UCPA en plongée : J’ai testé pour vous… l’école de plongée de Niolon

Par  |  | 15 Commentaires

À Niolon, il y a un centre UCPA de plongée, qui propose des stages d'exploration et de formation aux différents niveaux de plongée. Clémence Bodoc y est allée buller plusieurs semaines pour ses vacances.

UCPA en plongée : J’ai testé pour vous… l’école de plongée de Niolon

Mise à jour du 18 août 2018 — C’est la deuxième fois que je reviens à l’école de plongée de Niolon depuis la publication initiale de cet article en août 2014. J’en profite pour mettre à jour cet avis sur les conditions de séjour et de plongée au centre UCPA de Niolon !

Article initialement publié le 23 août 2014 — Résumé des épisodes précédents : subjuguée par son baptême de plongée, Clémence Bodoc a rempilé pour une semaine d’exploration, à l’école de plongée UCPA de Niolon. (Oui, je parle de moi à la troisième personne. C’est pour l’emphase dramatique).

Niolon est une calanque située au nord-ouest de Marseille, très facilement accessible en transports en commun, puisqu’un TER partant de la gare Saint-Charles s’y arrête plusieurs fois par jour.

Je dis bien « arrêt » de TER et non « gare », car à la descente, on se retrouve sur un surplomb face à la mer, apparemment sans issue. C’est bien, on est déjà dans l’ambiance. Il faut attendre que le TER reparte pour pouvoir traverser la voie et rejoindre le hameau situé au creux de la calanque.

Le centre UCPA se situe dans le fort, à quelques minutes à pieds. C’était à l’origine un centre de formation militaire maintenant reconverti en école de formation loisir, et certains vestiges de ce temps révolu trahissent encore ce passé spartiate.

Photo de la page Facebook du centre de Niolon.

Comme on peut le voir sur cette photo, il n’y a pas de plage ; d’ailleurs il n’y a pas grand-chose dans la calanque. Un bar, quelques restaurants, c’est tout. J’avais très peur de descendre sur la côte en août, et de mourir étouffée par la foule des vacanciers. À Niolon, question foule, ça va. On est plutôt tranquille.

UCPA Plongée : entre blockhaus et troglodytes

Le style architectural de certaines habitations est pour le moins original : quatre blockhaus jalonnant la falaise ont été aménagés en appartements. Le reste du village est composé de petits blocs abritant des chambres de 2, 3 ou 4 lits, parfois équipées de douches.

Le centre UCPA de plongée est extrêmement compact, relativement bien abrité du mistral, ce qui est un avantage notoire. Le village a des airs d’habitations troglodytes nichées sur une falaise, un peu façon Star Wars. Et la vue depuis les terrasses du bar et des quatre blockhaus a tout d’une carte postale.

Vue depuis la terrasse du bar. Y a pire. 

Oui, dans ce centre UCPA de plongée, le confort est spartiate, mais les aménagements sont pragmatiques. Je m’explique.

Les sanitaires (WC et douches) sont collectives.

  • Avantage : on évite de transformer sa micro-chambre en bain de vapeur tous les soirs après la plongée.
  • Inconvénient : il faut parfois traverser la moitié du village pour rejoindre une douche.
  • Inconvénient de taille : quand il pleut des cordes un matin à 8 heures et que tu as une furieuse envie d’utiliser les toilettes, tu pèses le pour et le contre. Vraiment. (C’est du vécu).

Les sanitaires (WC et douches) sont mixtes.

  • Avantage : la circulation est fluide (il n’y a pas « embouteillage chez les filles » pendant que les douches des mecs se libèrent rapidement).
  • Inconvénient : …je n’en vois aucun, personnellement.

Ah, les colonies de vacances de ma jeunesse… Et l’UCPA !

UCPA : l’école de plongée

Plusieurs centres UCPA proposent de la plongée, certains sont uniquement focalisés sur cette activité : c’était le cas de Niolon, qui a depuis développé d’autres programmes. On peut y découvrir et se perfectionner en apnée, opter pour des stages mêlant apnée et yoga, ou plongée et yoga.

