Aux États-Unis, la prévention des grossesses adolescentes subit un nouvel assaut

Par  |  | 3 Commentaires

Les grossesses adolescentes sont nombreuses aux États-Unis. Pourtant, les programmes qui visent à promouvoir la prévention en la matière viennent de subir une grosse coupe budgétaire.

Aux États-Unis, la prévention des grossesses adolescentes subit un nouvel assaut

Aux États-Unis, la défense des droits reproductifs et sexuels vient (encore) de prendre un coup.

Il est asséné par le Département de la Santé et des Services Sociaux, et vise plus précisément les recherches qui visent à prévenir les grossesses adolescentesCe sont 81 programmes de recherche qui sont en ligne de mire.

Alors qu’ils s’étaient vus attribués des financements pour 5 ans en 2015 sous l’administration Obama, qui devaient donc courir jusqu’en 2020, on leur a annoncé par courrier que cette année serait la dernière.

C’est plus de 200 millions de dollars qui ne seront pas versés.

Des équipes de recherche qui « vacillent »

C’est un énorme gaspillage que de stopper ces études en cours.

Parmi ces projets, nombre d’entre eux visaient à définir quels étaient les meilleurs moyens de parler de sexualité aux adolescent•es, de les éduquer aux solutions existantes pour éviter une grossesse, d’expliquer aux parents eux-mêmes comment aborder le sujet avec leurs enfants.

Le fait de couper leurs financements en cours de projet revient à un énorme gaspillage : les démarches et recherches sont entamées, mais pour beaucoup pourront difficilement voire pas du tout être terminées.

Cité par Reveal, la chercheuse Jennifer Hettema qui travaille à trouver des méthodes efficaces pour parler sexualité à des jeunes latino-américains et natifs américains, explique que les équipes de recherche « vacillent ».

« Nous ne savons pas exactement comment nous allons pouvoir nous adapter. […] C’est comme si l’on construisait un gratte-ciel à moitié, puis que l’on s’en détournait en disant « Oh, pas important ».

Pourtant il y a des milliers de professionnel•les de la santé qui cherchent des manières de parler aux jeunes de sexualité. »

Les grossesses adolescentes aux États-Unis

Plus spécifiquement, ces programmes visaient souvent les minorités ou les populations défavorisées, comme celui de Jennifer Hettema. Le taux de grossesses adolescentes y est encore très élevé, davantage que dans des milieux plus aisés.

Les États-Unis font en effet face à un fort taux de grossesses adolescentes comparé à de nombreux autres pays développés.

Même si ce taux baisse continuellement depuis les années 1990, près d’un quart des jeunes femmes tomberont enceinte au moins une fois avant leur 20 ans.

Le paradoxe conservateur

On peut être plus ou moins surpris de cette décision prise par l’administration Trump, très conservatrice sur ces sujets.

La première chose est le fait que les membres de cette administration militent ouvertement contre l’avortement… mais enrayent les moyens mis en place pour lutter contre les grossesses adolescentes.

Cela peut sembler complètement paradoxal : si l’on veut réduire le nombre d’avortements dans une population, limiter les grossesses non désirées à travers la prévention et l’éducation à la contraception semble être un moyen efficace.

Mais en réalité, la ligne qu’ils défendent est celle de l’abstinence : ils refusent de voir promues les méthodes de contraception qui éviteraient les grossesses non désirées. Le fait que les jeunes ont une sexualité semblent vraiment déranger…

Ces conservateurs se placent donc sur une position morale qui nie cet état de fait. Ils partent du principe que les relations sexuelles devraient n’arriver que plus tard dans la vie des jeunes…

Cette position qui leur est propre est cependant rageuse, lorsque l’on sait que, selon un rapport de Save the Children, « les complications durant les grossesses et les accouchements sont la deuxième cause principale de décès chez les adolescentes âgées de 15 à 19 ans dans le monde ».

Décidément, les droits des (jeunes) femmes à disposer de leur corps sont loin d’être acquis…

À lire aussi : The Handmaid’s Tale, un douloureux rappel que nos libertés sont fragiles

7 surprises culinaires personnalisées par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Esther

Esther est tombée dans la marmite de madmoiZelle quand elle était petite. Elle n’a pas grandi, mais elle a depuis développé de fortes convictions féministes. Padawan en relations internationales, son passe-temps favori consiste à scruter l'actualité, une tasse de thé rooibos à la main.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Kounette
    Kounette, Le 18 juillet 2017 à 11h05

    Je suis particulièrement intéressée par ce sujet, étant donné que j'effectue mon travail de recherche là dessus depuis près d'un an, mais je centre mon travail sur la France. La plupart des articles qui m'ont été donné de lire proviennent d'études faites aux USA. Les résultats ont montré que proner l'abstinence ne réduisait en rien le risque de grossesse précoce et que ça a l'effet pervers d'entrainer une mésinformation concernant les méthodes de contraception.
    En fait, pour l'instant rien ne permet de réduire le nombre de grossesses précoces selon ces études mais certains programmes (interventions à l'école, promotion des méthodes contraceptives etc) permettent de stabiliser ces taux.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!