J’ai passé le week-end à poutrer du calmar sur Splatoon 2, et je ne regrette rien

Par  |  | Aucun Commentaire

Le week-end du 24 mars, Splatoon 2 était accessible gratuitement sur la Nintendo Switch. L'occasion pour Lise, grosse fan du jeu, d'aller défoncer du calmar.

J’ai passé le week-end à poutrer du calmar sur Splatoon 2, et je ne regrette rien

En novembre, la société faisait pas mal parler d’elle. Et pas uniquement à cause de l’annonce de la Switch, nouvelle console : la firme japonaise en profitait pour annoncer quelques nouveaux jeux à paraître.

Parmi eux, on découvrait donc un second opus de Splatoon, le shooter sorti sur Wii U en 2015.

Depuis, la console est sortie, mais le jeu est prévu pour cet été. Impatient•e ? Ça tombe bien, Splatoon 2 était jouable ce week-end gratuitement. Je vous fais un petit retour !

Splatoon, c’est quoi ?

Avant de parler du second volet, parlons donc du concept en lui-même.

Splatoon est un jeu multijoueurs en ligne qui propose de se tirer dessus avec des pistolets à peinture. On y incarne des inklings, personnages mi-humains mi-calmars armés de fusils, rouleaux, pinceaux géants….

Mon arme préférée c’est le pistolet rouge en haut à gauche. Je sais, c’est décevant.

Le jeu se compose de matchs de deux minutes, à quatre contre quatre.

Le but n’est pas d’éliminer un maximum d’adversaires (sachant qu’on réapparaît dans le « camp » après avoir été tué•e), mais de recouvrir un maximum de surface avec notre peinture.

Comment Splatoon m’a réconciliée avec les shooters

Je vais être honnête avec vous : tirer sur des trucs avec un flingue, j’aime pas ça. J’ai adoré Uncharted 4 mais je l’aurais largement préféré sans phases de tir. Du coup, j’étais sceptique quant à Splatoon.

Et j’ai KIFFÉ. Les contrôles sont hyper instinctifs, l’univers est cartoon, et recouvrir le sol d’un maximum de peinture a un côté terriblement satisfaisant.

DU ORANGE DU ORANGE ET ENCORE DU ORANGE.

Ce jeu fait ressortir la compétitrice qu’il y a en moi. Vous auriez du mal à me reconnaître devant un match, multipliant les cris de guerre et les exclamations triomphantes !

Mes éclats de rire maléfiques n’ont jamais été aussi flippants que devant Splatoon

Splatoon 2 au banc d’essai

Comme pour le premier opus, Nintendo a décidé de donner accès gratuitement à une partie du jeu en avant première. Splatoon 2 est prévu sur Switch, il était donc accessible à tou•tes les joueurs et joueuses possédant la console du 24 au 26 mars.

Mais pas n’importe comment ! Seules quatre armes et deux terrains étaient disponibles. En outre, il n’était possible d’accéder qu’aux matchs, et non au menu principal, au mode histoire…

Qu’est-ce que j’en ai pensé ? Honnêtement, quand j’ai vu le trailer de lancement, j’étais perplexe : ça ressemblait quand même drôlement au premier opus. Et puis j’y ai joué et j’ai réalisé un truc : ça ressemble effectivement à la première sortie.

Hé oui : les maps ne sont pas très différentes, du moins pour l’instant, et je ne constate aucun changement radical du côté des armes.

J’aurais aimé un truc qui change radicalement, comme je ne sais pas… Une voiture aspergeante ? Ou une combi intégrale qui nous permet de nous déplacer super vite tout en peignant ?

Réjouissons-nous quand même : du côté des armes spéciales, il y a du lourd. Une jauge nous permet, une fois remplie, d’accéder à des accessoires spécifiques. Ma nouveauté préférée c’est le jetpack, un propulseur ultra-véner qui fait très très mal.

Sur Nintendo Switch, Splatoon 2 est une bonne expérience

J’avais déjà eu l’occasion de tester Splatoon 2 sur la Switch, à l’occasion de la journée de présentation de la console organisée par Nintendo. Même si l’expérience fut de courte durée (deux matchs seulement), je la trouvais très plaisante.

Après une dizaine de matchs, je peux le confirmer : c’est le pied. En mode portable, la console se prête très bien à ce jeu, qui fait intervenir la gyroscopie. Mais si, vous savez, le fait de bouger la console pour déplacer la caméra !

La Switch étant parfaite niveau poids, elle est agréable à manier pendant les matchs. Par contre, l’absence de double écran empêche de consulter la carte du terrain tout en continuant à jouer. Et ça, c’est pénible.

Verdict : je prendrais Splatoon 2 parce que J’ADORE Splatoon. Ce second opus semble aussi agréable à jouer, aussi sympa niveau ambiance, que le premier.

Mais pour autant, j’espère que Nintendo aura de vraies nouveautés à nous proposer sur ce jeu dans les prochains mois.

À lire aussi : Pourquoi Zelda Breath of the Wild m’a réconciliée avec Link et sa saga


Lise F.

Tombée dans la marmite du jeu vidéo à l’adolescence, Lise cause gameplay, graphismes et OST en toute tranquillité. Pendant son temps libre, elle écrase des gens sur Splatoon avec un grand rire machiavélique et donne des coups de pelle à ses voisins sur Animal Crossing. Ses autres passions sont faire et manger des cookies, dormir et râler.

Tous ses articles

Aucun commentaire

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!