Live now
Live now
Masquer
parlement européen dililif
Politique

Finalement, l’Union européenne renonce à une définition commune du mot « viol »

Après plusieurs mois de discussion, une première directive pour une meilleure lutte contre les violences sexistes et sexuelles va être adoptée par les députés européens. Celle-ci, sans la définition du mot « viol », fondée sur l’absence de consentement, à cause du blocage de plusieurs pays, dont la France.

Après des mois de débats, l’Union européenne n’a finalement pas réussi à se mettre d’accord. Ce mardi 6 février, elle adopte une première directive sur les violences sexistes et sexuelles. Celle-ci souhaite harmoniser les réponses pénales quant aux mutilations génitales, le mariage forcé, la divulgation de vidéos intimes ou encore le harcèlement en ligne infligé au femmes et aux jeunes filles. Mais la question du viol s’est avérée bien plus clivante.

Pas de notion de « consentement » dans la définition commune

Car une définition commune devait être adoptée inscrivant la notion de consentement. Il aurait suffit que la victime « n’ait pas consenti à l’acte sexuel » pour que le « crime de viol » soit « caractérisé », selon le texte initial. Une directive souhaitée par le Parlement européen, mais aussi l’Espagne, la Belgique ou encore la Suède. Mais de nombreux pays s’y sont opposés, tels que l’Allemagne, la Hongrie, ou encore la France – Emmanuel Macron en prime – estimant que l’UE n’a pas de compétence en la matière.

Emmanuel Macron, qui a fait de la lutte contre les violences faites aux femmes une « grande cause » de son premier quinquennat, avait par ailleurs été plusieurs fois interpellé par des élus – même Renaissance – afin qu’il renonce à ce blocage. En vain.

À lire aussi : La France refuse que la Commission européenne inscrive le consentement dans la définition du viol

Par conséquent, après des mois de négociations, cette directive a finalement été abandonnée. Le Parlement européen, qui soutenait cette démarche, « a préféré adopter une demi-loi pour agir au plus vite pour les femmes victimes d’autres violences », a déclaré auprès de nos confrères du Monde l’eurodéputée centriste Nathalie Colin-Oesterlé.

Pour l’eurodéputée suédoise Evin Incir, aussi négociatrice « cette directive sera un pas en avant, même si ce ne sera pas le pas de géant que nous, du côté du Parlement et des groupes progressistes, aurions voulu voir », a-t-elle déclaré à l’Agence France Presse.


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

3
Avatar de Neverland90
6 février 2024 à 17h02
Neverland90
Sans surprise....
2
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Politique

Jill Stein // Source : Canva
Politique

Jill Stein : « On voit apparaître un vote de rébellion, soyez prêts ! »

Réforme des retraites // Source : © Sénat - Palais du Luxembourg
Politique

Droit à l’avortement : le Sénat approuve la constitutionnalisation de l’IVG

2
Source : Canva
Politique

Nikki Haley : « Le premier parti à mettre à la retraite son candidat de 80 ans gagnera cette élection »

Source : Canva
Politique

Marianne Williamson : « Vous ne savez pas ce qu’est la misogynie avant d’avoir été candidate à la présidentielle ! » 

Source : © EC
Société

13 membres de la CIIVISE 1 demandent à Sarah El Haïry de pouvoir reprendre leur travail

1
Source : Aurore Bergé ) Capture d'écran Télématin
Politique

Après le départ de ses dirigeants, la CIIVISE « va continuer », assure Aurore Bergé

La ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra sur le plateau de RTL // Source : Capture d'écran Youtube
Politique

Remaniement : ce qu’il faut retenir du nouveau gouvernement

Assemblée Nationale // Source : Wikimedia
Politique

Violences contre les élus : une proposition de loi propose de durcir les peines des agresseurs

3
Source : Capture vidéo
Politique

Jeunesse, santé, éducation… Les principales annonces à retenir du discours de Gabriel Attal

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-01-30T111750.280
Politique

Sans pression, 3 députés RN posent devant une pancarte insultant Sandrine Rousseau et Marine Tondelier

5

La société s'écrit au féminin