Mais la star du centre, ce sont bien sûr les stages de formation aux niveaux de plongée : il est possible de suivre des formations permettant d’accéder aux niveaux 1 à 4. Car la plongée est une activité rigoureusement réglementée et encadrée.

Hors de question de vous emmener à 40 mètres de profondeur si vous n’avez pas officiellement validé les acquis techniques et théoriques nécessaires – même si vous avez des centaines de plongée à votre actif.

C’est la loi.

Du coup, l’ambiance du centre est à mi-chemin entre la colonie de vacances et le stage militaire. Les « petits niveaux » et les stagiaires qui ne font que de l’exploration (ne valident pas d’examens) sont véritablement en vacances, tandis que les prétendant·es aux niveaux 2 et 3 suent un peu plus.

Mention spéciale à cet aspirant niveau 4, le seul à préparer une semaine d’examens théoriques et physiques lorsque j’étais moi-même en exploration niveau 1, c’est-à-dire : en vacances, lol.

Quand tu débarques à l’apéro un demi à la main, après deux plongées loisirs de trente minutes chacune, lui a fait deux plongées techniques, une heure de nage physique et un cours théorique dans la même journée. Forcément, il trinque à l’eau. Spéciale dédicace à Baptiste, si tu me lis : respect ! Et courage pour la deuxième semaine…

Plongée à l’UCPA : Allier l’utile à l’agréable

Personnellement, j’étais inscrite en stage « multiplongées » : pas de cours théoriques, pas d’exercices techniques, mais une semaine intégrale d’exploration de la calanque.

Je venais de passer mon premier niveau en piscine, il était trop tôt pour entamer la préparation du niveau suivant. En une semaine et neuf plongées, je visais surtout à accumuler un peu d’expérience.

Tous les soirs — à l’heure de l’apéro, heureuse coïncidence — le ou la monitrice débriefe avec vous les deux plongées de la journée. Quelles ont été vos erreurs, comment les corriger… Mine de rien, ces réunions quotidiennes m’ont permis d’améliorer considérablement ma stabilité et mon comportement sous l’eau.

Même sans avoir choisi un programme de formation, on bénéficie tout de même de l’expertise et des conseils des moniteurs. C’est pour cette raison que j’affectionne particulièrement la pratique du sport avec l’UCPA : quelle que soit l’activité que vous choisissez, l’encadrement vous permet de progresser ET de prendre du plaisir, et Niolon ne fait pas exception à cette règle, malgré sa réputation d’école un peu militaire.

UCPA plongée : Ambiance détente & rigolade

Mais ce n’est pas parce que la moitié des stagiaires bûche sérieusement en journée que les soirées sont mornes et studieuses. Loin de là ! Chaque soir, une animation débute à partir de 21 heures.

Programme en 2014 : Mes coups de coeur de la semaine vont à la soirée « diaporama » du lundi. Sur le papier, un diaporama sur la faune sous-marine ne sonne pas très sexy, et pourtant, pourtant, tout est dans la manière.

Je n’en dis pas plus, mais sachez que j’ai rarement ri autant en regardant des photos d’anémones et de poissons. Et mine de rien, dès le lendemain, si j’avais oublié les noms des bestioles, je les reconnaissais depuis leurs photos.

La meilleure soirée restera haut-la-main le spectacle du mardi soir, où tout le staff UCPA nous a offert une représentation de sketchs que je résumerai ainsi : un spectacle qui inclut son propre bêtisier ! Franchement, c’est plutôt original comme concept.

Le lendemain soir, c’était au tour des stagiaires de prendre la scène, sur le thème « l’UCPA a un incroyable talent ». Je pourrais vous en raconter de belles sur cette soirée, mais vous savez quoi ? Ce qu’il se passe à l’UCPA reste à l’UCPA. N’insistez pas.

Mise à jour 2018 : le programme des animations n’est plus le même, mais on ne s’ennuie pas pour autant !

