J’ai été fan de Mylène Farmer (et c’est parti vraiment très loin)

Par  |  | 7 Commentaires

Certains fans de Mylène Farmer sont connus pour être plutôt gratinés. Cette madmoiZelle l'a été pendant son adolescence et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle n'a pas dérogé à la réputation !

J’ai été fan de Mylène Farmer (et c’est parti vraiment très loin)

J’ai été fan de Mylène Farmer pendant mon adolescence. Mais attention, pas du genre vite fait, non, j’étais VRAIMENT fanatique.

Maintenant que je ne le suis plus, j’en rigole bien… Mais pendant longtemps, entre Mylène et moi, c’était du sérieux.

Cette obsession a commencé à mes 12 ans. À l’époque, j’avais la frange grasse, de l’acné et pas franchement d’ami•es.

J’essayais de m’intégrer au collège et, pour ça, j’avais compris que le best restait d’écouter de la musique cool (enfin des chansons que mes camarades trouvaient cool, quoi, vous comprenez).

Dans ma classe de cinquième (dédicace au collège Mozart à Paris, situé dans le 20-1), il y avait deux groupes :

  • Les « populaires » qui répétaient en boucle « le rap domine, le rock s’incline » en hochant la tête sur du Diam’s.
  • Les « outsiders » qui écoutaient de la musique dark, genre Superbus ou Tokio Hotel

J’ai tenté de faire genre que, moi aussi, je faisais génération « non-non » mais j’étais bien trop sage pour ça. Quant à Tokio Hotel, je trouvais que ça criait trop. Miskine mes petites oreilles trop sensibles.

Et puis voilà qu’un jour de janvier 2006, mon destin a basculé.

J’ai découvert Mylène Farmer.

Mylène Farmer et moi : c’est l’histoire d’un coup de foudre

Ma révélation divine a eu lieu en regardant les NRJ Music Awards. Des extraits de concerts de Mylène Farmer été diffusés à la télé.

J’ai été frappée en plein cœur par les mélodies, par sa voix… Et puis par son nez.

Pensez ce que vous voulez, mais je complexais à l’époque sur mon pif et j’ai été particulièrement charmée par celui de cette chanteuse. C’était pour moi la cerise sur le gâteau de la perfection de Myloute.

Bref, le lendemain, je suis allée à la Fnac acheter avec mon argent de poche un CD best-of de ses chansons. Et j’ai écouté ses titres en boucle pendant tout le week-end.

Mes parents n’étaient pas franchement fans, mais ils se sont dit que la meilleure stratégie serait de laisser couler. Ils pensaient que ça ne serait qu’une phase, un truc un peu insup’ qui passerait vite.

Je suis restée fan plus de 4 ans.

Découvrir la vie à 12 ans, via Mylène Farmer

J’étais donc en cinquième et je passais mon temps à écouter des chansons parlant de sexe, de libertinage, de suicide, de mort, de viol et de tout plein de choses dont la jeune fille que j’étais n’avait jamais entendu parler.

Ce monde inconnu me fascinait. Ça me semblait si profond, poétique… Et surtout TRÈS subversif.

Je ne comprenais pas toutes les paroles, alors je sollicitais souvent de l’aide.

J’ai donc naturellement demandé à mon père de m’expliquer Pourvu qu’elles soient douces. Un peu gêné, il m’a dit que Mylène Farmer y parlait de la mort. Plus tard, j’ai compris qu’il s’agissait en fait d‘une ode à la sodomie.

Et l’incompréhension des paroles ne concernait pas que ce titre.

Dans la chanson Libertine, Mylène Farmer répète « Je suis libertine, je suis une catin ». À 12 ans, je savais ce que signifiait catin mais pas libertine. Je pensais que ça voulait juste dire que j’aimais la liberté. C’est ainsi que je chantais, amusée, à la piscine avec mes copines :

« Je – je suis libertine, je suis une… CHUUUT ÇA ON PEUT PAS LE DIRE HIHIHI ! »

Image du Blog sarahcreations.centerblog.net

Moi, pensant être la seule rebelle à savoir ce que je chantais.

Seul bémol à cette passion : ma stratégie d’écouter de la musique cool pour me faire une street cred et des potes tombait à l’eau.

