Twee, la tendance Bisounours venue des USA

Twee vient de la contraction du mot « sweet » et désigne un nouvelle tendance de société venue des US. Au menu : gentillesse, confiture maison et Zooey Deschanel.

Twee, la tendance Bisounours venue des USA

La vie réelle, le journal du 20h, la crise économique et les haters sur Internet… Parfois, on fatigue. Vient alors la tentation twee, ou plus précisément : la tendance twee. La tendance twee est la nouvelle révolution culturelle aux US, qui dépasse le hipster. Le twee véhicule des valeurs gentilles et réconfortantes. Un monde de douceur entre photos Instagram et cupcakes sur Pinterest.

So twee, crédit photo : Karrie Nodalo 

Le twee, d’où ça vient ?

La twee-pop naît à la fin des années 80 avec la compilation cassette C86 produite par le magazine anglais NME.

Si sortir une cassette de compilation correspondait à l’époque à l’esthétique punk, C86 regroupait des artistes indépendants qui reprenaient les codes du rock voire du punk de façon délibérement sweet, douce et évaporée, pour un résultat parfois proche de la pop.

Jaquette de la fameuse cassette C86

Cette fameuse cassette suscite la controverse dans les milieux musicaux : tandis que certains reconnaissent son influence dans le développement de la musique indépendante, d’autres considèrent qu’elle l’a au contraire desservie :

« (The NME) laid the foundations for the desolate wastelands of what we came to know by that vile term Indie. What more reason do you need to hate it ? » Alastair Fitchett, rédacteur du magazine de musique en ligne Tangents.

« NME a mené à la fondation de cette vaste terre désolée que nous avons coutume de nommer par l’odieux terme « d’indie ». De quelle autre raison avons nous besoin pour la détester ? ».

Le terme est repris en 2009 par le critique de cinéma indépendant Alonso Duralde dans son article Do you see what I twee ? How precious dans le magazine Today pour fustiger ces films indépendant jouant d’une esthétique rétro faussement épurée mais en réalité calibrée par les réalisateurs pour dégager une impression de douce authenticité.

« The director and his or her army of stylists and artists make each individual decision, knowing that all of these details will add up to say something about the people in the movie.

In the land of twee, directors and those stylists are doing exactly the same thing, but you’re not supposed to notice. »

« [Dans les autres films] le réalisateur et son armée de stylistes et d’artistes prennent chaque décision individuelle, sachant que tous ces détails apporteront quelque chose de plus à propos des personnages du film.

Dans la contrée des films twee, le réalisateur et les stylistes font exactement la même chose, à ceci près que ce n’est pas sensé se voir.».

Si Alonso Duralde reconnaît que les films Juno, Little Miss Sunshine et ceux de Wes Anderson, qui participent de cette esthétique twee, sont bons, il dénonce la paresse des réalisateurs qui, utilisant le twee pour développer facilement une esthétique indépendante et populaire, n’en sont pas moins tout aussi hypocrite que leurs collègues hollywoodiens.

La symétrie des films de Wes Anderson rend peu cohérente la critique de la fausse simplicité. 

Qu’est ce qu’une personne twee ?

Vous l’avez compris le twee n’est pas en odeur de sainteté dans les milieux indépendants qui l’ont vu naître. En effet le terme a majoritairement été utilisé de façon péjorative pour dénoncer une esthétique caricaturale. Ce qui n’a pas empêché le terme de se développer pour finir par devenir un mot valise, un peu fourre tout, servant à décrire non plus les oeuvres d’art twee mais les gens twee.

Et si critiquer l’esthétique d’un film est le travail de tout bon critique de cinéma, critiquer un mode de vie est un exercice délicat où les journalistes se prennent régulièrement les pieds dans le tapis en jouant aux apprentis sociologues.