Le show des moniteurs est devenu cette année une session d’épreuves au cours desquelles les stagiaires s’affrontent par équipe. Mon équipe est arrivée dernière à ce tournoi « NIO LANTA » (et oui, le générique de Koh Lanta a mis l’ambiance pendant toute la durée des jeux !)

UCPA Plongée : verdict ? Je reviendrai !

Avant Niolon, j’étais retournée une semaine en découverte/exploration plongée à Hyères, avec uniquement un baptême à mon actif. C’est à la suite de ce premier contact que j’ai eu l’envie d’améliorer ma stabilité dans l’eau, et d’acquérir une meilleure maîtrise de mes mouvements.

À lire aussi : J’ai testé pour vous… un week end multi-activités nautiques avec l’UCPA !

Et pour y arriver, l’UCPA plongée de Niolon s’est avéré être un excellent choix : passer une semaine sur un centre de plongeurs en formation, c’est l’assurance de trouver tout autour de soi des plongeurs, des plongeurs, et encore des plongeurs.

Je reviens de cette semaine de vacances plus expérimentée, la tête pleine de souvenirs glanés pendant mes explorations, mais également des récits des voyages de tous les stagiaires que j’ai côtoyés.

Et surtout, je reviens zen, plus zen que jamais. Il faut dire que neuf plongées en une semaine, ça calme, surtout quand on n’a pas l’habitude. Une des conséquences du fait de respirer de l’air comprimé en immersion est la saturation des organes en azote. Résultat : on est un peu dans le gaz le soir, et ce n’est pas qu’une métaphore.

Corollaire de cet effet de saturation : personnellement, j’ai rarement aussi bien dormi en dépit du confort un peu spartiate sus-mentionné.

Nature, soleil, sport, détente et fun : si ce ne sont pas des vacances parfaites, je ne sais pas ce qu’il vous faut.

Moi ça va. J’suis bien. 

Bonus : Life hacks de l’UCPA plongée de Niolon

Les inconvénients mineurs engendrés par la rusticité des habitations peuvent être aisément résolus. Amie plongeuse, si tu te tâtes à venir passer une semaine à Niolon, voici en exclusivité mes life hacks de la semaine !

Prévoir un paréo : les cabines de douche rivalisent avec celles d’un mobile-home de camping question taille. Elles sont équipé d’un crochet un peu protégé du jet, et d’une micro-tablette sur laquelle je te déconseille de poser des vêtements secs.

  • Solution : quitter sa chambre en paréo, serviette et gel douche sous le bras.
  • Conseil : limiter les crèmes et produits de soin à utiliser sous la douche, rapport à la taille des cabines. Un gel-douche-corps-visage-shampoing, c’est quand même plus pratique en une seule bouteille qu’en quatre.

Prévoir un k-way /un poncho de pluie : rapport à l’averse diluvienne qui peut survenir en milieu de nuit, ou tôt le matin. Ou juste quand t’as envie d’aller aux toilettes, et qu’il faut donc sortir de ta chambre, marcher quelques dizaines de mètres…

Oui, c’est du vécu. Intérieurement, j’en pleure encore.

Prévoir deux cadenas : un pour ton casier dans les vestiaires de plongée, un pour l’armoire de ta chambre (pas obligatoire, mais plus pratique).

Prévoir un scoubidou : ou tout autre petit bijou/signe distinctif permettant d’identifier ta combinaison sur le séchoir. Ne te dis pas « je la mets tous les jours sur le 3ème cintre rouge en partant de la fin ». Toi tu t’en souviendras peut-être, mais les 28 personnes qui viendront retirer leur combinaison avant toi l’ignorent, et si ta combinaison est déplacée ou prise par erreur, bon courage pour la retrouver.

Prévoir des vêtements chauds : on est en août, au bord de la Méditerranée, mais quand le mistral se lève, l’air se refroidit très vite. Ça vaut pour la terrasse du bar, mais également pour les sorties en bateau.

