Une députée souhaite notifier les photos retouchées dans les pubs

Après « FUMER TUE », « MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LEGUMES PAR JOUR », Valérie Boyer souhaite ajouter une nouvelle notice d’avertissement dans les publicités :  « Photographie retouchée afin de modifier l’apparence corporelle d’une personne » – cf le texte de loi dans son intégralité. La députée explique sa démarche sur 20minutes.fr, dénonçant une « apologie de la maigreur […]

Une députée souhaite notifier les photos retouchées dans les pubs

Après « FUMER TUE », « MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LEGUMES PAR JOUR », Valérie Boyer souhaite ajouter une nouvelle notice d’avertissement dans les publicités :  « Photographie retouchée afin de modifier l’apparence corporelle d’une personne » – cf le texte de loi dans son intégralité. La députée explique sa démarche sur 20minutes.fr, dénonçant une « apologie de la maigreur et de l’extrême jeunesse » et « deux mondes parallèles: l’image standardisée, uniforme, et la réalité ».

Chez madmoiZelle.com, on est convaincus que ce sont nous, les médias, qui feront bouger les mentalités – et pas les publicitaires, qui suivent les tendances sociétales. Donc, très régulièrement, on aime à pointer du doigt les petites mais sûres évolutions au sein des médias : du Beth Ditto en couverture par-ci, de la mannequin avec un ventrou par-là, ou encore des mannequins qui prennent la parole.

On peut donc se demander quel est l’intêret de légiférer sur le sujet alors que petit à petit, les plaques tectoniques bougent d’elles-mêmes ? « Les gens le savent peut-être mais on les prend justement pour des idiots en ne les informant pas. Puis tout le monde ne fait pas la part des choses. » répond la députée UMP. Mouais. Pas convaincu. Nos lectrices non plus, qui sont pourtant suffisamment informées pour faire la part des choses : les nombreuses discussions autour du sujet sur nos forums montrent bien que, si elles ne sont pas dupes, elles ne seraient pas pour autant prêtes à acheter une crème de visage montrant une nana avec une vraie peau, des vraies rides et ridules, des vrais boutons…

De plus, la démarche législative reste timorée, puisque l’article de loi ne concerne pas, par exemple, les photos de mode, beauté, les couvertures de magazines et le cinéma et la vidéo. Ce qui n’empêchera donc pas les studios de rendre Eva Longoria encore plus bonne que la plus bonne de tes copines.

Les fumeurs s’arrêtent-ils de cloper parce que leur paquet arbore un magnifique « Fumer rend tes gamètes bien moins efficaces » ? Apparemment, le message est moyennement efficace : 21% seulement estiment que cela peut les pousser à fumer moins et 18% à arrêter complètement… Pas sûr qu’une notice sur une pub soit la solution pour aider les filles à mieux aimer leur corps.

De notre côté, plutôt que d’interdire, on informe, on incite à faire tourner cet article, cette news, celle-ci ou bien encore cette pub de Dove (aura-t-elle droit à une notice, elle aussi ?)

Est-ce une bonne chose ? Les messages à caractère préventifs, tu aimes ? Est-ce qu’une vraie avancée, ça ne serait pas des messages préventifs qu’on nous collerait sur le front ? « Queutard invertébré », « JF originellement poilue épilée au laser », « Mycose inside » ou bien « La langue de bois tue la politique » scotchés sur nos élus ? Est-ce que tout ça, c’est la faute à Photoshop ? Es-tu pour ou contre les rides et les ridules apparentes sur les pubs ?

Pour aller plus loin :
Le point de vue de Navie
– « Pour une police de l’apparence », sur le blog du chercheur André Gunthert

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 17 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • KittyKiller
    KittyKiller, Le 7 octobre 2009 à 12h05

    Donc en gros, c'est un cercle vicieux, puisque si les filles représentées sont toujours plus minces c'est parce que c'est le critère de beauté en vigueur, et ce critère de beauté est entretenu par sa médiatisation. Mais pourtant les canons changent, même à court terme (les gros seins des années 90, les fesses à la Beyoncé des années 2000). Alors, que se produit-il? D'où vient le glissement? Inconscient collectif? Mais c'est un peu facile de toujours tout lui coller sur le dos. Quand commence le changement? J'ai l'impression que ça fonctionne un peu comme en matière de de mode (pas uniquement vestimentaire): l'excès entraîne l'exaspération, donc le rejet progressif, car ce qui avait une valeur devient vulgaire. On ne peut pourtant pas parler de mode du corps humain, puisque celui là existe indépendamment des décisions humaines, on décide de ne plus fabriquer de leggings (allez, on y croit!) mais on ne décide pas de ne plus fabriquer de filles à gros seins ou fesses basses. Mode de la médiatisation, en revanche, oui. Médiatisation impliquant idéal de projection. Idéal de projection impliquant incarnation de valeurs qu'on souhaite s'approprier. Ces valeurs sont peut-être inconscientes, déterminées par les changements de nos sociétés. Mais si l'idéal de projection naît des valeurs, il devient idéal à part entière, indépendant de ce qu'il incarne, dès lors qu'il est fortement médiatisé et associé à des attributs positifs. Il devient un symbole vide de sens, un but aveugle. Dénué de sens, c'est peut-être là qu'il chancelle.

    Quoi qu'il en soit, je pense qu'il y a une certaine mesure à conserver. Ce serait intéressant (ça a peut-être déjà été fait) de mener des études sur l'impact de publicités avec des photos plus ou moins retouchées. Je ne parle pas bien sûr de cheveux gras ou de dents pourries, signes de mauvaise santé en aucun cas désirables, mais simplement d'une structure du visage naturelle, de couleur d'yeux pas hyper saturée, de choses comme ça. En ce qui concerne les corps représentés, je ne suis pas objective car je suis en plein dans cette problématique de représentation corporelle. C'est sûr que dans une pub pour une crème amincissante, si la fille est plus maigre que moi, je vais me dire "il faut que je sois comme elle, cette crème peut m'aider", alors que si la fille est juste mince, je vais me dire "je suis déjà aussi mince qu'elle, à quoi ça va me servir?". Mais je sais que dans certains pays, notamment anglo-saxons, les filles dans les publicités sont plus grosses qu'ici; une copine a vécu deux ans en Ecosse, en arrivant là-bas ça l'a un peu choquée (dans le sens surprise), "euh, elle est pas un peu grosse là?", elles ont du bide et des joues et tout; en rentrant en France, gros choc dans le sens inverse. Et pourtant ça fonctionne bien, la pub, là bas. Après, c'est sûr que ce n'est pas en appliquant trait pour trait des modèles importés qu'on arrivera à quelque chose, loin de là, et je ne sais même pas si c'est là que se situe le débat.

    En tout cas c'est intéressant d'avoir l'avis de quelqu'un qui travaille dans le milieu!

Lire l'intégralité des 17 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)