Tant pis tampax, j’ai décidé de me tourner vers la communauté des fans de Mylène Farmer…

La communauté des fans de Mylène Farmer

C’est ainsi que j’ai débarqué sur le site numéro 1 des fans français. Je m’y sentais enfin à l’aise : j’étais entourée de gens comme moi, c’est-à-dire des personnes qui étaient capables de parler de Mylène Farmer à longueur de journée.

Ambiance.

Et si vous vous demandez de quoi parlent des gens fans d’une chanteuse à l’actu aussi molle qu’un chamallow, et bien voici quelques éléments de réponse :

  • Gros débat : 1996 ou 1999, quelle est la meilleure tournée ?
  • Avez-vous déjà rencontré Mylène Farmer ? (Spoiler : 200 messages pour en venir à la conclusion que ce n’est jamais arrivé à personne.)
  • Dans la chanson Consentement, Mylène parle-t-elle de son rapport au public ou bien de la peur de son père ?

À lire aussi : Mon père, cet égoïste menteur — Fête des pères 2016

Et le plus grand des mystères : dans Peut-être toi, les premiers mots de la chanson sont un peu déformés et personne ne s’accorde pour savoir ce que dit Mylène, « Shut The Fuck Up »,  « Shut Up Farmer » ou « Shut The Fucker » ? (Oui, c’est capital.)

Moi, en bonne fan, j’ai mené une enquête poussée : j’avais ralenti la chanson et je participais avec passion aux discussions sur cette question.

Je vous pose ici un petit extrait de mon blog, où j’aborde ce mystère :

Nous retiendrons trois éléments :

  • À 14 ans, l’orthographe et moi n’étions vraiment pas amies.
  • J’étais si obsédée par Mylène Farmer que j’en rêvais la nuit.
  • Je n’avais pas encore vu cette interview datant de 1996 où Mylène ne dit jamais « ordinateur ». Non, elle préfère « computer ». Un point c’est tout.

Que dire de plus sur cette communauté ? Il y avait BEAUCOUP de filles teintes en rousse. Mais attention, la plupart du temps elles disaient que ce n’était pas pour Mylène, que c’était simplement parce qu’elles aimaient cette couleur de cheveux.

Faire partie de cette communauté m’a vraiment aidée dans les périodes où ça n’allait pas trop, mais il y a aussi eu un effet pervers : à force de voir des fans exposer leurs collections d’objets Mylène Farmer et partager leurs expériences, moi aussi j’ai eu envie de devenir la « meilleure fan »…

Et là, c’est vraiment parti en sucette.

Mylène Farmer en concert et mon fanatisme

Mylène Farmer a fait une nouvelle tournée en 2009. En bonne fan, je suis arrivée à 8 heures du matin au Stade de France pour un concert commençant à 20 heures.

Pendant l’attente, il y a eu pas mal de cris : on s’est rendu compte qu’une fan avait payé un type pour attendre à sa place ! SACRILÈGE ! D’autant plus que cette fan, on la connaissait bien : elle était présente sur tous les DVD de ses concerts depuis 1996 !

À la base, j’avais un budget me permettant d’aller à un seul concert de Mylène Farmer. Mais je l’ai tellement aimée que, le lendemain, je me suis rendue seule de nouveau devant le Stade de France pour acheter, au noir et au prix fort, un nouveau ticket.

Le premier soir, j’étais au premier rang et j’ai eu l’impression de réaliser un rêve, d’être en fusion avec ma chanteuse préférée. J’espérais alors être filmée pour apparaître dans le DVD (la consécration ultime pour moi à l’époque).

Six mois plus tard, quand le film du concert est sorti, j’ai fait des arrêts sur images sur tous les plans du public afin de me chercher. Malheureusement, je n’y étais pas… En revanche, on pouvait voir la fameuse fan qui était présente sur tous les DVD depuis 1996 ! Je bouillonnais.

Rencontrer Mylène Farmer : un rêve qui m’a rendu folle

Pendant toutes ces années, j’étais extrêmement frustrée. Je VOULAIS rencontrer Mylène.

Alors je lui ai envoyé de longues lettres et j’ai reçu plusieurs fois des réponses sous forme de dédicaces. Une fois, un cheveu roux s’était glissé dans l’enveloppe et j’ai cru devenir folle. Je me disais que Mylène avait pris connaissance de mon existence et c’était la meilleure des nouvelles !