Même lorsque le soleil tape sur le quai d’embarquement, emporter un vêtement chaud et sec pour le trajet, surtout en sortie de plongée, SURTOUT quand l’eau est à 15-17°C, ce n’est vraiment pas de trop. Et oui, même en été, en cas de mistral, l’eau est FROIDE et ça surprend !

Je ne saurais que trop recommander d’emporter sur le bateau une bouteille d’eau, ainsi qu’un bonnet, un buff ou juste un tissu de type foulard / serviette / paréo pouvant servir à protéger ses oreilles. Vous remontez d’une plongée, un bon réflexe à adopter est :

Verser un bouchon d’eau claire au fond de chaque oreille pour les rincer
Sécher avec un linge propre
Protéger ses oreilles du vent pendant la navigation.

Vous me remercierez dans les commentaires quand vos oreilles passeront toute la semaine ! 👌

Life hacks végéta*ien : je suis peut-être tombée une mauvaise semaine, mais j’ai eu un mal fou à manger végane car beaucoup de salades et de plats étaient déjà composés, avec viandes/poissons/produits laitiers (là où d’autres centres proposaient vraiment un bar à salades en entrée, à composer soi-même).

Mise à jour 2018 : UN BUFFET VÉGÉTARIEN !!! La meilleure nouvelle de mon nouveau séjour au centre UCPA de Niolon, c’est la découverte de la cantine, entièrement rénovée, et qui comprend désormais une partie « buffet végétarien ».

Et par rapport à mon observation en 2014 : le buffet des salades est « à composer soi-même », les ingrédients et les assaisonnements sont présentés séparément.

Je suis passée de « je galère à trouver un ou deux plats sans produits animaux », à : qu’est-ce que je vais choisir ce midi ?! TELLEMENT DE CHOIX ! Il y a peut-être eu un ou deux repas pendant la semaine où les choix végétaliens ne me permettaient pas d’équilibrer mon repas : y avait de la purée au buffet chaud comme féculent, mais il y avait des avocats, des lentilles et de la semoule au buffet froid, donc de quoi me composer une assiette avec ce qu’il faut de gras et de protéines.

Le manque de diversité dans les choix VG était LE point négatif de mon premier passage sur le centre UCPA de Niolon, mais 4 ans plus tard, je suis ra-vie de cette amélioration.

Ceci étant dit, si vous êtes VG strict et/ou que vous avez vos préférences, il n’y a pas de tofu-seitan-tempeh et ce type de simili-carnés aux buffets.

Les conseils de compensation ci-dessous restent valables si vous êtes un VG « qui substitue »

  • Life hack VG : un pot de 500g de beurre de cacahuète tient une semaine et compense l’apport calorique et protéique nécessaire. Complétez avec des barres de céréales et des fruits secs pour les petits creux.

Les spacebar de Wheaty permettent d’épicer un peu un plat de légumes, ou un sandwich de fortune !

L’accessoire indispensable : le pisse-debout. Pour vous mesdames, sachez qu’en retour de plongée, avoir envie d’uriner, c’est tout à fait normal. Et comme en plus on a perdu beaucoup d’eau pendant la plongée, on a besoin de boire. Ne risquez pas la déshydratation, buvez (de l’eau), et n’hésitez pas à utiliser le pisse-debout, plutôt que de re-descendre dans l’eau à 15-17°C en maillot de bain.

À lire aussi : Le pisse-debout, ou comment uriner partout quand on n’a pas de pénis

Et voilà ! Vous êtes fin prêt·es à explorer la calanque, et améliorer votre technique ! Niolon vous attend, de mi-mars à octobre.

– Plus d’informations sur les séjours proposés à Niolon sur le catalogue et la page Facebook de Niolon.

Plus de sport et loisirs sur madmoiZelle :

Clemence Bodoc

Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
  • Maachu
    Maachu, Le 21 août 2018 à 18h04

    @Ylang-ylang Merci beaucoup pour ta réponse super claire! Je ne savais pas que les formations n'étaient pas tout à fait les mêmes. Je vais réfléchir à tout ça mais c'est sûr que je vais me lancer :)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!