C’est The Atlantic qui ouvre le feu avec son article, The Twee Revolution par James Parker :

 « In his mind, at least, he’s off the grid. »
« Dans son esprit, au moins, il est hors-système. »

Comprenez que dans les faits, pas tellement. Ce qui dérange James Parker c’est bien cette volonté de paraître hors système par des choix… de consommation. 

Alors quel portrait ces caricaturistes font-ils du twee ?

Un bon twee est un adulescent, pas spécialement beau mais toujours mignon sans avoir l’air de faire d’efforts, fondamentalement insouciant. Adeptes des couleurs, vives ou pastels, les femmes portent de longues robes qui volent-au-vent-quand-on-tourne et les hommes ont les joues douces, bien loin des grosses barbes façon hipster. Ici aucune ironie, aucun intellectualisme ou prétention à la branchitude, il faut être doux et lisse.

Les valeurs clefs ? La gentillesse et le partage, les grandes tablées maisons et la vie à la campagne.

Dans la bibliothèque du twee ? De livres romantiques dans de vieilles éditions et les CD du groupe totem Belle and Sebastian, un groupe de rock sucré, entre deux albums, ou mieux, cassettes, indie :

Évidemment, près du lecteur DVD, on retrouve toute une collection de feel good movies, ces films remplis de beaux sentiments mais sans passion dévastatrice mettant en avant la vie de personnes simples tentant d’être heureuses comme dans (500) jours ensemble, déjà cité dans notre liste de films d’amour qui rendent heureux, Garden State, les films de Wes Anderson, Little Miss Sunshine… pour ne citer que les plus connus.

Volontiers rétro, le twee refuse le cynisme contemporain et préfère définitivement voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide.

Que reproche-t-on aux twee ?

Mais si être twee consiste simplement a être gentil, rétro et un insouciant, quel est le problème ? Si le terme twee naît à la base dans le monde de la culture indépendante, de façon relativement condescendante, on peine à voir en quoi avoir une personnalité twee serait problématique…

En fait le sous-entendu est le même que dans les critiques cinémas : il s’agirait d’une authenticité feintePour s’amuser à être aussi léger, il faut FORCÉMENT être immature, inconscient des réalités et incapable d’encaisser les frustrations de ce monde abrupt.

Ces hommes et femmes, blancs et aisés pour la majorité, n’ont donc aucun mérite à prétendre à un retour à des valeurs simples et chaleureuses ? C’est que le twee à l’échelle plus large de la société resterait relativement égocentrique : là où le Hippie tentait de changer la société, le twee se referme sur son cercle amicalo-familial.

Le mouvement twee serait même sexiste par essence ! Avec son esthétique rétro où la femme retrouve son rang de faible créature mignonne, la Manic Pixie Girl, sorte d’émanation sucrée et féminine, égérie de la tendance twee, serait une injure faite à la cause des femmes. Anita Sarkeesian l’explique longuement dans cette vidéo consacrée à cette jolie fée kawai qu’est la Manic Pixie Dream Girl.

À noter que si la Manic Pixie Dream Girl est bien un cliché de personnage féminin, le mouvement twee est relativement mixte. 

Le problème de la mouvance twee selon ces différents articles serait que dans notre monde d’adulte très concret, ses valeurs seraient trop désuètes pour paraître honnêtes, trop belles pour être vraies. Une sorte de déni collectif. Une tendance qu’on épouse non pas par choix mais dans laquelle on se réfugie lorsqu’on s’estime trop faible pour survivre en tant qu’adulte responsable et reconnu comme tel.

Comme le souligne Slate dans son article « Bienvenue chez les twees » c’est notamment le cas dans le film Her où Joaquin Phoenix tombe amoureux d’une intelligence artificielle à la voix sensuelle. Une voix sensuelle plutôt que les contraintes d’un autre être humain et de son altérité.

Pourquoi toujours vouloir coller un nom sur tout ?

Pour bien comprendre ce phénomène ce qui doit nous interpeller c’est qu’il est avant tout une création journalistique et que, née dans le monde de l’art, il n’était pas fondamentalement destiné à décrire des individus.

