Les stéréotypes VS la réalité – Les Amériques

Les stéréotypes, il y en a sur tout : les hommes, les femmes, les enfants, les vieux, les animaux, les planètes peut-être ! Mais il y en a surtout une tonne sur les autres pays. Petit décryptage par notre French Girl en Voyage.

Les stéréotypes VS la réalité – Les Amériques

Dans mon précédent article, je décrivais les stéréotypes que nous devions supporter, nous Français, au quotidien. Mais malheureusement pour nos amis internationaux et heureusement pour nous et notre répartie, nous avons également grandi avec des stéréotypes sur les autres pays difficiles à nous défaire. Je ne développerai ainsi que les nationalités auxquelles j’ai été personnellement confronté lors de mes voyages. Je tiens à dire toute de suite que les propos qui vont suivre ne sont en aucun cas racistes ou destinés à être offensifs. Ce sont des stéréotypes et des constatations qui sont bien sûr à prendre au millième degré. Cet article sera en plusieurs parties, commençons donc d’abord par les Amériques !

Les Américains des États-Unis

Premiers de ma liste car ce sont ceux que je connais le mieux !

Les stéréotypes : arrogants, se croyant le centre du monde, violents (pour rappel, le port d’armes est autorisé dans la Constitution), obèses, stupides, prudes, incultes, et sans Histoire.

Ma réalité : Vu que ce pays m’a toujours fascinée, je ne serai peut-être pas très objective. Mais au fil de mes rencontres et de mon temps passé dans les différentes villes des États-Unis, j’ai pu constater que les Américains étaient d’une extrême gentillesse (les gens viennent te demander si tu as besoin d’aide lorsque tu as l’air perdu en train de galérer avec ta carte, chose qu’on ne verra jamais en France) et très serviables (le « How are you » quand on rentre dans chaque magasin en dit déjà long). Je n’ai jamais rencontré une personne qui possédait une arme, la majorité des Américains sont contre la guerre en Irak et même le mec le plus gangsta que je connaisse met les clignotants quand il conduit.

Soyons honnêtes, j’ai vu là-bas des gens vraiment obèses, mais ils ne sont pas si « communs » et se font très rares dans les villes. Les Américains que j’ai rencontrés ont pour la plupart une hygiène de vie irréprochable, mangeant sainement le midi et fonçant à la salle de sport pour un petit workout en fin de journée.

Pour ce qui est de la sexualité, ils sont plustôt Sex and the City que Twilight. En gros, même si les scandales télévisuels (Janet Jackson et son célèbre nichon au Superbowl) font penser le contraire, les Américains sont comme tout le monde : ils parlent beaucoup de sexe. Peut-être pas autant que nous, mais bon… on est connus pour en parler énormément !

Ils n’ont enfin peut-être pas beaucoup d’Histoire, n’ayant acquis leur indépendance qu’en 1776, mais en peu de temps ils sont arrivés à devenir la plus grande puissance du monde. Et rien que pour ça j’ai juste envie de dire : RESPECT.

J’ai rencontré des gens très intelligents et cultivés ayant fait de grandes études dans des écoles hors de prix (ils sont d’ailleurs toujours en train d’en rembourser les prêts). Bref, certains ne savent pas où est l’Europe, d’autres n’ont jamais quitté leur État, mais au moins ils sont incollables sur leur Histoire et la plupart savent où est Paris. Et puis on ne nous demande pas de citer toutes les capitales d’Europe ou les 50 États des States non plus, parce que je pense qu’on aurait aussi quelques lacunes.

En bref ils ont encore énormément de choses à améliorer (santé, armes, guerres, visas, conditions de travail), mais ça reste un peuple exceptionnel. À tous les Français qui critiquent donc les États-Unis… allez-y d’abord et ensuite on en reparle !

Les Canadiens

Oh Canada… Voisins des États-Unis ! Je pense qu’on connaît déjà tous les préjugés envers les Canadiens grâce à Barney, mais je vous les rappelle pour ceux qui vivaient dans une grotte sans l’électricité et n’ont donc pas pu regarder How I Met Your Mother.

Les stéréotypes : il fait froid, ils parlent bizarres, ils aiment le sirop d’érable et le hockey. Bref, sors ton manteau et tes pancakes pour visiter le Grand Nord.

Ma réalité : Déjà, les Français font l’erreur de résumer le Canada au Québec. Alors que le Canada est le deuxième plus grand pays du monde après la Russie, il est composé de 10 provinces dont seulement deux parlent français. Le reste c’est typiquement de l’anglais américain avec quelques intonations rigolotes (en gros faut rajouter « eh » à la fin de chaque question). Et si tu trouves que le québecois c’est marrant tabernacle, attends de voir le français du New Brunswick !

