se voit pas en sous-vêtements, mais je fais parfois croire au gens que je me suis fait couper en deux. Leur tête est toujours magique.


lol, je déconne

J’ai énormément gagné en confiance en moi, plaqué mon boulot et j’ai repris une licence pro pour devenir commerciale, car je n’ai plus envie de me planquer sous ma blouse et je n’ai plus trop peur d’aller au contact.

J’énerve ma tutrice de par ma timidité, mais j’avance !

Le regard des gens change. Il est plus gentil et tolérant, ce qui est énervant avec du recul. Ce qui surprend, c’est également les gens qui ne me reconnaissent pas.

Le rapport au corps est quelque chose en mouvement perpétuel : j’ai traversé des phases de boulimie, voulant maigrir à tout prix mais me lâchant à force de restrictions.

À lire aussi : J’ai testé pour vous : avoir des troubles du comportement alimentaire

C’est difficile d’apprivoiser un nouveau corps : tu sais qu’il est à toi, mais ça ne s’imprime pas.

Trois ans plus tard, je galère toujours avec les fringues car avec le sport, ma morphologie continue de bouger.

Quand j’essaye une chemise je rentre dans la cabine avec trois tailles différentes car je ne conçois pas ma taille.

Je pense que les vendeuses me détestent en fait. Quand je plie mes vêtements, je me demande comment ça se fait que je rentre dedans : passer d’un XXL à un S/M, c’est bizarre. Mais c’est cool.

J’ai découvert le maillot de bain en 2016 lors de la descente de l’Ardèche avec des amies. Double victoire : vivre 48h en maillot de bain et faire 32 km de canoë !

À lire aussi : L’été où j’ai appris à aimer mon corps

Je me dis que si j’ai pu le faire, connaissant mon amour pour la bouffe et mes capacités de procrastination, ça doit être à la portée de bien d’autres personnes. Il faut seulement commencer par se poser et comprendre pourquoi ça n’a pas marché jusqu’à maintenant.

Et c’est sans doute parce qu’on veut aller trop vite, selon mon expérience.

Pour aller plus loin : ressources sur le poids

Le rapport avec son corps et son alimentation est propre à chacun et chacune. Si cette madmoiZelle a suivi ce parcours, il n’est pas dit que le résultat soit identique pour quelqu’un d’autre.

Le métabolisme, le mental, l’expérience et d’innombrables facteurs entrent en ligne de compte.

Si tu souhaites perdre ou prendre du poids, changer ton régime alimentaire pour des raisons de santé ou de bien-être personnel, tu peux aller chercher conseil auprès de spécialistes de la santé, de la nutrition, du sport.

Ça peut être la personne responsable de l’infirmerie de ton établissement scolaire, la médecine du travail, mais aussi ton ou ta généraliste, ou encore un·e nutritionniste, par exemple.

Il existe aussi des associations comme Endat qui peut apporter aide et soutien aux personnes atteintes de troubles alimentaires dont l’obésité.

Quoiqu’il en soit, ton apparence ne détermine pas ta valeur, et le regard des autres encore moins.

Sur le même sujet : Lettre ouverte à mon corps que j’ai décidé d’aimer

À lire aussi : Témoignage : je suis grosse

Valeur : + de 35€
18.90€ + 4€ de livraison

Une madmoiZelle


Tous ses articles

Commentaires
  • Calli
    Calli, Le 20 mai 2018 à 13h17

    Par rapport aux diététiciennes/nutritionnistes : il faut vraiment trouver la personne qui vous correspond. J'ai eu trois expériences dans ma vie, deux supers qui m'ont permis d'un peu maigrir ou de stabiliser mon poids. C'était des diététiciennes anti-régimes, qui préconisaient simplement de réapprivoiser sa sensation de faim et de réfléchir aux émotions qui conduisent à manger trop. Mon autre expérience était auprès d'une diététicienne qui m'a fait un plan me privant de plein de choses, me poussant à compter mes calories... Ce qui ne me correspondait pas du tout, n'aurait jamais marché sur le long terme, et ne m'a pas du tout aidée à sortir de ma boulimie vu que c'était ultra culpabilisant (car impossible à tenir, genre manger du fromage blanc sans sucre en cas de faim à 16h, la blague, au bout de une semaine j'ai retrouvé mes Princes choco) Heureusement que j'ai fui !

    Sinon petite pensée du jour, je suis heureuse pour toi, @La_Tartine, que tu aies atteint tes objectifs. Mais qu'est-ce que j'aimerais qu'on me félicite autant d'avoir arrêté de vouloir maigrir que toi d'avoir réussi à maigrir... J'ai perdu deux fois du poids dans ma vie, dont une quand j'ai fait une dépression, et c'est limite si on sortait pas le champagne. Maintenant que j'ai arrêté de vouloir maigrir, les personnes à qui j'en parle passent leur temps à vouloir me convaincre. Cette diététicienne qui voulait me priver de tout, elle reste dans la tête de mes parents, qui pensent qu'elle avait raison et que faut pas chercher midi à quatorze heures, pour maigrir faut simplement moins manger.

    Enfin voilà, c'est un sujet qui me turlupine, et de toute façon les commentaires prouvent combien ce sujet est sensible. La pression de maigrir, elle est difficile à gérer.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?