D’où les difficultés d’usage, sans compter que le terme twee est un terme mal défini regroupant autant les fans de Pinterest et de Do It Yourself que de balades romantiques.

Les personnes qui aiment les balades au clair de lune et les surgelés sont-elles twee ? Celles qui aiment faire leur confiture maison dans de jolis petits pots décorés mais qui détestent les films romantiques sont-elles twee ?

S’il est très facile de dénoncer une caricature ou des facilités dans le monde de l’art, adresser ces critiques à une personne, ou pire, un ensemble de personnes, tient de la sociologie de bas-étage : le hipster d’hier peut devenir beaucoup trop rapidement le twee de demain et ce même twee peut évoluer encore, rapport au fait que les humains ne sont pas des caricatures ambulantes.

Serons-nous assez méprisants pour oser affirmer que cette tendance twee est réellement adoptée sans discernement par des personnes ayant trop pris au sérieux l’adage « heureux les simples d’esprits » ? Ou pour oser affirmer que la gentillesse et la simplicité, même à une échelle modeste, sont des valeurs suspectes ?

Zooey Deschanel, impératrice des twee dans son clip I Could’ve Been Your Girl 

Alors puisque le twee est une création de journalistes, à la rédac, on se permet de faire le tri ! On continue l’article avec une membre de la rédac qui a la positive attitude mais qui ne renie pas la badasserie, j’ai nommé Hawley, l’OrchestreuZ de notre forum !

Twee, faisons le tri

Comme la plupart des tendances, il y a un enrobage et des valeurs : ici le fond du twee, c’est quand même d’être sympa et positif. Mais si les twee se font rentrer dans le lard, c’est que le sugar coating — enrober quelque chose de sucre pour le rendre moins « dur », ça rend vite malade.

Faisons un petit tour d’horizon des reproches posés aux twee :

« Le twee vit dans le déni »

Le twee aime le rétro, préfère oublier la guerre, la maladie et les SDF qui ne peuvent même plus dormir en ville. Plongé dans la nostalgie d’un monde qu’il n’a souvent pas connu, ça sent un peu le « c’était mieux avant » à base de filtres instagram et de bocaux à bonbons des années 50. Il est souvent considéré comme irresponsable puisqu’il s’intéresse davantage à rendre choupi sa vie et celle de ses proches qu’à sa carte d’électeur.

Est-ce que de nos jours, renier entièrement son devoir citoyen est grave ? Probablement : dire que d’autres s’en occuperont n’a jamais aidé à faire avancer la société dans le bon sens. Mais se consacrer à ses proches et essayer de rendre sa vie plus paisible peut être considéré comme un engagement qui aura tout de même un impact : créer un potager communautaire ou recueillir des chats chez soi, c’est certes choupi à s’en faire vomir des arcs-en-ciel, mais ça reste utile.

Être déconnecté de la réalité, c’est pas cool, mais se miner le moral 24h/24 non plus. Le twee aura davantage tendance à s’engager au niveau local, donc on peut dire que d’une certaine façon, il est tout de même conscient du monde qui l’entoure et sa positivité peut avoir un impact. C’est juste qu’il vit à Stars Hollow.

« Le twee est hypocrite »

Être gentil tout le temps, soyons clairs, ce n’est pas possible. À moins d’investir dans un punching-ball ou de faire du tir à la carabine de temps en temps en hurlant sa frustration, le twee est forcément fieffé faux-cul quelque part.

Mais est-ce que la méfiance envers la gentillesse n’en dirait pas long sur l’état de la société actuelle ? Se dire que quelqu’un est trop gentil et que ça cache quelque chose, quelque part, c’est un peu triste et révélateur du peu d’espoir que notre monde véhicule.

Être cynique tout le temps, c’est facile, être positif tout le temps clairement moins. Si l’argument de l’hypocrisie peut avoir un fond de vérité, la gentillesse sincère ne devrait pas être dénigrée : est-ce qu’on n’en aurait pas tout simplement besoin ?