Pour vous (prénom de la madmoiZelle), affectueusement, Mylène Farmer 

Mais ce n’était toujours pas assez. C’est alors que j’ai pensé à une pratique blâmée par la plupart des fans de Mylène Farmer : l’attendre à la porte de chez elle. Publiquement, on condamnait cela mais la plupart des gens avec qui j’ai conversé à l’époque l’ont un jour fait.

Un fan a même écrit un livre sur ses deux ans d’attente, au pied de sa porte, pour la croiser un maximum.

J’ai réussi à récupérer l’adresse où elle vivait et je m’y suis rendue. J’y ai attendu peut-être une bonne heure, sans que rien ne se passe. Et puis un gars qui faisait la sécurité m’a demandé de m’en aller. Je suis partie…

Et puis à partir de ce jour, j’y suis retournée à chaque gros coup de blues pendant deux ans. Ce lieu me faisait du bien. Je m’y sentais proche de Mylène. J’y croisais parfois d’autres fans qui espéraient comme moi croiser le regard de la star, peut-être même échanger quelques mots avec. C’était comme un pèlerinage.

Je ne l’ai jamais croisée.

J’ai 23 ans et mon rapport à Mylène a changé

Bon, j’ai déconné. Vraiment. J’étais adolescente, je ne vivais qu’en regardant mon nombril, fantasmant sur cette chanteuse.

Je me rends aujourd’hui compte à quel point mon comportement était grave : attendre quelqu’un au pied de sa porte s’apparente à du harcèlement. En France, cela peut être condamné jusqu’à 1 an de prison et 15 000 euros d’amende

J’ai découvert Mylène Farmer il y a plus de onze ans et je pense que cela fait sept années que je ne l’écoute presque plus. Je ne me suis pas rendue à sa tournée de 2013, je n’ai écouté que par curiosité, une fois, ses derniers albums…

Aujourd’hui, je considère cette chanteuse comme une vieille amie qui a été importante un jour, mais qui ne me correspond plus vraiment aujourd’hui. Parfois, j’y repense avec un peu de nostalgie, c’est tout.

Je sais que je suis allée trop loin et j’en ai longtemps eu honte. Pendant un temps, je ne vivais que par elle et ce n’était pas sain du tout. Depuis, je n’ai jamais été fan de nouveau.

Quand j’aime un•e artiste, c’est simple, je ne me prends plus le chou. Et c’est peut-être tant mieux.

À lire aussi : De l’importance d’avoir été fan de Tokio Hotel

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Une madmoiZelle


Tous ses articles

Commentaires
Forum (7) Facebook ()
  • SoldatLouise
    SoldatLouise, Le 1 mai 2017 à 22h19

    Alors je vais commencé par un mini coup de gueule pas dirigé contre la Madz qui a fait l'article hein car elle raconte sa propre histoire mais contre les médias qui aiment bien quand ils parlent de Mylène Farmer trouver les fans les plus absolus voire un peu jetés ou des ex-fans repentis qui ont abusé.

    J'écoute Mylène Farmer depuis petite parce que mon Papa l'écoutait. Ado j'ai vraiment accroché parce que j'étais une grosse littéraire dans l'âme et les références culturelles me bluffaient. J'ai approfondi ma culture un max via les références planquées dans ses chansons.

    Je crois savoir quel forum est évoqué, j'y ais été un peu, j'y ais rencontré de gens qui sont devenus des amis et qui le sont encore et on s'est tiré de là, parce que ça craint oui !

    Entre les fans qui pensent tout savoir sur les mystères et les choses derrières les chansons et qui tolèrent même pas une blague, ceux qui organisent des expéditions près de chez elle etc...

    Il n'y a pas que ça comme "fans" il y'a plein de gens comme moi, qui font leur vie penard avec Mylène Farmer en bande son, qui certes vont faire la queue de longues heures pour pas être trop loin en fosse (mais désormais fini la fosse ce sera les gradins), qui achètent les albums à leur sortie sans pour autant vider mon compte en banque pour des collectors etc...

    Donc voilà ! C'était mon coup de gueule. Y a des gens lambda qui aiment Mylène Farmer et j'aimerai bien que ceux la soit montrés aussi.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!