Pareil pour le froid, il ne fait pas –20 degrés partout. J’ai passé 6 mois à Vancouver et il n’a neigé qu’une fois (vive le bordel, d’ailleurs, pour 5 centimètres sur la route : on aurait dit des Parisiens dans les Alpes). M’enfin soyons honnête, même s’ils ont un bel été, il faut se rendre à l’évidence : certes, les Canadiens n’ont vraiment pas de chance au niveau du temps. C’est d’ailleurs pour ça que la population du Canada ne dépasse pas la moitié de la population française.

Pour ce qui est du hockey et du sirop d’érable en revanche, ces stéréotypes sont vrais et c’est tant mieux. Le hockey est aux Canadiens ce que le football est aux Français. Si bien que j’ai vu les Vancouverites partir en sucette lorsque les Canucks ont perdu la finale de la Stanley Cup et un bébé de deux ans apprendre à faire du patin avant de tenir sur ses jambes. Et le sirop d’érable, ils en mettent partout et c’est trop bon.

En résumé le Canada c’est très similaire aux États-Unis, ce qui reste paradoxal vu qu’ils se détestent… À noter : je n’ai pas vu beaucoup de cons dans ces deux pays, mais quand j’en ai rencontrés, ils faisaient vraiment fort. Cela dit, dans l’ensemble, l’Amérique du Nord, ça déchire.

Les Brésiliens

Les stéréotypes : caliente, samba, football !

Ma réalité : Les Brésiliens sont vraiment chauds… aller avec un Brésilien en boîte, c’est prendre un risque : il pourrait tenter de te sauter sur la piste de danse (c’est du vécu) ! À part ça, ils sont très drôles et attachants. Avant de côtoyer un Brésilien, je ne connaissais pas grand-chose de ce pays à part Ronaldo et Rio de Janeiro (d’ailleurs, je l’ai saoulé à chanter Samba à chaque occasion). La culture du pays ne s’arrête heureusement pas là et la bouffe est juste trop bonne (même s’il vaut mieux ne pas être végétarien). Et en plus il fait presque toujours beau et chaud là-bas. Bref, j’ai trop envie d’y aller !

Les Équatoriens

Les stéréotypes : Je n’en avais aucun, vu que je ne connaissais rien de ce pays !

Ma réalité : Ce pays et surtout ces habitants gagnent à être connus. Je n’y suis jamais allée mais d’après mes nombreux amis équatoriens, la bouffe, les paysages et le temps y sont magnifiques. Pour ce qui est des gens, c’est la nationalité que je préfère. Le cœur sur la main, toujours prêts à rigoler et faire la fête, drôles, gentils et respectueux… Bref, tout le monde a ses défauts et ses qualités, mais chez eux je n’en ai pas encore trouvé !

À bientôt pour une nouvelle fournée de stéréotypes décryptés !

Big up
Viens apporter ta pierre aux 19 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Thtswhtdrmrsd
    Thtswhtdrmrsd, Le 30 mars 2014 à 1h43

    En ce qui concerne les américains, je pourrais être d’accord avec ta phrase « Ils n’ont enfin peut-être pas beaucoup d’Histoire, n’ayant acquis leur indépendance qu’en 1776, mais en peu de temps ils sont arrivés à devenir la plus grande puissance du monde. Et rien que pour ça j’ai juste envie de dire : RESPECT. » sauf que bon, on parle quand même d’un pays qui s’est construit à la base sur un massacre que non seulement ils ne reconnaissent toujours pas, mais qu’en plus ils fêtent toujours même si les trois-quarts de ceux qui le fêtent ne savent pas réellement ce qu’ils fêtent… Merveilleux. Ensuite on parle également d’un pays qui a très largement profité de la seconde guerre mondiale pour littéralement pomper toutes les ressources de l’Europe à feu et à sang à ce moment-là, en leur vendant des armes. Certes, c’était sympa de leur part, mais d’un autre côté vu qu’ils étaient les seuls fournisseurs disponibles à ce moment-là, je sais pas s’il y a vraiment beaucoup de mérite, c’était ou ça, ou se faire éclater la tronche bien comme il faut par les nazis. Moyen, comme choix. C’est comme ça qu’en 45 ils se sont retrouvés avec les deux-tiers (si mes souvenirs sont bons) des stocks d’or mondiaux (rappelons qu’à ce moment-là la valeur de la monnaie était encore fixée en fonction des stocks d’or disponibles, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, grâce à qui ? à Tonton Sam). Après ils ont su continuer leur développement suite à ça, tout ça, tout ça, j’suis d’accord mais à la base pour moi ce sont surtout de sacrés opportunistes, spécialistes de la poudre aux yeux et un peu de l’escroquerie et de l’hypocrisie.
    Je ne suis pas anti-américaine ni quoique ce soit, mais l’histoire de leurs débuts en tant que pays est quand même assez controversée.

Lire l'intégralité des 19 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)