The Horrors en concert au Cirque Royal de Bruxelles

Déposer sa veste tout en voyant passer à moins d’un mètre Tomethy Furse (à la basse) et Spider Webb (au vox continental), quoi de mieux pour commencer une bonne soirée ? 20h20 : première partie du concert S.C.U.M est un groupe exposant aux oreilles de tous ceux qui le désirent, leur musique mélangeant du art […]

The Horrors en concert au Cirque Royal de Bruxelles

Déposer sa veste tout en voyant passer à moins d’un mètre Tomethy Furse (à la basse) et Spider Webb (au vox continental), quoi de mieux pour commencer une bonne soirée ?

20h20 : première partie du concert

S.C.U.M est un groupe exposant aux oreilles de tous ceux qui le désirent, leur musique mélangeant du art rock et du post-punk. Ils viennent de Grande-Bretagne et font toutes les premières parties des Horrors depuis début 2010, leur genre musical suit un peu leur lignée d’ailleurs, étrange, dérangeant mais original. Ils méritent d’être connus.
Leur myspace

Petite pause de vingt minutes pendant lesquelles l’impatience de les voir grandit. Vingt longues minutes de test micro, d’arrangements instrumentaux et de groupies qui se refont une beauté.

Enfin les lumières s’éteignent, il se crée alors cette ambiance « étrange » avec des spots lumineux dignes de films d’horreur (lumières bien trop sombres pour arriver à faire des photos correctes).

Deuxième partie du concert

Petit rappel : The Horrors est un groupe formé durant l’été 2005, originaires de Grande-Bretagne, ils sont décris un peu comme la bande freak de la nouvelle scène anglaise. Leur musique est un mélange de punk et de garage rock anglais.

Il ne s’agit pas d’un groupe comme on en trouve à tous les coins de rues ou sur toutes les affiches de concerts. Ils se font de plus en plus connaître et The Horrors sera indubitablement un groupe dont on ne pourra pas passer à côté durant cette année 2010.

21h30 : En moins de deux minutes la scène fut occupée par cinq personnages tous aussi étranges les uns que les autres, tous en train de gigoter dans leurs slims. Les groupies s’extasiaient devant Farris Rotter (chanteur) et Joshua Third. Bien sûr je n’irai pas mentir, ils sont tous les cinq, à tomber !

Si mes souvenirs sont bons, leur première chanson était Three decades, une des meilleures parmi leur nouvel album Primary Colours. Après 45 minutes à nourrir mes oreilles avec ce deuxième album, ils sont finalement passés à un rappel de leur premier album, Strange House, que d’ailleurs beaucoup espéraient.

Quel bonheur se fût de les voir se déchaîner sur Sheena is a parasite, Count in fives et d’un dernier morceau dont je ne me souviens plus. Ce fut aussi le début de nombreux mouvements de pogos qui font sentir que c’est un bon concert.

22h55 : Fin du concert, les derniers spectateurs se jettent sur les baguettes de batterie, les plectres, les serviettes et les feuilles reprenant le programme musical.

Je retiens de leurs attitudes (très particulières) : Farris tourne souvent en rond le micro en mains ; Joshua qui s’agenouille avec sa guitare comme pour rendre hommage à son public ; Tomethy qui se déhanche très bien avec sa basse même pendant les moments calmes, très marrant à voir cela étant ; Spider, lui, ne décolle presque jamais ses yeux de son vox continental et pour terminer Confin Joe que l’on ne voyait pas derrière sa batterie. Bref, une bande copains qui se complètent comme une tartine et un pot de nutella.

Leur site officiel
Leur Myspace

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Ruby
    Ruby, Le 3 mars 2010 à 9h36

    J'avais lu une interview dans Noise cet été où ils disaient avoir commencé à écrire un 3ème album, et visiblement, c'est confirmé depuis quelques jours: The Horrors to Start Work on New Album - Spinner

    Personnellement, je ne trouve pas que Primary Colours manque de vitalité. C'est juste que là où Strange House étaient fortement influencé par le horror rock et le garage, Primary Colours prend sa source dans le kraut et le post punk.

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)