« Le twee est superficiel »

Service à thé fleuri, napperons et appareils photo jetables : le twee aime faire des pique-niques à l’ancienne, travailler l’effet que fera sa jupe en tournant / mettre des vieux gilets de Papy qui rassurent.

Le twee sur le chemin du bureau

Forcément, c’est un mouvement donc des codes viennent avec : un peu comme le hipster, toute l’image simple et agréable qu’il renvoie est ultra-travaillée, et du coup pas forcément très sincère.

Ça implique du shopping en pagaille et de se plonger encore davantage dans ce petit monde sucré. S’étriper avec une inconnue aux soldes sur un cardigan rétro vieux rose en hurlant des insanités puis le porter humblement avec un sourire doux, c’est un poil paradoxal. Alors oui, le mouvement twee est superficiel, mais autant que n’importe quel autre : à cause de ses codes.

Alors, twee ou pas ?

Malgré son apparente douceur, la tendance twee n’échappe pas aux mêmes problèmes que toutes les tendances : c’est codifié, et donc forcément, les codes et le fond se rentrent allègrement dedans. Les valeurs de base sont louables : clairement, un peu de positivisme ne peut faire que du bien.

Mais suivre une tendance sans réfléchir à ce qui correspond à notre identité personnelle n’a jamais rien donné de bon. Comment rester positif en toutes circonstances, alors que parfois on n’en a pas envie ? Pourquoi se forcer à acheter une machine à barbapapa alors qu’on n’en veut pas, même si ça ferait bien à côté de la machine à pop-corn ?

Mieux vaut trier et mieux vaut penser à soi : la meilleure des tendances, c’est encore celle que tu as créée toi-même avec tes propres valeurs.

Alors si tu aimes les robes à fleurs, les pique-niques, les photomatons rétro et les chatons et que ça te convient, c’est tant mieux. Ne t’empêche juste pas de mettre ce blouson en cuir patché Mötorhead que tu adores « parce que ça ne colle pas à ton personnage », ne t’empêche de rien. Ce qu’il y a encore de mieux à faire, c’est de piocher ce qui nous intéresse et de faire preuve de bon sens : on a bien le droit d’être une connasse de temps en temps.

Pour aller plus loin :

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 16 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lysalice
    Lysalice, Le 14 juillet 2014 à 14h24

    Ah ben tiens, vous m'avez fait découvrir un nouveau mot, un nouveau "mouvement" :)

    J'ai l'impression d'en faire un peu partie mais pas totalement. Je m'explique: faisant des études d'économie, on ne parle que de la crise, dans tous les cours depuis le début (j'exagère mais à peine) et c'est juste hyper déprimant. En plus, je suis à tendance écolo, féministe et quasi végétarienne (je mange de la viande quand je rentre chez mes parents parceque je sais qu'elle vient de fermes tenues par ma famille où les animaux sont bien traités). Tout ça, c'est parceque je suis une personne qui en général aime s'informer et est un peu trop sensible à l'injustice de notre belle race humaine..

    Depuis environ 1 an j'en ai eu marre et je me suis rendue compte que, même si il y a tant de choses horribles dans le monde qui nous entoure, ma vie est plutôt bonne et je dois m'en réjouir: ont suivi musique indie toute joyeuse (je recommande la playlist "lighten up man" sur spotify), films/séries/bouquins feel good, nourriture qui me rend heureuse (smoothies, limonades, cupcakes, toasts au saumon..),.. Et bon sang ça fait du bien! Ca ne veut pas dire que je ne me bat plus pour mes idéaux ou que je nie les problèmes du monde, au contraire, profiter de tous les petits bonheurs de la vie et m'entourer de positif me donne 1000 fois plus de force pour affronter les côtés sombres du monde et de la vie.

    Voilà, épisode "je raconte ma life" fini :)

Lire l'intégralité des 16 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)